Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Boston laisse passer l'orage LeBron James et double la mise en NBA


LeBron James des Cleveland Cavaliers, à droite, contre Jayson Tatum des Boston Celtics, finale de la Conférence Est, Boston, le 13 mai 2018.

LeBron James a marqué 21 points lors de la première période, mais cela n'a pas suffi: Cleveland a concédé une deuxième défaite (107-94) en trois jours face à Boston en finale de la conférence Est, mardi.

Jamais depuis 2008 et son élimination par... Boston au 2e tour (4-3), "King James" ne s'est retrouvé dans une situation aussi précaire dans la conférence Est: alors qu'il vise une huitième participation consécutive à la finale NBA, ses Cavaliers sont menés 2 à 0 par les Celtics.

"Notre situation ne va pas me faire perdre le sommeil", a assuré le triple champion NBA.

>> Lire aussi : Golden State sonne d'entrée Houston en NBA

"Ils ont fait ce qu'ils avaient à faire, à savoir gagner leurs deux matches à domicile, à nous de faire la même chose maintenant dans notre salle", a-t-il rappelé, avant les deux prochaines rencontres qui auront lieu samedi et lundi à Cleveland.

La superstar de Cleveland avait pourtant idéalement débuté ce match N.2.

Piqué au vif par la déroute de son équipe dans le premier match (108-83), James, 33 ans, a voulu faire une mise au point: survolté, il a distancé à lui seul les Celtics en marquant 21 des 27 points de son équipe dans le premier quart-temps.

Coup aux cervicales

Mais après avoir égalé son record sur une période en play-offs, le triple champion NBA, sorti brièvement après avoir reçu un coup aux cervicales à la suite d'un choc avec Jayson Tatum, a baissé de rythme (3 pts en 2e période) et Boston en a profité pour combler une partie de son retard (55-48).

"Cette collision n'a eu aucun impact sur mon rendement", a assuré James, tandis que son entraîneur Tyronn Lue avait estimé plus tôt que son joueur vedette avait "perdu de son punch" après cet incident.

>> Lire aussi : Boston ramène Cleveland et LeBron James sur terre en NBA

C'est au retour des vestiaires que la jeune garde des Celtics, sans complexes, a pris le dessus et écoeuré James et ses coéquipiers.

Jaylen Brown (21 ans) et Terry Rozier (24 ans) ont tour à tour enchaîné les paniers pour finir la rencontre respectivement avec 23 et 18 points.

Tout un symbole, Rozier, doublure de Kyrie Irving, l'ancien meneur de Cleveland arrivé l'été dernier à Boston pour sortir de l'ombre de James mais blessé depuis mars, a claqué un "dunk" en 3e période juste devant "King James", dépité.

Autres joueurs déterminants pour leur agressivité, Marcus Smart (11 pts, 9 passes, 4 interceptions) et Marcus Morris (12 pts).

- "Le 3e quart-temps nous a tués" -

"Ce groupe de joueurs est confiant depuis le début de la saison : il y a dans ce groupe beaucoup de battants, des joueurs qui haussent leur niveau de jeu quand on est dos au mur", a analysé Al Horford (15 pts, 10 rbds).

Si tout va pour le mieux pour Boston, Cleveland est retombé dans ses travers.

James a bien dépassé le seuil des 40 points (42 pts) et s'est offert un "triple double" (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) avec 12 passes décisives et 10 rebonds.

Mais comme souvent cette saison, il s'est retrouvé bien seul: ses coéquipiers ont multiplié les ballons perdus (15) et ont perdu pied après la pause avec une réussite en berne (39%).

Les cinq joueurs de Boston qui ont débuté la rencontre ont tous dépassé le seuil des dix points, quand James et Love (22 pts) ont marqué à eux deux les deux tiers des points de leur équipe.

Mais cela n'inquiète pas "King James". "On était encore à six points d'eux (95-89) à quatre minutes de la fin. On n'a vraiment rien à leur envier pendant 36 minutes, c'est le 3e quart-temps qui nous a tués", a-t-il estimé, comme pour se rassurer.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG