Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Manifestations #EndSARS: appel à marcher samedi pour réclamer justice

Manifestations contre la brutalité policière, à Lagos, au Nigeria, le 20 octobre 2020.

Plusieurs figures du mouvement contre les violences policières qui a balayé le Nigeria en octobre appellent à occuper samedi un péage à Lagos, où l'armée avait réprimé dans le sang une manifestation, pour réclamer justice.

Sur le Twitter nigérian, le hashtag "OccupyLekkiTollGate" (Occupons le péage de Lekki) était largement partagé après la décision samedi d'un tribunal d'autoriser la réouverture de ce péage de Lagos, capitale économique du Nigeria.

Le 20 octobre, l'armée avait ouvert le feu sur des manifestants réunis à ce péage, devenu l'épicentre de la contestation #Endsars qui avait balayé le pays, faisant au moins 10 morts, selon l'ONG Amnesty international.

Après la fusillade de Lekki, qui avait provoqué une indignation internationale, les manifestations avaient cessé, mais des violences et pillages avaient éclaté un peu partout dans le pays.

En tout, au moins 56 personnes (manifestants, civils et policiers) avaient été tuées au Nigeria, selon Amnesty International.

Depuis le retour au calme fin octobre, les voitures circulaient librement sur le péage, qui portait toujours les stigmates de cette contestation et de la répression qui avait suivi.

La Cour de justice mise en place par l'Etat de Lagos pour enquêter sur les accusations de brutalités policières et sur la répression des manifestations, a finalement autorisé samedi la compagnie en charge du péage à reprendre possession des lieux.

Pour de nombreux activistes, la remise en état du péage et de son exploitation commerciale est perçue comme un affront, alors que les responsables de cette tuerie n'ont pas été jugés.

Depuis le début de l'année, l'enquête patauge, les responsables de l'armée accusés d'avoir ordonné les tirs sur les manifestants, convoqués à trois reprise, ne s'étant plus présentés devant cette cour.

Le message "Pas de justice, pas de réouverture, occupons samedi 13 février le péage de Lekki" était largement partagé depuis samedi sur Twitter.

"S'ils rouvrent le péage de Lekki et commencent à collecter l'argent du sang, alors nous devons l'occuper à nouveau", écrivait par exemple l'un des leaders de la contestation, "Comrade" (camarade, en anglais) Deji Adeyanju, suivi par 120.000 abonnés.

En réaction, certains internautes ont appelé à une contre-manifestation.

Le hashtag #DefendLagos, appelant les citoyens à se rendre le même jour sur le péage de Lekki pour "défendre Lagos" contre les "pilleurs", était lui aussi largement partagé.

Toutes les actualités

Libération des 42 otages enlevés il y a 10 jours au Nigeria

Un groupe d'écoliers kidnappés est escorté par des militaires et des fonctionnaires nigérians après leur libération suite à leur enlèvement la semaine dernière, à Katsina, au Nigeria, le 18 décembre 2020.

Les 42 personnes, dont 27 enfants, enlevées il y a dix jours dans une école du centre-ouest du Nigeria, ont été libérées, ont annoncé samedi les autorités locales, au lendemain d'un nouveau kidnapping de masse où 317 jeunes filles ont également été enlevées dans le nord du pays.

"Les élèves, les professeurs et leurs proches du Collège des sciences de Kagara ont retrouvé la liberté et sont reçus par le gouvernement local", a annoncé sur twitter Abubakar Sani Bello, le gouverneur de l'Etat nigérian du Niger, l'une des régions minées par les groupes criminels appelés "bandits".

A la mi-février, des hommes armés avaient attaqué ce pensionnat public d'enseignement secondaire de Kagara, tuant un étudiant et emmenant avec eux 27 élèves, trois professeurs et 12 membres de familles du personnel.

Les "bandits", comme les désignent les autorités, terrorisent les populations locales, mènent des kidnappings de masse contre rançon, enlevant désormais des enfants dans des écoles, pillent les villages et volent le bétail.

Faut-il négocier avec des ravisseurs? Débat au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Vendredi, 317 jeunes filles scolarisées dans l'Etat de Zamfara, plus au nord, ont été également enlevées dans leurs dortoirs. Une opération de sauvetage est en cours, composée de forces de sécurité, mais aussi de villageois en colère.

Le président Muhammadu Buhari, très fortement décrié face à la situation sécuritaire catastrophique dans le nord du Nigeria, a assuré vendredi soir qu'il ne "cèderait pas au chantage" des bandits.

A chaque nouveau kidnapping de masse, les autorités, fédérales ou locales, affirment ne payer aucune rançon aux ravisseurs pour la libération des otages, ce qui est peu probable au regard des experts en sécurité qui craignent que ce mode de kidnappings se multiplient dans la région.

Ces bandes criminelles sont motivées par l'appât du gain, mais certaines ont tissé des liens forts avec les groupes jihadistes présents dans le nord-est.

Ces violences criminelles ont fait plus de 8.000 morts depuis 2011, et forcé plus de 200.000 personnes à fuir leur domicile, selon un rapport du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) publié en mai 2020.

Les forces de sécurité sur les lieux où 317 élèves ont été enlevées

Les forces de sécurité sur les lieux où 317 élèves ont été enlevées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

"Plus de 300 filles" portées disparues après un kidnapping de masse au Nigeria

Les noms des écolières disparues de Chibok, enlevées par l'insurrection de Boko Haram en 2014, sont affichés à Abuja, au Nigeria, le 14 avril 2019.

Des dizaines d'hommes armés ont envahi les dortoirs d'une école pour jeunes filles dans le nord-ouest du Nigeria, dans la nuit de jeudi à vendredi et ont enlevé un grand nombre d'entres elles, ont rapporté vendredi des sources locales.

"Plus de 300 filles sont toujours portées disparues", a expliqué à l'AFP un professeur à l'école de Jangebe, dans l'Etat de Zamfara, qui souhaite garder l'anonymat.

"Je suis sur la route vers Jangebe", déclaré de son côté Sadi Kawaye, un père dont deux filles ont été enlevées. "J'ai reçu un appel pour m'informer que des bandits avaient kidnappé des élèves", a-t-il souligné.

Selon le quotidien The Punch, un membre du personnel de l'école a déclaré que les bandits sont arrivés vers 1 heure du matin vendredi avec des minibus Hilux et des motos, puis "ils ont évacué les élèves par la force".

Il s'agit d'un nouveau kidnapping de masse contre rançon dans cette région, où des groupes armés, appelés des "bandits" terrorisent les population, volent du bétail et pillent les villages.

La semaine dernière, 42 enfants ont été enlevés dans l'Etat du Niger, dans le centre-ouest du Nigeria, et plus de 300 garçons avaient également été enlevés début décembre à Kankara dans l'Etat de Katsina.

Ces bandes criminelles se cachent souvent dans des camps dans la forêt de Rugu, qui s'étend sur quatre Etats du nord et du centre du Nigeria: ceux de Katsina, de Zamfara, de Kaduna, et du Niger.

Ces bandes criminelles sont motivées par l'appât du gain, mais certaines ont tissé des liens forts avec les groupes jihadistes présents dans le nord-est.

Ces violences criminelles ont fait plus de 8.000 morts depuis 2011, et forcé plus de 200.000 personnes à fuir leur domicile, selon un rapport du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) publié en mai 2020.

Dans l’État nigérian de Sokoto, un foyer pour les orphelins de Boko Haram
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

Dans l’État nigérian de Sokoto, un foyer pour les orphelins de Boko Haram

Dans l’État nigérian de Sokoto, un foyer pour les orphelins de Boko Haram
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

18 morts dans des attaques de "bandits" dans le Nord du Nigeria

Un membre des forces de sécurité monte la garde dans la ville de Kaduna, au nord du Nigeria, le 4 octobre 2018. Des hommes armés ont attaqué les villages des États de Kaduna et Katsina le 24 février 2021, faisant 36 morts et plusieurs autres blessés.

Dix-huit personnes ont été tuées et de nombreuses personnes blessées dans des attaques perpetrées par des "bandits" dans l'État de Kaduna, dans le nord du Nigeria, ont annoncé jeudi les autorités locales. 

Les criminels communément appelés des "bandits" sont arrivés à moto et ont envahi plusieurs villages des districts d'Igabi et de Chikun dans la nuit de mardi à mercredi, tirant sur des habitants, incendiant des maisons et volant du bétail, a déclaré jeudi Samuel Aruwan, le ministre local pour la sécurité intérieure de l'État de Kaduna dans un communiqué.

"Les agences de sécurité ont signalé plusieurs attaques commises par des bandits armés contre des civils dans les zones de gouvernement local d'Igabi et Chikun au cours des dernières 48 heures, qui ont fait 18 morts et un nombre indéterminé de blessés", précise le ministre.

Ces attaques, selon lui, ont été commises en représailles à des "opérations aériennes ciblées" menées contre les "bandits" qui terrorisent les populations, volent le bétail et procèdent à des kidnappings de masse dans le nord-ouest et le centre-ouest du Nigeria.

Début février, des "bandits" ont tué 19 personnes lors d'attaques contre des villages des districts de Birnin Gwari et Kajuru, également situés dans l'Etat Kaduna.

Ces bandes criminelles se cachent souvent dans des camps dans la forêt de Rugu, qui s'étend sur quatre Etats du nord et du centre du Nigeria: ceux de Katsina, de Zamfara, de Kaduna, et du Niger.

Ces bandes criminelles sont motivées par l'appât du gain, mais certaines ont tissé des liens forts avec les groupes jihadistes présents dans le nord-est.

Ces violences criminelles ont fait plus de 8.000 morts depuis 2011, et forcé plus de 200.000 personnes à fuir leur domicile, selon un rapport du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) publié en mai 2020.

Voir plus

XS
SM
MD
LG