Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Près de 600.000 personnes exposées à l'insécurité alimentaire au Niger, selon l'ONU

Un homme vend des céréales sur un marché à Falla, près de Tillaberi, au Niger, le 26 août 2005.

"Une crise alimentaire d'envergure" est à redouter au Niger dans la région de Tillabéri (ouest nigérien), proche du Mali, où près de 600.000 personnes sont déjà exposées à l'insécurité alimentaire, indique l'ONU à Niamey.

L'immense et instable région de Tillabéri (100.000 km2), riveraine de la zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali), est le théâtre depuis 2017 d'actions sanglantes de groupes jihadistes liés à Al Qaïda et à l'État islamique (EI).

"L'insécurité et les attaques récurrentes des éléments présumés de groupes armés non étatiques (GANE) ciblant les agriculteurs et les populations civiles auront cette année de graves répercussions sur la situation alimentaire déjà précaire de plusieurs milliers de ménages vivant dans la région de Tillabéri", prévient la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un rapport transmis à l'AFP.

Près de 600.000 personnes "sont (déjà) à risque d'insécurité alimentaire", précise l'agence onusienne, citant de récents résultats préliminaires d'évaluation de la campagne agropastorale dans la zone, où une accalmie a été toutefois observée tout le mois de septembre.

L'épouvantail d'une crise alimentaire a été engendré par "l'abandon des champs de cultures et des difficultés d'accès aux marchés", explique l'agence.

"Ceux qui ont osé aller au champ ont été tués, ils (les assaillants) nous traquent dans les cases et jusque dans les mosquées", avait affirmé en septembre à l'AFP Hadjia Sibti, la présidente de l'Association des femmes d'Anzourou, une commune souvent visée par les attaques.

Mais Ocha juge "la situation plus que préoccupante" dans le département de Banibangou au nord-est de Tillabéri, où plus de 79.000 personnes risquent de manquer de vivres. Entre juin et août 2021, "plusieurs dizaines de paysans" de Banibangou "ont été froidement assassinés dans leurs champs par des éléments des GANE", obligeant les populations "à abandonner leurs champs", note Ocha.

Au 31 août, 765.348 personnes ont bénéficié d'une assistance humanitaire dans la région de Tillabéri, qui abrite 101.144 personnes déplacées internes, assure Ocha. Cependant, l'ONU redoute "une crise alimentaire d'envergure" dans cette région et demande au "gouvernement et ses partenaires" de prendre "des mesures fortes à la hauteur de l'ampleur de la situation".

Le 10 septembre, pour sa première visite dans cette zone enclavée depuis son élection fin février, le président nigérien, Mohamed Bazoum a promis de poursuivre l'assistance alimentaire ainsi que la mise en place d'un dispositif sécuritaire plus musclé pour freiner les incursions d'assaillants du Mali.

Le dernier massacre de civils dans l'Anzourou remonte au 21 août, dans le village de Theim, où des individus armés "venus à pieds" ont tué 19 personnes dans une mosquée.

Toutes les actualités

La France donne du matériel militaire au Niger pour la lutte anti-jihadiste

Des soldats nigériens montent la garde devant l'aéroport de Diffa dans le sud-est du Niger, près de la frontière nigériane, le 23 décembre 2020.

Le Niger a reçu mercredi des mitrailleuses lourdes et des véhicules tout-terrain, offerts par la France pour aider ce pays sahélien pauvre régulièrement ciblé par des attaques jihadistes à combattre les groupes terroristes, a annoncé le ministère nigérien de la Défense.

Vingt-huit pick-up militaires légers de type "Masstech" et 71 mitrailleuses lourdes de calibre 12,7 mm ont été reçus et sont destinés au bataillon spécial d'intervention situé à Dosso, dans le sud-ouest du Niger, précise le ministère.

"Le Niger fait face avec courage et détermination à des groupes terroristes aux méthodes barbares", a déclaré Alexandre Garcia, l'ambassadeur de France au Niger, lors d'une cérémonie à Niamey.


Alkassoum Indatou, le ministre nigérien de la Défense, a de son côté salué "la participation" de la France "à la montée en force" de l'armée du Niger "dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière".

Le Niger est frappé depuis plusieurs années par des attaques meurtrières de groupes jihadistes, notamment dans l'ouest proche du Mali, où le groupe Etat islamique est présent, et dans le sud-est riverain du Lac Tchad et du Nigeria, devenu un repaire du groupe Boko Haram et de son rival et dissident Iswap (Etat islamique en Afrique de l’Ouest).

Le président nigérien, Mohamed Bazoum, a récemment déploré que son pays, voisin de la Libye, "se situe dans l'épicentre du périmètre où sévit le terrorisme: à la frontière des deux grands foyers originels que sont le Nord-Mali et le bassin du lac Tchad".

Dans sa lutte contre les islamistes armés, le Niger bénéficie notamment du soutien, logistique et en matière de formation, de la France et des Etats-Unis qui y ont des bases militaires.

Grâce à un soutien de l'Allemagne, le Niger a par ailleurs inauguré mi-juillet à Tillia, dans la région de Tahoua (ouest proche du Mali), un centre d'entraînement de ses forces spéciales antijihadistes.

"Un poste de commandement avancé sera aussi prochainement installé à Niamey pour contrôler les opérations conjointes conduites par la force française Barkhane, les armées malienne, nigérienne et la Force conjointe du G5 Sahel dans la zone des Trois frontières", aux confins du Burkina Faso, du Mali et du Niger, a indiqué le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Pascal Ianni, à l'AFP.

Trois policiers nigériens tués dans une attaque près du Burkina

Des habitants de Zibane-Koira Zéno, un village de la région de Tillabéri se tiennent dans le village lors d'un meeting le 12 mai 2020, après une attaque d'hommes armés quatre jours auparavant.

Au moins trois policiers nigériens ont été tués et plusieurs autres blessés dans la nuit, lors d'une attaque de jihadistes présumés contre un poste de police dans la zone dite des trois frontières, près du Burkina Faso, ont rapporté lundi à l'AFP des sources locales.

"Il y a eu une attaque du poste (de contrôle frontalier) de Petelkole dimanche (dans la) nuit. Deux policiers ont été tués et sept blessés", a précisé un élu du département de Téra, situé dans la région de Tillabéri dans l'ouest du Niger.

"Nous revenons à l'instant de Petelkole, un troisième corps de policier a été retrouvé", a de son côté affirmé un membre d'une délégation officielle de Téra qui s'est rendue sur les lieux de l'attaque.

Situé dans le département de Téra, Petelkole est un poste de contrôle frontalier situé à 10 km de la frontière avec le Burkina, pays voisin également visé par les jihadistes.

Des véhicules appartenant à des particuliers ont été également "incendiés" et "des armes ont disparu", a ajouté l'élu.

Selon une source municipale, des "hommes armés à motos" avaient déjà "tenté samedi après-midi d'attaquer le poste", avant d'être "repoussés par les policiers".

En mai 2017, deux policiers nigériens et un civil avaient été tués dans une attaque contre le même poste de Petelkole. Les assaillants avaient emporté des armes et endommagé des véhicules.

Cette nouvelle attaque survient au moment où le président nigérien Mohamed Bazoum se trouve à Ouagadougou, depuis dimanche, pour y évoquer avec son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré la situation sécuritaire dans le Sahel à la suite de la décision de la France de réduire ses forces militaires dans cette région.

"Nous avons besoin de nous donner la main, de nous soutenir mutuellement, de nous entraider pour faire face à l'un des défis auxquels nous sommes confrontés, en particulier le terrorisme", a déclaré lundi le président Bazoum lors d'une séance de travail avec Roch Marc Christian Kaboré.

"La zone de notre frontière est une bande particulièrement animée ces derniers temps et où pullulent des terroristes. Il est plus que jamais de notre intérêt que nous mutualisions nos moyens et que nous engagions une action spécifique pour les empêcher de disposer justement d'une base et faire en sorte que leur avancée s'arrête là", a-t-il souligné.

Selon lui, "l'attaque terroriste" que vient de subir le poste contrôle de Petelkole, est "un symbole de la nécessité de notre action commune, cette attaque est de nature à nous le rappeler".

"Au-delà de cette action que nous allons mener ensemble sur cet espace, nous avons besoin d'une concertation sous-régionale (...) avec tous les autres pays", a précisé le président nigérien.

Le Niger et le Burkina Faso sont en proie à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.

Cinq États du Sahel (Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger et Tchad) ont constitué une force militaire multinationale pour lutter contre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne, mais cette force peine à monter en puissance.

Au Niger, depuis le début de l'année, des jihadistes présumés multiplient les assauts sanglants, surtout contre des civils dans la région instable et immense de Tillabéri (100.000 km2), qui est le théâtre depuis 2017 d'actions sanglantes de groupes jihadistes liés à Al Qaïda et à l'État islamique (EI).

Cette région se situe dans la zone dite des "trois frontières" entre Mali, Niger et Burkina.

Début octobre, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a prévenu dans un rapport qu'"une crise alimentaire d'envergure" était à redouter dans cette région de Tillabéri, où près de 600.000 personnes sont déjà exposées à l'insécurité alimentaire.

Dix morts en début de semaine dans l'attaque d'une mosquée

Dix morts en début de semaine dans l'attaque d'une mosquée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Air info, les nouvelles du désert

Air info, les nouvelles du désert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG