Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Buhari affirme que les Nigérians "apprécient" son gouvernement


Le président Buhari annonce son intention de se présenter à la réélection en 2019 le 9 avril 2018.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a affirmé qu'il était candidat à un second mandat parce que les Nigérians "appréciaient" son gouvernement.

"La majorité des Nigérians apprécient ce que nous faisons, et c'est pour cela que je suis à nouveau candidat", a déclaré Muhammadu Buhari, en visite officielle au Royaume-Uni,dans un communiqué publié par la présidence nigériane.

Muhammadu Buhari, 75 ans, ancien général putschiste qui a dirigé le Nigeria une première fois entre 1984 et 1985, a été élu président en 2015, dans un scrutin historique, où l'opposition a remporté sa première victoire depuis l'ouverture du Nigeria à la démocratie.

>> Lire aussi : Buhari candidat pour un second mandat au Nigeria

Il a annoncé lundi qu'il était candidat à un deuxième mandat consécutif, lors de l'élection présidentielle de février 2019.

De nombreuses spéculations couraient au Nigeria sur sa volonté de briguer ou non un second mandat. Le président a passé de longs mois à Londres en 2017 pour se faire soigner d'une maladie non révélée au public.

Le chef d'Etat du géant anglophone d'Afrique de l'Ouest a aussi accusé mercredi des "hommes armés" entraînés en Libye d'être responsables de la crise sécuritaire dans le pays.

Le Nigeria est confronté à la sanglante insurrection jihadiste de Boko Haram, qui ravage le nord-est, mais aussi aux groupes rebelles actifs dans la région pétrolière du delta du Niger et aux violences intercommunautaires entre éleveurs et agriculteurs pour l'accès à la terre dans le centre du pays.

Les difficultés ont été "aggravées par l'afflux d'hommes armés venus du Sahel, entraînés et armés par (l'ancien dictateur libyen) Mouammar Kadhafi. Quand il a été tué, ces hommes ont fui avec leurs armes. Nous en avons retrouvé certains combattants dans les rangs de Boko Haram", a assuré M. Buhari dans un communiqué publié après une rencontre à Londres avec l'archevêque de Canterbury, Justin Welby.

L'insurrection de Boko Haram a fait au moins 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés dans le nord-est du Nigeria depuis 2009. Le groupe mène aussi des attaques dans le nord du Cameroun, au Niger et au Tchad, dans les zones frontalières du lac Tchad.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG