Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Des milliers de personnes ont fui la zone nigérienne d'Intikane après l'attaque jihadiste


Un soldat nigérian monte la garde dans un camp de réfugiés à Diffa, au Niger, le 17 août 2016.

Des milliers de personnes ont fui Intikane, dans l'ouest du Niger, après l'attaque jihadiste dimanche contre cette localité abritant des réfugiés maliens, ont indiqué mercredi les autorités locales et l'ONU. 

"Environ 3.000 personnes sont aujourd'hui à Tlemces, une commune située à 27 km du site" après avoir fui Intikane, a précisé à l'AFP le bureau du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) à Niamey.

"Intikane est en train de se vider de sa population, les gens se déplacent vers Tlemces", a déploré à la radio publique nationale le gouverneur de la région de Tahoua, Moussa Abdourahamane, qui s'est rendu sur place.

Les assaillants "ont attaqué les points sensibles du site : ils ont détruit les (antennes) de communication pour isoler la population et ils ont également détruit les sources d'eau potable", a-t-il constaté.

"Toutes les agences du système des Nations unies sont venues (à Intikane) pour faire une évaluation afin de voir comment accompagner à nouveau" la population, a déclaré à la radio Kourouma Mamady Fatta, adjoint au représentant du HCR à Niamey.

"Un détachement" de l'armée a déjà "pris position" à Intikane "pour sécuriser la zone", assure la radio publique.

Intikane, bourgade située à 72 kilomètres de la frontière malienne, est une zone d'accueil de réfugiés où 20.000 Maliens vivent mêlés à la population locale depuis 2013.

Dimanche en fin de journée, une cinquantaine de jihadistes à motos ont attaqué Intikane et ont "assassiné" trois personnes dont deux responsables des réfugiés et un représentant d'un chef traditionnel local, selon le HCR. Un gardien du site a été enlevé.

Les assaillants ont vidé le magasin de vivres, incendié des stocks d’articles de secours et détruit la principale station de pompage et des conduites d’eau, coupant ainsi l’approvisionnement en eau pour les populations déplacées et leurs communautés d’accueil dans un rayon de 40 kilomètres, a expliqué le HCR.

L'agence onusienne a dit tenter de "remettre la station d’eau en marche".

Selon l'ONU, le Niger abrite près de 60.000 réfugiés maliens qui ont fui le nord du Mali depuis 2012 en raison des attaques jihadistes.

L'ouest du Niger est le théâtre d’attaques fréquentes de groupes jihadistes, notamment du groupe Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS). Le Niger doit aussi faire face dans l'est aux attaques des jihadistes de la nébuleuse Boko Haram.

XS
SM
MD
LG