Liens d'accessibilité

Restrictions vestimentaires pour femmes et hommes fonctionnaires en Ouganda


Kampala, Ouganda, 4 juillet 2016.

Les fonctionnaires ougandaises ne peuvent plus porter de décolletés ou des jupes courtes, et costume-cravate obligatoire pour les hommes, selon une directive du ministère de la Fonction publique.

Dans ce pays d'Afrique de l'Est, les frais induits par l'application autoritaire de ces nouvelles règles interpellent davantage les habitants que les restrictions elles-mêmes.

"Les femmes sont moins payées. Avec cette directive, elles auront peur de se rendre sur leur lieu de travail par crainte de perdre leur emploi parce qu'elles n'ont pas les moyens de s'acheter de nouvelles robes ou de changer de coiffure", a déclaré Agnes Kunihira, la représentante des travailleurs au Parlement.

Winifred Akech, fonctionnaire dans une des agences gouvernementales a affirmé avoir été contrainte d'emprunter de l'argent pour couper ses cheveux. Son ancienne coiffure étant interdite par le récent règlement.

"Je n'avais pas d'argent pour aller dans un salon et couper mes cheveux parce qu'ils sont teints. J'ai été obligée d'emprunter de l'argent à un ami. C'est gênant pour moi. Aussi, j'estime que mon droit de porter la coiffure que je souhaite, est bafoué", a affirmé l'employée.

Un communiqué du ministère de la Fonction publique publié mardi a exposé la liste des règles strictes, précisant que les agents publics s'habillaient de façon indécente.

Les femmes ne devraient pas porter de vêtements serrés, des jupes ou des robes au dessus des genoux, découvrir leur dos ou leur décolleté, affirme le communiqué.

Les fonctionnaires "doivent aussi garder leurs cheveux non teints en plus d'avoir des ongles coupées ne dépassant pas trois centimètres de longueur". Le maquillage "excessif" est aussi prohibé.

Les hommes doivent désormais porter un pantalon -mais pas trop serré- une veste, une cravate et des chaussures fermées.

Ceux qui ne respecteraient pas la nouvelle directive recevront un avertissement et en cas d'infractions répétées des sanctions disciplinaires seront prises, prévient le communiqué.

L'activiste et universitaire Stella Nyanzi, actuellement devant la justice pour avoir comparer le président Yoweri Museveni à "une paire de fesses", ne s'est pas retenue de critiquer le nouveau règlement sur sa page Facebook.

"Qui s'intéresse à la tenue des fonctionnaires en Ouganda, lorsque l'empereur marche nu autour d'eux?", a publié la militante.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG