Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Pas de compromis autour de la marche anti-Kabila à Kinshasa


Le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, prononce une allocution lors du sommet de la francophonie, au stade Matyrs à Kinshasa, le 9 octobre 2012.

Les autorités de Kinshasa et les avocats des organisateurs de la marche prévue dimanche n'ont pas trouvé de compromis sur la tenue de cette manifestation des catholiques contre le maintien au pouvoir de Kabila en République démocratique du Congo, selon les des deux parties.

Le gouverneur de Kinshasa André Kimbuta a invité les organisateurs de cette marche à une "séance de travail" samedi matin "en vue d'examiner l'itinéraire approprié", selon une lettre consultée par l'AFP.

Le Comité laïc de coordination (CLC) a "demandé l'accompagnement juridique" de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), a expliqué à l'AFP Georges Kapiamba, président de cette ONG de défense des droits de l'Homme.

"Les avocats sont partis avec les itinéraires des marches pour en discuter avec les autorités mais celles-ci ont exigé la présence physique des membres du CLC", a-t-il déclaré. Pour Me Kapiamba, "il y a anguille sous roche, on veut les pousser à sortir pour les arrêter".

Un membre du cabinet de M. Kimbuta a confirmé à l'AFP la venue d'une délégation d'avocats : "Ils n'ont pas été reçus. On veut voir les organisateurs" de la marche. "Nous savions qu'ils ne viendraient jamais", a-t-il ajouté: "ils ont peur" de se faire arrêter.

Interdites, les deux dernières marches du CLC, un collectif proche de l'Église catholique, ont été réprimées à balles réelles, faisant une quinzaine de morts d'après l'Église, deux selon les autorités. Le CLC a le soutien de l'épiscopat, qui a demandé aux Congolais de "demeurer debout et vigilants".

L'épiscopat a demandé aux autorités d'"annuler" les interdictions de marches ainsi que "les poursuites et les menaces à l'endroit des organisateurs" de ces manifestations.

>> Lire aussi : Les catholiques en prière à deux jours de la marche anti-Kabila en RDC

Dans une déclaration conjointe, l'Union européenne, les États-Unis, la Suisse et le Canada ont appelé "tous les acteurs congolais à s'abstenir de toute violence, et à assurer un déroulement pacifique des manifestations".

Les catholiques demandent au président Kabila, dont le mandat s'est achevé en décembre 2016, de déclarer publiquement qu'il ne serait pas candidat au scrutin présidentiel prévu le 23 décembre 2018.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG