Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Au moins 28 tués dans un attentat près d'un bureau de vote au Pakistan

Les forces de sécurité sur le site d'une explosion à l'extérieur d'un bureau de vote à Quetta, au Pakistan, le 25 juillet 2018. REUTERS / Naseer Ahmed

Au moins 28 personnes ont été tuées et 35 autres blessées par un kamikaze qui a fait exploser sa charge mercredi matin près d'un bureau de vote de Quetta (sud-ouest), alors que les Pakistanais sont appelés aux urnes pour les législatives.

Le kamikaze "a essayé d'entrer dans le bureau de vote et quand la police a tenté de l'arrêter, il s'est fait exploser", a déclaré à l'AFP un haut responsable de l'administration locale, Hashim Ghilzai.

Le bilan a été confirmé par un autre responsable local.

L'attentat, qui n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, se produit alors qu'un scrutin tendu se déroule actuellement dans le pays pour élire le prochain Parlement.

Il a été précédé tôt mercredi par une attaque à la grenade dans un bureau de vote du district de Khuzdar, également au Baloutchistan, qui a tué un policier et en a blessé trois autres.

Quetta est la capitale de la province méridionale du Baloutchistan, la plus pauvre et la plus instable du pays. Les attentats y sont fréquents.

Elle a déjà été endeuillée à la mi-juillet par un autre attentat-suicide, qui avait fait au moins 153 morts lors d'une réunion électorale à Mastung, à une quarantaine de kilomètres de Quetta. Le groupe Etat islamique avait revendiqué l'attentat.

Avec AFP

Toutes les actualités

La page des sports du 23 juillet 2019 avec Yacouba Ouédraogo

La page des sports du 23 juillet 2019 avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Ouverture de la conférence mondiale sur le Sida à Mexico

Ouverture de la conférence mondiale sur le Sida à Mexico
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:07 0:00

Tripoli sous la menace de la percée du maréchal Haftar

Tripoli sous la menace de la percée du maréchal Haftar
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:45 0:00

Rencontres sur la liberté religieuse dans le monde

Rencontres sur la liberté religieuse dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00

La Chine lance son Nasdaq pour rivaliser avec les USA dans la tech

L'ex-chancelier de l'Echiquier britannique George Osborne prononçant un discours devant la Bourse de Shanghai, Chine, le 22 septembre 2015.

La Chine dispose désormais d'un équivalent à l'indice new-yorkais Nasdaq: les premières cotations ont débuté lundi sur une nouvelle plateforme de la Bourse de Shanghai dédiée aux valeurs du secteur technologique, qui fait l'objet d'une rivalité croissante entre Pékin et Washington.

Il s'agit de l'une des réformes les plus importantes du marché chinois, à l'heure où le géant asiatique s'efforce de rééquilibrer son modèle économique vers les nouvelles technologies et les produits à haute valeur ajoutée, et en pleine guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Baptisé "STAR Market", le Nasdaq chinois dispose de règles d'introduction en Bourse considérablement assouplies pour aider les entreprises prometteuses à lever plus facilement des capitaux afin de financer leur développement.

L'objectif affiché est aussi de retenir en Chine continentale les pépites nationales de la tech, à l'heure où le géant asiatique rivalise avec les États-Unis pour dominer le crucial secteur technologique.

"Si la Chine n'avait pas lancé une nouvelle plateforme boursière dédiée aux valeurs technologiques, elle aurait raté une opportunité de basculer son développement économique vers celui de la nouvelle économie", estime Yang Delong, économiste en chef chez First Seafront Fund Management, basé à Shenzhen.

Les géants chinois Alibaba (commerce en ligne) et Baidu (moteur de recherche) se sont introduits il y a plusieurs années à Wall Street. Le mastodonte Tencent (internet) a lui choisi la Bourse de Hong Kong.

Lorsque de grandes entreprises chinoises sont cotées à l'étranger, Pékin a moins d'influence sur leurs levées de fonds. Les restrictions de la Chine sur l'achat d'actions étrangères empêche par ailleurs les investisseurs chinois de participer au succès de ces sociétés.

Plus de 3.000 sociétés sont actuellement cotées au Nasdaq à Wall Street, quand son équivalent chinois à Shanghai n'en compte pour le moment que 25, sans aucun nom connu.

Contrairement à la législation actuelle qui prévaut, le "STAR Market" permet à des entreprises n'ayant pas encore généré de bénéfices d'être cotées en Bourse.

Lors des cinq premiers jours de cotation, aucune limite de fluctuation journalière n'est imposée (elle est de 10% pour les Bourses de Shanghai et de Shenzhen). Après cette courte période, la limite sera toutefois fixée à 20%.

Ce projet de créer à Shanghai une plateforme boursière dédiée aux valeurs technologiques, sur le modèle de l'indice Nasdaq new-yorkais, avait été dévoilé en novembre par le président Xi Jinping.

Jusqu'alors, c'est surtout Shenzhen, deuxième place boursière de Chine continentale après Shanghai, qui se distinguait par la coloration technologique de sa cote.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG