Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Mini-scandale après l'appel d'une compagnie d'assurances au roi zoulou

Le roi Zoulou Goodwill Zwelithini donne un discours à Durban, le 20 avril 2015.

Le coup de téléphone d'une compagnie d'assurances au roi traditionnel zoulou a provoqué un mini-scandale en Afrique du Sud, où le Parlement a jugé "inacceptable" cette intrusion dans la vie privée du monarque.

La commission parlementaire sud-africaine chargée de la justice a fait part de "sa grande inquiétude après l'incident où les informations personnelles du roi Goodwill Zwelithini ont été utilisées afin de tenter de vendre au monarque une assurance".

Il s'agit clairement d'une "violation de la loi sur la protection des données privées", a estimé la commission dans un communiqué publié samedi soir.

"Tous les protocoles ont été piétinés" par la compagnie sud-africaine d'assurances MiWay, "c'est inacceptable", a-t-elle ajouté.

Selon la conversation téléphonique entre le roi et MiWay, diffusée sur les réseaux sociaux, un agent de la compagnie d'assurances a proposé au roi "un devis pour une voiture, une maison ou des meubles".

>> Lire aussi : Xénophobie en Afrique du Sud: le roi des Zoulous rejette toute responsabilité

"Vous parlez à la mauvaise personne", lui répond le monarque. "Je ne suis pas monsieur Zoulou, je suis le roi de la nation zoulou."

Le président de MiWay, Rene Otto, a annoncé sur Twitter qu'il avait personnellement contacté le roi pour lui présenter des excuses. "Il était très détendu au sujet de l'incident. (...) Nous apprécions sa générosité et son humanité".

Mais la famille royale a fait part publiquement de son indignation, n'excluant pas de saisir la justice.

"Bien que l'employé ait eu des remords après que Sa Majesté l'a réprimandé, nous sommes déçus qu'au lieu de présenter formellement des excuses, l'assureur MiWay ait transmis l'enregistrement audio aux membres du public", a dénoncé la famille royale dans un communiqué.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Le riz avarié dans le viseur des organisations de consommateurs

Un panier de riz dans la banlieue de Marlborough à Harare, le 18 octobre 2018.

En Côte d’Ivoire, les organisations de consommateurs réclament des poursuites judiciaires à l’encontre de tous ceux qui sont impliqués dans le débarquement du riz avarié au Port d’Abidjan : 18 milles tonnes de riz en provenance de la Birmanie, qui avait été refoulé aux ports de Conakry et de Lomé.

C’est l’indignation au sein des organisations de consommateurs de Côte d’Ivoire. Comment du riz avarié, refoulé aux ports de Conakry en Guinée, de Lomé au Togo et de Tema au Ghana, a-t-il pu se retrouver dans les entrepôts du port d’Abidjan à la mi-mars dernier ? Qui a bien pu autoriser le débarquement de ces 18 mille tonnes de riz avarié ?

Les organisations de consommateurs s'attaquent à la vente du riz avarié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Doukoua Godé, président de la Fédération Nationale des consommateurs de Côte d’Ivoire (FAC-CI), a donné l’alerte aux autorités ivoiriennes, suite à des informations reçues du Burkina Faso et du Togo.

Son organisation va demander au procureur de la République d’ouvrir une enquête sur cette affaire : "Nous allons demander au Procureur de la république de porter plainte contre tous les acteurs qui sont impliqués dans l’importation de ce riz à Abidjan.Les textes en Côte d’Ivoire prévoient que toute personne qui importe des produits de mauvaise qualité, des produits impropres à la consommation, doit être poursuivie".

La classe politique a également réagi. Nathalie Yamb du parti Lider, le parti de Mamadou Koulibaly, dénonce le débarquement de ce riz avarié au port d’Abidjan et se demande comment cela a-t-il pu se faire.

"Comment peut-on décharger à Abidjan un riz qui a été refoulé aux ports de Conakry, de Lomé et de Tema et qui n’était même pas destiné au port d’Abidjan ? Qui a pris la décision de faire rentrer ce riz en Côte d’Ivoire ? Ça doit être quelqu’un de très haut".

La contrebande d'or en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Nathalie Yamb déplore qu’aucune sanction n’ait jusque là été prise contre les responsables du débarquement de ce riz au port d’Abidjan :

"Je trouve ahurissant de la part du gouvernement que l’on puisse laisser entrer sur le territoire des cargaisons dangereuses de riz et que cela ne soit pas suivi de sanctions. Ni contre l’importateur, ni contre les douanes ni contre le port d’Abidjan".

Cette affaire en rappelle une autre, celle du Probo Koala, ce navire qui avait déversé en 2006 des déchets toxiques au port d’Abidjan.

"Malheureusement, on n’a pas tiré les leçons de ce mauvais souvenir qu’est le Probo Koala dont les conséquences sont encore visibles. Certaines personnes sont toujours malades du fait de ces déchets toxiques. On continue d’agir comme si rien ne s’était passé il y a quelques années", explique Doukoua Godé.

En dépit de l’opération de destruction commencée le 16 avril dernier, les organisations de consommateurs redoutent qu’une partie de ce riz avarié ne soit déjà sur le marché.

Les manifestants algériens ne lâchent pas

Les manifestants algériens ne lâchent pas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Premier désaccord à l'Assemblée nationale congolaise

Premier désaccord à l'Assemblée nationale congolaise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Les organisations de consommateurs s'attaquent à la vente du riz avarié

Les organisations de consommateurs s'attaquent à la vente du riz avarié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Jeannine Mabunda, nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en RDC

Jeannine Mabunda, nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG