Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Nouvelles manifestations au Soudan

Des manifestants soudanais courent après une cartouche de gaz lacrymogène tirée par des policiers anti-émeute pour les disperser alors qu'ils participaient à des manifestations antigouvernementales à Omdurman et à Khartoum, au Soudan, le 20 janvier 2019.

Des Soudanais ont manifesté lundi dans la capitale Khartoum, selon des témoins, afin de poursuivre le mouvement de contestation enclenché le 19 décembre contre le régime du président Omar el-Béchir.

"Liberté, paix, justice", ont scandé des foules de protestataires qui réclament depuis bientôt trois mois le départ de M. Béchir, l'accusant notamment de mauvaise gestion économique.

Ce dernier dirige le pays d'une main de fer depuis son arrivée au pouvoir par un coup d'Etat en 1989.

Lundi, des manifestants ont protesté dans le quartier Bahari, dans le nord de la capitale, et dans la rue 60 à Khartoum, selon des témoins. La police a tiré des gaz lacrymogènes sur les contestataires défilant dans la rue 60, d'après les mêmes sources.

Au moins deux morts dans des manifestations au Soudan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Des étudiants ont également manifesté dans une université d'un quartier huppé de Khartoum, ont rapporté des témoins.

"Qui a tué nos martyrs?", ont clamé les protestataires en se rassemblant dans la rue 60, a indiqué à l'AFP un témoin.

Selon un bilan officiel, 31 personnes sont mortes depuis le 19 décembre. L'ONG Human Rights Watch (HRW) évoque le chiffre d'au moins 51 morts.

Le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) mène la répression et a arrêté depuis décembre des centaines de manifestants, leaders de l'opposition, militants et journalistes, d'après des ONG.

Déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, les manifestations sont quasi quotidiennes depuis près de trois mois.

Face à une contestation qui perdure, le président Béchir, 75 ans, a décrété le 22 février l'état d'urgence dans tout le pays. Depuis, les manifestations se sont raréfiées. Il a également instauré des tribunaux d'exception pour juger toute personne ayant violé l'état d'urgence.

"Le nombre de manifestants n'est pas très important ces derniers jours", a déclaré Sawsan Mohamed, 25 ans, qui a été condamné à deux semaines d'emprisonnement par un tribunal d'exception pour avoir participé à un rassemblement à Khartoum.

"Je crois que la violence des forces de sécurité et l'absence de leaders sur le terrain tiennent à l'écart de nombreux protestataires", a-t-il poursuivi.

Les manifestations s'étaient initialement répandues dans tout le pays.

Considérée comme le plus grand défi posé au pouvoir de M. Béchir depuis 30 ans, la contestation a pris ces derniers temps la forme de rassemblements hebdomadaires principalement à Khartoum et dans la ville voisine d'Omdourman.

Le Soudan, amputé des trois quarts de ses réserves de pétrole depuis l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, est confronté à une inflation de près de 70% par an et fait face à un grave déficit en devises étrangères.

Toutes les actualités

Un chef coutumier et 4 civils tués dans deux attaques à Beni

Soldats des FARDC à Paida, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu en RDC, le 7 décembre 2018.

Un chef traditionnel et quatre civils ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans deux attaques dans le territoire de Beni, théâtre de violences permanentes dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris des sources militaire et administrative.

"Nous avons repoussé la nuit une attaque des ADF (Allied Democratic Forces, rebelles musulmans ougandais) à Magboko près d'Oicha. Les combats se sont poursuivis jusqu'à la fuite de l'ennemi que nous poursuivons. Malheureusement, deux civils ont été exécutés", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu (est).

A Eringeti, situé à 30 km de cette première localité attaquée et à 60 km au nord de la ville de Beni, un chef coutumier a été tué avec deux autres civils dont une femme", a indiqué Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

"Si à Magboko, l'incursion des ADF ayant fait deux morts a débuté vers 23 heures, pour le cas d'Eringeti, les enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de cet acte", a précis M. Kibwana.

"Les victimes de Magboko ont été tuées à la machette alors que celles d'Eringeti ont été tuées par balles tirées par des éléments en uniformes non encore identifiés", a souligné Teddy Kataliko, l'un des responsables de la société civile du territoire de Beni.

"C'est inconcevable qu'un chef du village soit abattu dans un milieu où l'armée est déployée", a-t-il ajouté.

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Cette appréciation est remise en cause par un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Le village de Mukoko déserté à Beni après les massacres (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

La montée de l'extrême-droite en Afrique du Sud

La montée de l'extrême-droite en Afrique du Sud
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

La poterie de Mama Aicha : un savoir-faire ancestral

La poterie de Mama Aicha : un savoir-faire ancestral
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Les nomades soudanais, loin de la révolution

Les nomades soudanais, loin de la révolution
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Finale de la CAN 2019

Finale de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:12:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG