Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

NBA - San Antonio et Aldridge affolent OKC et les statistiques

Gregg Popovich, le légendaire entraîneur des San Antonio Spurs, Denver, Colorado, le 8 avril 2016.

C'est sans doute le plus beau match disputé cette saison en NBA: San Antonio a terrassé Oklahoma City 154 à 147 au terme d'une rencontre au scénario haletant, dominée par LaMarcus Aldrige et ses 56 points.

Plus de trois heures après le coup d'envoi et après 49 minutes passées sur le terrain à batailler face à Russell Westbrook et Paul George, Aldridge a piqué un dernier sprint.

Une fois la victoire acquise, après deux prolongations, l'imposant pivot des Spurs s'est précipité vers l'arbitre principal pour récupérer le ballon du match.

Cette soirée du 10 janvier fera en effet date dans sa carrière: il a dépassé de onze unités son précédent record personnel de points (45 en mars 2018) et il est devenu seulement le septième joueur dans l'histoire de la franchise texane à atteindre le chiffre magique des 50 points.

Il est aussi le premier joueur des Spurs à finir un match avec au moins 50 points depuis plus de dix ans (2008) et son ancien coéquipier français Tony Parker qui fera justement son retour à l'AT&T Center lundi sous le maillot de Charlotte.

Ce n'est pas pour autant que "LMA" va fanfaronner et sortir de sa réserve naturelle: "Je me suis vite senti en confiance et j'ai toujours essayé d'attaquer le panier", a-t-il simplement commenté.

- 84,2% de réussite à 3 points -

Aldrige, 33 ans, n'est pas le seul à avoir affolé les statistiques.

Son équipe a débuté par un incroyable sans-faute à trois points, avec ses 14 premiers tirs primés tentés réussis, du jamais-vu en vingt ans en NBA.

Il a fallu attendre la septième minute du 3e quart-temps pour qu'un joueur de San Antonio, Derrick White, rate son premier tir à trois points.

Les Spurs, portés aussi par Marco Belinelli (19 pts, dont trois paniers à trois points en une minute), ont fini la rencontre avec 84,2% de réussite derrière l'arc (16 sur 19).

Ils ont également offert à leur emblématique coach Gregg Popovich sa 1.222e victoire, ce qui le place au 3e rang du classement des meilleurs entraîneurs de l'histoire, derrière Don Nelson (1.335) et Lenny Wilkens (1.332).

OKC, un temps au bord du KO, a pourtant bien failli dépasser sur le fil San Antonio qui a pourtant compté jusqu'à 16 points d'avance.

Le Thunder est revenu dans la rencontre grâce à Paul George (30 pts) et à Russell Westbrook.

- Miami stoppe Boston -

Le MVP de la saison 2016-17 s'est offert un "triple double" (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) avec 24 points, 13 rebonds et 24 passes décisives !

Mais Aldridge a remis San Antonio sur les rails dans le 4e quart-temps avec 12 points, et en prolongation, tandis que Westbrook se contentait d'un petit point dans le final.

Grâce à cette 14e victoire sur ses 18 derniers matchs et à ce septième succès consécutif à domicile, San Antonio, mal parti en octobre et novembre, est 6e de la conférence Ouest (25 v-18 d), plus très loin du podium et d'OKC (3e, 25 v-16 d).

Denver reste le surprenant leader à l'Ouest après avoir écrasé les Los Angeles Clippers 121 à 100 et signé sa 28e victoire en 40 matchs grâce à un "triple double" de Nikola Jokic (18 pts, 14 rbds, 10 passes décisives).

Enfin, Boston est tombé de haut à Miami (115-99): les Celtics ont subi la loi de Dwyane Wade qui mettra un terme à sa carrière en fin de saison et qui a marqué 19 points.

Les Celtics venaient pourtant de remporter leurs quatre précédents matchs, mais ils restent à la 5e place de la conférence Est (25 v-16 d), loin de Milwaukee (1er, 29 v-11 d) et Toronto (2e, 31 v-12 d).

- Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matches disputés jeudi:

San Antonio - Oklahoma City 154 - 147 (2 a.p.)

Sacramento - Detroit 112 - 102

Denver - LA Clippers 121 - 100

Miami - Boston 115 - 99


Avec AFP

See all News Updates of the Day

La Juventus n'ira pas se préparer aux USA cet été

Le gardien albanais de la Lazio, Thomas Strakosha, pare une attaque de Cristiano Ronaldo lors d'un match championnat, Italie, le 25 août 2018.

La Juventus Turin va disputer cet été ses matches amicaux d'intersaison en Asie et non pas aux Etats-Unis comme elle en a l'habitude, alors que son buteur-vedette Christiano Ronaldo fait l'objet d'une investigation pour viol par la police de Las Vegas, affirme jeudi le New York Times.

Alors que la plupart des matches de l'International Champions Cup, tournoi amical de pré-saison, doivent se jouer aux USA, les organisateurs auraient prévu de faire jouer la Juventus ailleurs en raison des accusations pesant sur Ronaldo, selon le journal américain. Cela éliminerait le risque pour le footballeur portugais d'être placé en détention.

Les matches de la Juve devraient "très vraisemblablement se dérouler en Chine et à Singapour" contre les équipes anglaises de Manchester United et de Tottenham, affirme le New York Times.

Contacté par l'AFP, un porte-parole du club italien, que Ronaldo a rejoint cet été, a simplement expliqué que "se déplacer à l'est vers l'Asie est quelque chose de normal après avoir passé les précédentes pré-saisons aux Etats-Unis".

Le programme officiel de l'International Champions Cup sera officiellement dévoilé le 27 mars.

Ronaldo fait l'objet d'une enquête pour le viol en 2009 d'une jeune Américaine. Kathryn Mayorga, aujourd'hui âgée de 34 ans, affirme dans une plainte au civil déposée à Las Vegas que le Portugais l'a sodomisée de force le 13 juin 2009 dans sa chambre d'hôtel, alors qu'elle avait refusé ses avances et se protégeait le sexe de ses mains. Des accusations que Ronaldo réfute.

NBA: Philadelphie grimpe à l'Est, OKC s'effondre à l'Ouest

LeBron James, à gauche, et Joël Embiid, Los Angeles, le 18 février 2018.

A quatre semaines du début des play-offs, Philadelphie a ajouté Boston à son tableau de chasse mercredi, tandis qu'Oklahoma City a subi une inquiétante défaite à domicile face à Toronto.

Les Sixers ont aligné une sixième victoire consécutive en renversant Boston 118 à 115 au terme d'un match houleux.

Ils ont pourtant compté jusqu'à 14 points de retard face aux Celtics qui menaient encore de neuf points en début de 4e période.

Mais Jimmy Butler a marqué 15 de ses 22 points durant l'ultime quart-temps, dont le panier de la victoire à moins de six secondes de la sirène.

Mais c'est surtout le pivot camerounais de Philadelphie Joël Embiid qui a fait la différence avec 37 points et 22 rebonds, nouveau record personnel.

Il a été aussi au coeur d'une controverse durant le 3e quart-temps lorsqu'il a donné un coup d'épaule à Marcus Smart qui s'est vengé en le bousculant violemment dans le dos.

Embiid s'est relevé et s'est précipité vers l'arrière des Celtics, avant d'être ceinturé par les arbitres et ses coéquipiers.

Smart a été dans la foulée exclu de la rencontre.

"J'ai entendu les joueurs de Boston dire qu'il savaient comment m'empêcher de marquer, je me devais de leur montrer que j'étais bien le joueur le plus difficile à stopper du Championnat", a asséné Embiid.

- Fin de série pour San Antonio -

Kyrie Irving a marqué 36 points, mais Boston reste coincé à la 5e place de la conférence Est (43 v-29 d) avec dix matches de saison régulière encore à disputer.

Le leader de la conférence Est Milwaukee s'est incliné à Cleveland (107-102) en l'absence de sa superstar Giannis Anteokounmpo, ménagé.

Rien ne va plus pour Oklahoma City qui, à la faveur de sa défaite à domicile face à Toronto (123-114 a.p.), a reculé de la 6e à la 8e place.

Le Thunder a perdu ses quatre derniers matches et affiche un bilan nettement négatif depuis la pause du All Star Game avec seulement quatre victoires en 14 matches.

Russell Westbrook a pourtant marqué 42 points contre les Raptors, mais OKC dépend désormais aussi beaucoup de Paul George et ce dernier a été limité à 19 points.

Trois équipes affichent le même bilan (42 v-30 d), San Antonio, les Clippers et OKC.

Elles devraient toutes trois participer aux play-offs, puisque le 9e, Sacramento, compte six victoires de retard, mais l'enjeu est maintenant d'éviter la 8e place, synonyme de premier tour a priori contre le double champion en titre et grand favori, Golden State.

San Antonio qui venait de remporter ses neuf matches précédents et qui restait sur onze victoires de suite à domicile, s'est incliné devant son public face à Miami (110-105).

- 57 points pour Harden -

Houston s'est incliné à Memphis 126 à 125 après prolongation malgré les 57 points inscrits par son meneur James Harden.

Alors que son équipe est quasiment assurée de participer aux play-offs (3e, 45 v-27 d), Harden ne se ménage pas.

Il a passé 46 minutes sur le parquet des Grizzlies et a bien failli donner la victoire à son équipe, dominée pendant trois périodes et demie.

"The Beard" (littéralement "la barbe") a arraché la prolongation en marquant 15 des 17 derniers points de son équipe dans le temps réglementaire.

Plus fort encore, dans la prolongation, il a marqué les dix points de son équipe, dont deux paniers à trois points, mais cela n'a pas suffi à faire plier Memphis.

Jonas Valanciunas a fait la différence à 1/10e de la fin de la prolongation en marquant un lancer franc à la suite d'une faute de Clint Capela.

Avec ses 57 points (18 sur 39 au tir), Harden a dépassé pour la septième fois cette saison le seuil des 50 points.

Il a consolidé son statut de meilleur marqueur du Championnat (36,1 pts par match) et de grand favori à sa propre succession pour le trophée de MVP (meilleur joueur NBA).

- Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matches de mercredi:

Cleveland - Milwaukee 107 - 102

Orlando - La Nouvelle-Orléans 119 - 96

Philadelphie - Boston 118 - 115

New York - Utah 116 - 137

Chicago - Washington 126 - 120 (a.p.)

Memphis - Houston 126 - 125 (a.p.)

San Antonio - Miami 105 - 110

Oklahoma City - Toronto 114 - 123 (a.p.)

Portland - Dallas 126 - 118

Avec AFP

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

En route vers l'Euro-2020, cette belle pochette-surprise

Le Belge Eden Hazard, à gauche, en duel avec l'Anglais Ruben Loftus-Cheek lors du match pour la troisième place entre l'Angleterre et la Belgique à la Coupe du monde de football 2018 au St Petersburg Stadium, Russie, 14 juillet 2018.

La Belgique, la Croatie et les Pays-Bas ouvrent jeudi le bal des éliminatoires pour l'Euro-2020, une 16e édition qui inaugure un nouveau mode de qualification et une formule inédite à 12 pays hôtes.

. Clash Belgique-Russie pour commencer

Parmi les dix rencontres pour la plupart déséquilibrées de la première journée des qualification jeudi, le match entre la Belgique, troisième de la Coupe du monde, et la Russie, quart de finaliste, fait figure de choc. Même si la "Sbornaïa" n'a encore jamais battu les "Diables rouges" en 5 confrontations.

La bande d'Hazard, déjà qualifiée pour la phase finale de la Ligue des nations en juin, est la grande favorite de son groupe I où l'Ecosse devrait disputer à la Russie la deuxième place qualificative.

Finaliste malheureuse du Mondial, la Croatie entame elle sa campagne de qualifications pour l'Euro-2020 face à la modeste sélection d'Azerbaïdjan, 108e nation au classement Fifa et dont la majorité des joueurs évoluent au pays entre Qarabag et Bakou.

Le Ballon d'or Luka Modric et les siens ont hérité d'un groupe E largement à leur portée où seuls le pays de Galles de Gareth Bale et la Slovaquie de Marek Hamsik paraissent en mesure de se mêler à la lutte pour les deux premiers sièges.

Qualifiés comme la Belgique pour le Final Four de la Ligue des nations, les Pays-Bas et leurs pépites de l'Ajax ouvrent les hostilités à domicile contre le Belarus (78e nation) dans le groupe C où, sauf énorme surprise, ils devraient truster avec l'Allemagne les deux tickets pour l'Euro-2020.

Etincelants lors de leur qualification contre le Real Madrid en Ligue de champions, De Ligt, Van de Beek et De Jong, qui comptent déjà plusieurs sélections avec les "Oranje", ont évidemment été rappelés pour cette rencontre par le sélectionneur Ronald Koeman dans une liste où l'on retrouve le roc de Liverpool Van Dijk et le Lyonnais Depay.

. Deux voies pour se qualifier

A l'issue des éliminatoires en novembre, les deux premières équipes de leur groupe de cinq ou six nations seront qualifiées. A raison de dix groupes, vingt sélections obtiendront leur ticket par cette voie.

En l'absence de pays organisateur, les quatre places restantes pour ce deuxième championnat d'Europe à 24 sont distribuées via la toute nouvelle Ligue des nations, dont la phase de groupes a eu lieu à l'automne dernier avec quatre Ligues de 12 équipes (de la Ligue A, la plus forte, à la Ligue D).

Les quatre meilleures sélections de chaque Ligue disputeront ce sésame lors de barrages en mars 2020, sauf si elles se sont déjà qualifiées entre-temps via les éliminatoires. Dans ce cas, la place en barrages reviendra à la 5e meilleure équipe de la Ligue, puis à la 6e et ainsi de suite. Jusqu'à repêcher une ou plusieurs équipes de la Ligue B voire C pour disputer les barrages de la Ligue A.

Une éventualité plus que probable étant donné que les équipes de la Ligue A, protégées par le système de tirage, ont souvent hérité de groupes peu relevés où plusieurs équipes de la Ligue B peuvent même sérieusement envisager la qualification.

. Un Euro, 12 pays hôtes

Nouveauté de cette 16e édition du championnat d'Europe, l'organisation de l'Euro-2020 (12 juin-12 juillet) est partagée entre douze villes dans autant de pays hôtes: Amsterdam, Bakou, Bilbao, Bucarest, Budapest, Copenhague, Dublin, Glasgow, Londres, Munich, Rome et Saint-Pétersbourg.

Une idée de Michel Platini (ex-président de l'UEFA) qui souhaitait marquer le coup des 60 ans de la compétition et qui permet à plusieurs pays comme l'Azerbaïdjan, la Roumanie ou l'Irlande notamment, d'accueillir pour la première fois un match de l'Euro.

Londres et l'Angleterre se taillent toutefois la part du lion avec l'organisation de la finale et des demi-finales à Wembley, dans la "Maison du football".

Moustapha Diallo ne pourra peut-être plus jouer

Moustapha Diallo célèbre la victoire de Guingamp contre le FC Metz, France, le 20 mai 2017

Le milieu international sénégalais Moustapha Diallo, sévèrement blessé à une cheville, quitte le Nîmes Olympique, a annoncé mercredi le club, et risque de mettre un terme à sa carrière, à 32 ans.

"Le club nîmois et le milieu de terrain défensif ont mis fin au contrat qui les liait", indique le club dans un communiqué.

Touché à la cheville gauche en championnat face à Marseille (2e journée), les examens passés avaient alors décelés une usure très importante de son cartilage jusqu'à lui provoquer des douleurs chroniques.

Après avoir disputé sept matches en début de saison, Moustapha Diallo n'a plus joué depuis la 8e journée à Montpellier (défaite 3-0) et pourrait être contraint de mettre fin à sa carrière.

Arrivé à l'intersaison de Guingamp où il était en fin de contrat, après y avoir passé neuf saisons et inscrit 14 buts, Moustapha Diallo (1,92 m - 78 kg) s'était engagé pour une durée de deux saisons avec le promu nîmois.

Voir plus

XS
SM
MD
LG