Liens d'accessibilité

Mondiaux 2017 : Elaine Thompson pour garder le 100 m à la Jamaïque


Elaine Thompson de la Jamaïque célèbre sa médaille en bronze après la finale au 60 mètres dames aux Championnats mondiaux d’athlétisme en salle à Portland, Oregon, 19 mars 2016.

En l'absence de Shelly-Ann Fraser-Pryce, future maman, le titre du 100 m dames devrait rester en Jamaïque avec Elaine Thompson, grande favorite dimanche soir de la finale aux Mondiaux de Londres.

Double championne olympique (100 et 200 m) à Rio, Thompson a néanmoins choisi de délaisser le double tour de piste à Londres.

Blessé à un tendon d'achille, la sprinteuse (25 ans) a délaissé les pointes pour des chaussures d'entraînement. "Je suis en forme et j'ai trouvé les chaussures adaptées", avait rassuré la Jamaïquaine volante en arrivant dans la capitale britannique en début de semaine.

Elle a levé les derniers doutes en dominant samedi matin la 2e série du 100 m, sous la pluie en 11 sec 05 (v +0,8 m/s). La jeune Allemande Gina Luckenkemper a signé le scratch, ayant profité d'une piste encore sèche dans la première série pour goûter un premier chrono sous les 11 secondes (10.95).

- Adversaires -

Thompson connaît ses adversaires: l'Américaine Torie Bowie, la Néerlandaise Dafne Schippers, championne du monde en titre du 200 m, et l'Ivoirienne Marie Josée Ta Lou, toutes à l'aise en séries.

Dimanche, deux autres championnes olympiques en titre peuvent espérer un sacre mondial: la perchiste grecque Ekaterini Stefanidi, qui souffre de vertige "mais pas quand je contrôle et que la retombée est si rapide", et la jeune heptathlonienne belge Nafissatou Thiam.

Une fois n'est pas coutume, le recordman du monde de la perche (6,16 m) Renaud Lavillenie n'est pas le favori (qualification dimanche, finale mardi).

"Cela enlève un petit peu de pression mais pas tant que ça parce que ce n'est pas comme si j'arrivais sans avoir jamais rien fait", a relativisé Lavillenie, quatre fois sur le podium aux Championnats du monde en plein air mais pas encore sur la plus haute marche.

"J'ai l'avantage d'avoir les qualifications (dimanche) qui vont me servir d'entraînement. Dans l'ensemble, je suis content d'avoir minimisé le temps perdu des derniers mois pour avoir un niveau assez correct", a poursuivi le Clermontois, qui retrouve le sautoir des Jeux de 2O12 qui lui avait offert l'or.

Agé de 30 ans, Lavillenie a connu un hiver à l'enseigne des blessures. Comme nouveau papa, il a dû aussi partager son temps précieux avec sa petite fille née il y a trois semaines.

- Marathons, première -

Les Kényans sont attendus hors stade pour les marathons féminin et masculin. Pour la première fois aux Mondiaux, les deux épreuves de 42,195 km ont lieu le même jour, avec départs et arrivées au Tower Bridge, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Egalement une première, qui confirme la volonté de la Fédération internationale (IAAF) d'aller vers le public, la cérémonie des médailles n'aura pas lieu au stade olympique Elizabeth II.

Dominateur sur route, le Kenya a aussi ses domaines privés sur la piste. Les coureurs au maillot rouge vont jeter les bases dimanche des succès escomptés sur 3000 m steeple -ils présentent trois champions olympiques en séries- et le 800 m messieurs (demi-finales).

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG