Liens d'accessibilité

Nigeria : enquête sur un adolescent qui aurait survécu dans un train d'atterrissage


Les autorités nigérianes ont diligenté une enquête sur un adolescent qui aurait survécu douze heures samedi caché dans la soute d'un train d'atterrissage d'un avion assurant un vol entre Lagos et Londres, a rapporté mercredi l'aviation civile.

L'adolescent, qui serait âgé de 15 ans ou moins, a apparemment été découvert à Lagos dans la soute d'un train d'atterrissage d'un Boeing 747 de la compagnie privée nigériane Med-View Airline, qui avait assuré dans la journée de samedi la liaison aller-retour entre la capitale économique nigériane Lagos et Londres.

"Nous enquêtons sur cet incident pour déterminer comment cela a pu arriver et pour que cela ne se reproduise plus", a déclaré à l'AFP Sam Adurogboye, de l''Autorité de l'aviation civile du Nigeria (NCAA).

Les autorités "sont troublées par cet incident à cause de ses répercussions pour la sécurité aérienne", a relevé M. Adurogboye.

Comment cet adolescent a pu survivre à une altitude de 9.754 mètres reste un mystère, a reconnu M. Adurogboye.

Dans la plupart des cas, les passagers cachés dans le train d'atterrissage d'un vol long courrier meurent de froid ou d'asphyxie. Leur corps tombe souvent en l'air, à l'approche des aéroports, à l'ouverture du train.

Les températures descendent à -50°C entre 9.000 et 10.000 mètres, altitude à laquelle volent les avions de ligne. Les logements de train d'atterrissage ne sont ni chauffés, ni pressurisés.

Néanmoins, rarement, des cas de survie sont enregistrés.

En avril 2014, aux Etats-Unis, un adolescent californien de 16 ans, qui avait fugué, a survécu à un vol de plus de cinq heures entre la Californie et Hawaï dissimulé dans la soute d'un train d'atterrissage d'un avion de ligne. Il était ressorti vivant sur le tarmac de l'aéroport malgré le manque d'oxygène et des températures qui ont pu descendre jusqu'à -60°C pendant le voyage.

Ces dernières années, plusieurs passagers clandestins nigérians ont été retrouvés morts de froid ou écrasés par une roue sur des avions faisant la liaison entre Lagos et Johannesburg (Afrique du Sud) ou encore New York (Etats-Unis).

Les conditions de vie difficiles poussent de nombreux Nigérians à entreprendre des voyages risqués en quête d'un avenir meilleur à l'étranger, et beaucoup tentent également de traverser la Méditerranée en bateau pour rejoindre l'Europe.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG