Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Maroc

Plus d'une femme sur deux confrontée à la violence au Maroc

Marocaines des montagnes de l'Atlas préparant le pain dans des fours traditionnels.

Plus de la moitié des femmes au Maroc ont subi une forme de violence selon une enquête publiée mercredi, indiquant également que plus de 90% d'entre elles n'ont pas porté plainte contre leurs agresseurs.

L'enquête a été menée dans l'ensemble du pays de janvier à mars par le ministère marocain de la Famille. Sur plus de 13.500 femmes sondées, âgées entre 18 et 64 ans, 54,4% ont affirmé avoir été victimes d'une forme de violence.

Les violences psychologiques arrivent en tête, suivies des violences économiques, physiques et sexuelles. Les femmes âgées de 25 à 29 ans sont les plus exposées. Les violences conjugales sont les plus communes: 52,5% des femmes mariées ont affirmé en avoir été victime, selon les résultats de cette enquête, diffusés par le ministère.

Les femmes sondées sont 12,4% à avoir subi un acte de violence dans les lieux publics, et 13,4% d'entre elles ont été harcelées sur Internet. Seulement 6,6% des victimes sondées ont porté plainte contre leur agresseur, selon l'enquête qui vise à cerner le profil des agresseurs pour "développer une nouvelle stratégie de lutte contre la violence", selon le ministère.

Après plusieurs années de débats, une loi contre les violences faites aux femmes est entrée en vigueur en septembre dernier. Pour la première fois, elle rend passible de peines de prison des actes "considérés comme des formes de harcèlement, d'agression, d'exploitation sexuelle ou de mauvais traitement". Le texte durcit les sanctions dans certains cas et prévoit des mécanismes de prise en charge des femmes victimes de violences, mais il est jugé insuffisant par les groupes féministes.

Au Maroc, médias et ONG tirent régulièrement la sonnette d'alarme sur les violences subies par les femmes, en particulier le harcèlement de rue, alors que plusieurs cas d'agressions ont défrayé la chronique ces dernières années.

Toutes les actualités

Les césariennes : business ou nécessité ?

Les césariennes : business ou nécessité ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

La musique Gnaoua a fait vibrer Essaouira

La musique Gnaoua a fait vibrer Essaouira
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:46 0:00

Manifestation pour le droit à l'avortement

Manifestation pour le droit à l'avortement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Nouveau report du procès du viol collectif d'une adolescente

Khadija avec son avocat dans un parc près du Palais de justice de Beni Mellal après une audience le 10 octobre 2018.

Le procès de 12 hommes accusés d'avoir séquestré et violé collectivement une adolescente marocaine a été reporté mardi pour la troisième fois en deux mois, au grand dam de la victime "impatiente de reprendre une vie normale".

"J'attends que ça se termine pour rétablir la vérité et pour me faire détatouer", a confié à l'AFP Khadija, à la sortie du tribunal de Beni Mellal.

Son histoire avait suscité l'émoi dans le royaume et au-delà : pour obtenir justice, cette adolescente issue d'une famille défavorisée âgée de 17 ans au moment des faits, avait raconté en août dans une vidéo virale avoir été kidnappée, séquestrée, violée et martyrisée pendant deux mois par des jeunes hommes de son village d'Oulad Ayad, près de Beni Mellal.

Son témoignage filmé dans lequel elle montre des brûlures de cigarettes et des tatouages obscènes, infligés selon elle par ses agresseurs, avait suscité une forte mobilisation contre "la culture du viol et de l'impunité".

Mardi, elle se présentait pour la première fois devant le tribunal n'ayant pas été invitée précédemment "pour des raisons de santé" au procès qui s'est ouvert mi-avril, selon son père.

L'audience a été immédiatement renvoyée au 9 juillet, deux des prévenus n'ayant toujours pas d'avocats.

La jeune fille s'est présentée au tribunal une main couverte par un gant noir pour cacher ses tatouages que ses avocats veulent utiliser comme preuve de ses accusations.

Les accusés, âgés de 19 à 29 ans, étaient présents dans la salle, menottés et surveillés par des policiers. Ils sont jugés pour "traite d'être humain", "viol", "constitution d'une bande organisée" ou "enlèvement et séquestration" et risquent jusqu'à 30 ans de prison. Un treizième est jugé séparément à huis clos, son dossier ayant été disjoint car il était mineur au moment des faits.

Khadija, qui vit avec ses parents dit avoir "traversé une période difficile" et "ressent toujours de la peur même si les choses vont mieux".

Après sa séquestration, elle a du affronter les critiques dans son village. Les proches des prévenus martèlent qu'elle "était avec les garçons de son plein gré", certains la désignent comme coupable de ce qui lui est arrivé, même si quelques uns de ses agresseurs ont reconnu les faits.

Son choix de briser le silence en s'exposant publiquement est très rare dans une société conservatrice qui pousse les victimes de viol à se taire, pour protéger leur image et la réputation de leur famille.

Plus de 90% des Marocains ayant subi une forme de violence n'ont pas porté plainte contre leurs agresseurs, selon une récente enquête officielle. Khadija, elle, affirme avoir "résisté aux pressions" et appelle les victimes de violences à "ne pas se taire".

CAN-2019 : le Maroc s'en tire bien...

Supporters marocains avant le match de football du groupe D de la Coupe d'Afrique des Nations opposant le Maroc et la Namibie au Stade Al Salam du Caire, en Egypte, le 23 juin 2019.

Dans la douleur: il a fallu attendre la 89e minute de jeu et un but contre son camp du Namibien Itamunua Keimuine pour voir Hervé Renard et les Marocains sourire enfin, pour leur entrée en Coupe d'Afrique des Nations, dimanche au Caire.Actualisé

Les "Lions de l'Atlas", un des favoris pour la victoire finale, ont longtemps buté sur des "Brave Warriors" très regroupés et solides défensivement. Les assauts offensifs de la star marocaine Hakim Ziyech n'ont jamais percé le mur namibien. Le joueur de l'Ajax Amsterdam a cependant tiré le coup franc libérateur dans les dernières minutes.

L'équipe entraînée par Hervé Renard n'a pas mis à profit sa possession et s'est révélée trop maladroite face au but en ne cadrant que 6 frappes en 19 tentatives.

"C'était difficile de mettre du rythme et cela pour plusieurs raisons: certainement la bonne organisation de la Namibie, la chaleur... et puis, dans un premier match, c'est toujours difficile de rentrer à 100% dans une compétition", a confié l'entraîneur français à la fin de la rencontre.

"Le plus important, c'est prendre trois points. J'espère que la Namibie va poser des problèmes à la Côte d'Ivoire et à l'Afrique du Sud", a-t-il ajouté.

Cette victoire permet aux Marocains de prendre la tête du groupe D avant le duel entre la Côte d'Ivoire et l'Afrique du Sud lundi.

Avec seulement trois tirs sur l'ensemble du match, les "Warriors" n'ont jamais inquiété le gardien marocain et se sont longtemps contentés du point du match nul, pour leur première Coupe d'Afrique depuis 2008.

"Je suis tellement fier de mes garçons, tellement fier de la façon dont ils ont exécuté la tactique. Oui, parfois ce n'est pas agréable à regarder mais nous avons affronté un entraîneur très expérimenté, une équipe très expérimentée", a relativisé Ricardo Mannetti, le sélectionneur de la Namibie.

Les Marocains devront retrouver leur efficacité offensive pour leur deuxième match de groupe contre la Côte d'Ivoire vendredi et assumer leur statut.

Voir plus

XS
SM
MD
LG