Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

5 morts dans l'offensive qui a tué le chef FDLR

Les FARDC dans le Parc de Vurunga pour combatre les groupes armés Mai Mai et FDLR 1 er Juin 2017

Cinq personnes au total ont été tuées dans l'offensive qui a permis d'éliminer le chef de la rebellion hutu rwandaise poursuivi par la CPI dans l'est de la République démocratique du Congo, a déclaré jeudi l'armée congolaise, photos à l'appui.

L'armée avait annoncé mercredi avoir "neutralisé" (tué) le commandant suprême du Front démocratique de libération du Rwanda (FDLR), Sylvestre Mudacumura. Elle a diffusé jeudi la photo de son corps, ainsi que celle de son "secrétaire général".

"Le bilan définitif: cinq tués, dont Mudacumura et son secrétaire général, quatre capturés et quatre armes récupérées", a indiqué dans un message à l'AFP le porte-parole adjoint de l'armée, le colonel Sylvain Ekenge.

"Le corps du secrétaire général et les capturés arrivent très bientôt à Goma", a-t-il ajouté.

Depuis 2012, M. Mudacumura, 65 ans, était visé par un mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes dans le Nord-Kivu.

"La cour doit vérifier l'information et s'il s'agit ou non de la personne décédée", avait prudemment réagi mercredi la CPI.Si son décès est confirmé, les juges de la CPI mettront fin à la procédure contre lui".

L'armée congolaise affirme avoir tué Mudacumura dans la province du Nord-Kivu dans la nuit de mardi à mercredi.

Ex-chef adjoint de la garde présidentielle à Kigali, il s'était replié dans l'est de l'ex-Zaïre après le génocide des Tutsi rwandais (800.000 morts selon l'ONU entre avril et juin 1994).

Avec des génocidaires, il avait fondé le FDLR, qui a lancé des attaques contre le Rwanda jusqu'en 2001, noué des alliances avec des milices congolaises, et terrorisé les civils congolais.

Sa mort a été saluée aussi bien en RDC qu'au Rwanda, deux voisins dont les relations sont en voie d'apaisement, après un quart de siècle de tensions.

"Sa mort confirme l'engagement du président (congolais) Félix Tshisekedi à combattre les forces négatives et ouvre la voie à une nouvelle ère de coopération positive et pacifique entre la RDC et les pays de la région", a indiqué le secrétaire d'État rwandais aux Affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe.

Toutes les actualités

Imelda, conductrice de moto-taxi, brise les stéréotypes à Beni

Imelda, conductrice de moto-taxi, brise les stéréotypes à Beni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Incursion armée des miliciens indépendantistes Maï-Maï Ba Kata Katanga

Incursion armée des miliciens indépendantistes Maï-Maï Ba Kata Katanga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Plusieurs civils congolais massacrés dans la région de Béni

Une patrouille de la Monusco pour traquer les rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliés (ADF), le 13 novembre 2018. (Photo by John WESSELS / AFP)

Au moins cinq civils ont été tués dans une attaque attribuée au groupe Forces démocratiques alliées (ADF) d'une localité de la région de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris jeudi de sources locales.

"Le matin, cinq cadavres étaient retrouvés à Mutuanga après une attaque des ADF la nuit. Cet après-midi le nombre de morts est passé de cinq à onze", a déclaré Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

"Parmi les personnes tuées hier (mercredi) par balles et armes blanches, il y des femmes, des hommes et des enfants. Je suis sur place pour superviser toutes les opérations jusqu'à l'enterrement", a précisé M. Kibwana.

Les chercheurs du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais) ont confirmé un "bilan provisoire" de cinq morts. Mais la radio onusienne, Okapi, avait averti que "le bilan pourrait être revu à la hausse".

L'attaque de la cité de Kibuana, située à 60 kilomètres de la frontière de la RDC et de l'Ouganda a eu lieu vers 20h00 (18h00 GMT), a indiqué Paluku Batoleni, responsable de la société civile de cette localité.

Dans la nuit de dimanche à lundi, douze civils et un soldat congolais avaient été tués dans une précédente attaque attribuée aux ADF, tenus pour responsables de la mort de 570 civils depuis novembre 2019.

Ce qu'on sait des ADF

A l'origine des rebelles musulmans ougandais, les ADF se sont installés dans cette partie de la RDC depuis les années 90. Ils n'ont pas attaqué l'Ouganda voisin depuis des années, vivant de trafics, comme les autres groupes armés.

Depuis avril 2019, certaines de leurs attaques sont revendiquées par les jihadistes de l’État islamique.

Fin octobre, l'armée a lancé des opérations contre les fiefs des ADF, sans parvenir à faire cesser les massacres.

Depuis près de 30 ans, des dizaines de groupes armés congolais et des pays voisins (ougandais, rwandais, burundais) entretiennent la violence dans l'Est de la RDC.

Entretien avec un ancien milicien qui prêche désormais la paix

Entretien avec un ancien milicien qui prêche désormais la paix
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Des enlèvements récurrents mettent Kinshasa en état d'alerte

Des enlèvements récurrents mettent Kinshasa en état d'alerte
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG