Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

MHD soupçonné d'homicide volontaire d’un Camerounais à Paris

Le rappeur MHD au festival "Vieilles Charrues", le 14 juillet 2017.

Le rappeur MHD a été mis en examen jeudi dernier pour "homicide volontaire" par un juge d'instruction avant d'être placé en détention provisoire dans l'enquête sur la mort d'un jeune en juillet au cours d'une rixe à Paris, a annoncé son avocate dans un communiqué.

L'artiste parisien de 24 ans, Mohamed Sylla de son vrai nom, "conteste toute implication dans cette rixe, sa présence sur le lieu des faits n'étant pas avérée", a déclaré dans un communiqué son avocate Elise Arfi.

Elle a annoncé qu'elle ferait appel de son placement en détention provisoire, au regard notamment de ses "garanties de représentation" et de l'"absence d'antécédent judiciaire".

Début juillet, un homme de 23 ans avait succombé à un passage à tabac et à une blessure à l'arme blanche dans le Xe arrondissement de la capitale française, "un règlement de comptes entre bandes du Xe et du XIXe arrondissements" qui avait impliqué une quinzaine de personnes, selon une source proche de l'enquête.

"Plusieurs jeunes du XIXe étaient descendus sur le Xe en mode 'opération punitive'", a raconté cette source.

Le rappeur, originaire du XIXe arrondissement, n'a "jamais été impliqué dans des conflits entre bandes rivales", a assuré son avocate.

Elle soutient que, dans le cadre de cette affaire, "un véhicule appartenant à monsieur Sylla a été utilisé par des individus, identifiés par les enquêteurs comme auteurs de cette agression mortelle".

"Dès qu'il en a eu connaissance", Mohamed Sylla s'est rapproché du juge d'instruction courant juillet par l'intermédiaire de son avocat, a-t-elle ajouté. Il lui a alors fait savoir qu'"il se tenait à la disposition de la justice pour expliquer les circonstances dans lesquelles son véhicule avait pu être utilisé" sur les lieux, a poursuivi l'avocate.

MHD, l'inventeur autoproclamé de l'"afro-trap", un rap festif aux influences africaines, est notamment connu pour son tube "Afro Trap Part. 3 (Champions League)", un hymne à la gloire du club de football parisien PSG, et pour son premier album éponyme, certifié triple disque de platine en France et disque de platine à l'export.

Son concert qui était prévu pour mercredi soir à Amsterdam, aux Pays-Bas, avait dû être annulé.

Le rappeur, qui a sorti en septembre son deuxième album "19", doit aussi se produire le 29 mars à l'AccorHotels Arena, à Paris.

Toutes les actualités

Davos dit entendre la frustration mondiale grandissante contre les super-riches

Davos dit entendre la frustration mondiale grandissante contre les super-riches
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Taxe numérique : France et Etats-Unis ont trouvé un "cadre global commun" pour éviter une escalade commerciale

Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a assuré mercredi après une entrevue avec son homologue américain Steven Mnuchin que Paris et Washington avaient trouvé un "cadre global commun" sur la taxe numérique française qui irrite les Etats-Unis.

"La France est prête à reporter le paiement des acomptes de sa taxe digitale à décembre 2020" et les "Etats-Unis sont prêts à suspendre les sanctions" qu'ils menaçaient de prendre contre des produits français pendant ce temps, a-t-il dit en marge du Forum économique mondial de Davos.

"La France n'acceptera ni retrait ni suspension de sa taxe tant qu'il n'y aura pas de solution internationale", a ajouté le ministre, se défendant de plier sous la pression américaine.

"Il reste à nous entendre sur (une) base commune de travail" avec les Etats-Unis pour faire avancer les négociations au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à la fois pour une taxe numérique internationale, et pour une taxation minimale des entreprises.

M. Le Maire a indiqué qu'il allait revoir jeudi son homologue américain pour discuter ce dernier point "non négligeable".

Washington avait notamment avancé comme base de discussion le principe d'une taxation optionnelle, une ligne rouge pour Paris. "Je crois que ce n'est plus sur la table", a dit le ministre français.

Ce dernier a aussi assuré que l'Europe était "unie comme jamais" dans cette affaire, rejetant les accusations de jouer cavalier seul alors que d'autres pays européens mènent leurs propres projets de taxation numérique.

Sahel : la France va envoyer des renforts supplémentaires

Un soldat français de l'opération de Barkhane dans le nord du Burkina Faso le 9 novembre 2019.

L'opération antijihadiste française au Sahel, Barkhane, va recevoir des "moyens supplémentaires" en sus des 220 soldats déjà récemment envoyés en renfort, pour tenter d'enrayer la spirale des violences, a annoncé mercredi le chef d'état-major français des armées François Lecointre.

Outre l'envoi récent en renfort de 220 soldats "qui étaient en mission de courte durée en Côte d'Ivoire", la France prévoit "l'engagement de moyens supplémentaires dont je vais présenter le profil et la composition au président de la République dans les jours qui viennent", a souligné sans plus de détails le général, lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes de défense (AJD).

Ces nouveaux renforts seront accompagnés de "moyens logistiques et de renseignement supplémentaires", a-t-il poursuivi. De source proche du dossier, des annonces devraient avoir lieu à ce sujet le 29 janvier.

"Nous allons accentuer nos efforts dans la zone du Liptako-Gourma, dans la zone +des trois frontières+ (entre Mali, Burkina Faso et Niger, ndlr), en y concentrant des moyens supplémentaires", a rappelé François Lecointre. "Aujourd'hui, dans cette zone extrêmement vaste, les moyens qui sont mis à disposition de l'opération Barkhane ne sont pas suffisants pour qu'on puisse avoir des soldats déployés H24, 7 jours sur 7".

Avant l'annonce de premiers renforts par le président Emmanuel Macron au sommet de Pau début janvier, la force Barkhane comptait quelque 4.500 militaires au Sahel.

La force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) se focalisera également sur cette zone des trois frontières, sanctuaire du groupe Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) où se sont concentrées les attaques meurtrières des jihadistes ces derniers mois, a précisé le plus haut gradé français.

Enfin, "nous souhaitons engager les Européens" via un groupement de forces spéciales baptisé Takuba, destiné à accompagner les forces locales au combat. Cette force, qui sera déployée cet été, sera "pleinement opérationnelle à partir de l'automne", a-t-il fait valoir.

"Sur le plan tactique, voilà ce qui nous fait espérer qu'on va obtenir une bascule", a-t-il souligné tout en évoquant "de toute façon un engagement long. Je ne pense pas, malgré cette inflexion, que nous allons à la fin de l'année pouvoir crier victoire".

Le sommet économique de Davos

Le sommet économique de Davos
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

Sommet GB/Afrique : beaucoup d’absents et la promesse d’une immigration plus juste

Sommet GB/Afrique : beaucoup d’absents et la promesse d’une immigration plus juste
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG