Liens d'accessibilité

Menacée par le poulet européen, la volaille sud-africaine en péril


Des poulets sur le bord d'une fenêtre , à Qunu, le 10 décembre 2013.

Les industriels sud-africains de la volaille ont décrété mercredi la mobilisation générale contre les importations de poulet à bas prix en provenance de l'Union européenne (UE), une concurrence jugée déloyale qui menace l'avenir de toute leur filière.

Environ 500 personnes, salariés comme patrons, ont défilé à la mi-journée jusqu'à l'ambassade de l'UE à Pretoria en accusant Bruxelles d'être responsable d'une récente vague de 4.000 à 5.000 suppressions d'emplois dans leur secteur.

"Le dumping détruit les emplois sud-africains", proclamait une des banderoles déployées dans le cortège.

"Nous protestons contre les poulets étrangers", a expliqué unemanifestante, Elizabeth Mokale, 54 ans, à la tête d'une exploitation à Rustenburg (nord-est). "Nous ne sommes pas sûrs qu'ils soient sains et, en plus, ils vont détruire nos emplois".

Numéro 1 de la volaille sud-africaine, RCL Foods a annoncé la semaine dernière 1.355 licenciements, soit un cinquième de ses effectifs, et mis en vente 15 de ses 25 fermes.

A en croire son patron, ce dégraissage massif a pour seule cause la concurrence féroce du poulet européen, dont les volumes d'importation ont été, dit-il, multipliés par dix en sept ans.

"C'est un problème qui n'a cessé de s'aggraver depuis que l'Union européenne a augmenté ses livraisons de morceaux de poulets en Afrique du Sud à des tarifs que nous considérons comme trop bas", juge le directeur de RCL Foods Scott Pitman.

"Nous en avons subi les conséquences financières ces cinq dernières années et nos pertes sont devenues telles que nous sommes désormais menacés de faillite si nous ne réduisons pas la taille de nos exploitations", ajoute M. Pitman.

Son entreprise est loin d'être la seule en difficulté. Un autre producteur, Country Chickens, pourrait ainsi prochainement supprimer 1.500 postes, selon Katishi Masemola, secrétaire général de la FAWU, un syndicat de l'industrie alimentaire.

Les pays de l'UE ont fourni à eux seuls près de la moitié (44%) de la volaille étrangère consommée en Afrique du Sud, à quasi-égalité avec le Brésil avec 43% des importations, selon les statistiques officielles de l'industrie sud-africaine.

Ces importations sont notamment constituées des morceaux les moins nobles des poulets européens, tels les pilons, exportés à des prix inférieurs de 30 à 50%, affirment les producteurs sud-africains, à ceux qu'ils pratiquent.

'Bouc émissaire'

Kevin Lovell, le patron de l'Association du secteur de la volaille sud-africaine (Sapa), estime sans détour que son pays est devenu une "poubelle à déchets" pour les poulets européens.

Des accusations catégoriquement rejetées par Bruxelles, qui refuse d'être le "bouc émissaire" de l'industrie sud-africaine.

"C'est une distorsion que de penser que la politique commerciale européenne est à l'origine, voire la principale cause des difficultés actuelles de l'industrie sud-africaine du poulet", estime l'ambassadeur de l'UE à Pretoria, Marco Cornaro.

Selon ses chiffres, les morceaux de poulet de l'UE ne couvrent que 14% de la consommation sud-africaine.

Pour les Européens, les difficultés de la volaille locale sont plutôt à trouver dans le manque de compétitivité des entreprises, leurs lourdes charges d'électricité et la sécheresse qui a frappé la région.

Pour tenter de protéger ses producteurs, le gouvernement de Pretoria a augmenté dès 2015 sa taxe sur les volailles étrangères.

En décembre dernier, il en a mis en place une autre, malgré l'entrée en vigueur l'an dernier d'un accord économique (EPA) avec l'Europe des 28, son principal partenaire commercial.

Mais, se lamentent les producteurs sud-africains, ces mesures sont loin d'être suffisantes. Si rien de plus n'est fait, assurent-ils, c'est toute l'industrie, ses 60.000 emplois directs et ses 130.000 emplois indirects, qui sont menacés.

"L'avenir est sombre. Si rien n'est fait, l'industrie sud-africaine du poulet aura disparu d'ici à douze mois", s'alarme M. Pitman.

Dans un pays où le taux de chômage officiel a franchi la barre des 27% de la population active, les appels au secours du secteur semblent avoir gagné les hautes sphères du pouvoir.

Lundi, le secrétaire général du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, Gwede Mantashe, a exhorté le gouvernement à intervenir. "Il doit racheter les exploitations qui ferment et continuer la production", a-t-il ordonné.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG