Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Manifestations à travers la Syrie contre la décision américaine sur le Golan

Des Syriens contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan le 26 mars 2019.

Des manifestations ont eu lieu mardi dans de nombreuses villes de Syrie pour protester contre la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté israélienne sur la partie occupée et annexée du plateau du Golan.

Le président américain Donald Trump a signé lundi à la Maison Blanche, en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, un décret reconnaissant la souveraineté israélienne sur ce territoire conquis en 1967 par l'Etat hébreu et annexé en 1981. L'ONU n'a jamais reconnu cette annexion.

Le gouvernement syrien avait dénoncé dès lundi "une violente attaque contre l'intégrité territoriale" de la Syrie.

Mardi, des Syriens sont descendus dans la rue pour protester contre la décision américaine à Homs (centre), Qamichli et Hassaké, dans le nord-est du pays sous administration kurde, à Alep (nord), Deir Ezzor (est) ainsi que dans la capitale Damas et les fiefs du président Bachar al-Assad à Lattaquié et Tartous (ouest), selon l'agence de presse officielle Sana.

Ils ont brandi des portraits du président ainsi que des drapeaux syriens et palestiniens, selon la même source.

"Le parti pris éhonté des Etats-Unis en faveur d'Israël ne changera pas l'identité syrienne du Golan", a affirmé le ministre de l'Information Imad Sara à la télévision d'Etat syrienne lors de la manifestation à Damas.

"Le Golan est arabe et syrien que ça leur plaise ou non", a déclaré à l'AFP un des manifestants, Mohammad Shaaban, à Alep.

"L'Amérique est maintenant le premier ennemi des Arabes", a dénoncé dans une déclaration lue devant le palais de justice de Damas un représentant de l'ordre des avocats syriens, selon des images de la télévision d'Etat. A Hama (centre), les avocats ont interrompu les audiences pendant une heure en signe de protestation, selon Sana.

La Russie et l'Iran, alliées du régime syrien, ainsi que plusieurs Etats arabes ont rejeté la décision des Etats-unis.

Prévues de longue date, des consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la force de l'ONU (Fnuod) déployée sur le plateau du Golan doivent se tenir mercredi à New York. Dès mardi, une réunion mensuelle publique du Conseil sur le Proche-Orient devrait aussi permettre aux membres de l'instance de l'ONU d'évoquer la décision américaine.

Toutes les actualités

Les talibans ont encore des liens "étroits" avec Al-Qaïda selon le Pentagone

Des militants s'affirmant talibans, posent avec des armes RPG et AK47, dans la province de Zabul, au sud de Kaboul.

Al-Qaïda a conservé des liens "étroits" avec les talibans en Afghanistan et il est dans son "intérêt à long terme" d'attaquer des forces occidentales dans la région, selon un rapport du Pentagone publié mercredi.

En signant un accord bilatéral avec les Etats-Unis fin février, les talibans se sont engagés avec réticence à empêcher Al-Qaïda d'utiliser l'Afghanistan comme un refuge d'où préparer des attentats.

Mais depuis, les talibans ont continué à coopérer avec la branche régionale du réseau responsable des attentats du 11-Septembre, Al-Qaïda dans le sous-continent indien (Aqis selon l'acronyme anglais), note le rapport du ministère américain de la Défense.

"Aqis apporte régulièrement son soutien et sa coopération à des combattants de base des talibans pour affaiblir le gouvernement afghan et il est dans son intérêt à long terme d'attaquer des forces américaines et occidentales dans la région", ajoute ce rapport semestriel publié à la demande du Congrès.

"Malgré les récents progrès dans le processus de paix, Aqis maintient des liens étroits avec les talibans en Afghanistan, vraisemblablement pour bénéficier d'une protection et de formation", poursuit le document.

Les membres du groupe d'origine encore en Afghanistan sont en mode de survie et ont délégué la direction régionale du réseau à Aqis, selon le rapport qui souligne que la coalition internationale "a réduit les capacités d'Aqis à mener des opérations en Afghanistan sans le soutien des talibans".

L'accord de Doha, signé le 29 février dernier, prévoit le départ de l'ensemble des forces étrangères d'Afghanistan d'ici le printemps 2021 en échange de garanties sécuritaires des talibans. Parmi celles-ci, les insurgés se sont engagés à ce que le pays ne puisse être utilisé comme refuge par des groupes extrémistes souhaitant frapper hors du territoire national.

Les Etats-Unis s'étaient engagés à ramener leurs effectifs de 12.000 à 8.600 hommes à la mi-juillet. Depuis, Washington a annoncé avoir retiré ses forces d'Afghanistan au niveau prévu par ce texte, soit 8.600 soldats.

Mais pour un retrait total, les talibans doivent notamment prouver qu'ils peuvent combattre al-Qaïda.

Les États-unis veulent prolonger l'embargo sur les armes au Moyen-Orient

Les États-unis veulent prolonger l'embargo sur les armes au Moyen-Orient
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Conflit syrien : 7,7 milliards de dollars d'aides pour les réfugiés malgrè la crise

Le camp de réfugiés de Sehba 1 en Syrie le 20 juin 2020.

Le soutien de la communauté internationale aux réfugiés syriens a été confirmé mardi, malgré la crise provoquée par la pandémie, avec la levée de 7,7 milliards de dollars au cours d'une conférence des donateurs organisée par l'UE et les Nations unies.

"Les engagements totalisent 6,9 milliards d'euros, soit 7,7 milliards de dollars, dont 4,9 milliards d'euros pour 2020 et 2 milliards d'euros supplémentaires pour 2021", a annoncé le commissaire européen Janez Lenarčič à l'issue de la conférence.

La précédente conférence des donateurs pour la Syrie en 2019 avait permis de lever 7 milliards de dollars en engagements.

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires Mark Lowcock a salué ce succès obtenu à "un moment difficile pour trouver des financements".

"Si nous obtenons 5,5 milliards de dollars, ce ne sera pas un mauvais résultat", avait-il déclaré à l'ouverture de la conférence.

Les institutions de l'UE ont promis "2,3 milliards d'euros pour cette année et l'année prochaine".

Les Etats membres ont ajouté des contributions nationales. L'Allemagne a ainsi promis 1,58 milliards d'euros, l'Italie 45 millions, l'Irlande 25 millions, le Luxembourg 7,5 millions d'euros.

Le Royaume-Uni a pour sa part annoncé une contribution de 300 millions de livres (328 millions d'euros) et la France s'est engagée pour 845 millions d'euros sur trois années, dont 637 millions d'euros en prêts.

Les engagements des pays donateurs ont été complétés par des prêts des institutions financières internationales pour un montant de 6 milliards d'euros (6,7 milliards de dollars), a indiqué le commissaire Lenarčič.

- Conflit chronique -

"Je tiens à souligner que l'événement d'aujourd'hui arrive à un moment particulièrement difficile, car l'impact de la pandémie de Covid-19 se traduit par une augmentation énorme des besoins humanitaires dans le monde entier et il est évident qu'elle a un impact profond sur les économies des donateurs", a-t-il souligné.

"Dans ce contexte, nous devons être d'autant plus satisfaits de la promesse de soutien global", a-t-il conclu.

Les fonds promis doivent permettre d'aider les quelque 12 millions de Syriens réfugiés dans des pays voisins ou déplacés dans leur pays, a précisé le représentant du HCR Filippo Grandi.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a insisté sur la charge qui pèse sur la Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Irak et l'Egypte, pays d'accueil des réfugiés.

"La Turquie accueille 3,5 millions de Syriens depuis des années. C'est un lourd fardeau", a-t-il affirmé en saluant "la solidarité" montrée par Ankara.

Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, a précisé que les réinstallations de réfugiés dans d'autres pays ont chuté en 2020. Cette situation fait peser une "pression très forte sur les pays d'accueil", a insisté M. Grandi.

"La pandémie a par ailleurs durement frappé les économies des pays de la région et si son impact négatif n'est pas contré, tous les progrès de l'aide humanitaire seront annulés", a-t-il averti.

"Nous ne voyons pas de solution politique au conflit", a-t-il déploré. "Il y a plus de régions qui sont devenues plus stables, mais il y a encore des zones en conflit".

"Les retours de réfugiés doivent se faire de manière volontaire. Or, il n'y aura pas de programme de reconstruction tant qu'il n'y aura pas de paix", a-t-il averti.

"Le conflit en Syrie est devenu chronique", a déploré Josep Borrell. "Nous ne pouvons pas l'accepter".

"Nous avons besoin d'un processus politique qui permette une Syrie pacifiée, démocratique et stable", a-t-il rappelé.

Annexion en Cisjordanie: les regards sont tournés vers Netanyahu

De g. à d., le président israélien Reuven Rivlin, le président américain Donald Trump et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, Israël, le 22 mai 2017. (AP Photo/Evan Vucci)

Qui peut lire dans la tête de Benjamin Netanyahu? A la veille d'une échéance clé pour le plan d'annexion en Cisjordanie, la stratégie du Premier ministre israélien, dont le projet est vivement critiqué à l'étranger, reste difficile à décoder.

Selon l'accord passé en mai entre M. Netanyahu et son ancien rival électoral Benny Gantz, leur gouvernement d'union doit se prononcer à partir de mercredi sur la mise en oeuvre du plan américain pour le Proche-Orient, qui prévoit notamment l'annexion par Israël de colonies et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée.

Rejeté en bloc par les Palestiniens, ce plan a été salué comme étant une "opportunité historique" par M. Netanyahu, qui rencontre d'ailleurs mardi à Jérusalem Avi Berkowitz, conseiller spécial du président Donald Trump, et David Friedman, ambassadeur américain en Israël.

Mais M. Netanyahu est resté discret ces dernières semaines sur ses intentions exactes, au moment où certains observateurs estiment que le gouvernement pourrait temporiser ou commencer par annexer seulement certaines colonies ou blocs de colonies comme Maalé Adoumim, Goush Etzion ou Ariel.

Benny Gantz, actuellement ministre de la Défense, a lui-même affirmé que la date du 1er juillet n'était pas "sacrée", mettant la priorité sur la gestion de la pandémie de nouveau coronavirus. Après avoir réussi à relativement bien contenir le virus, Israël enregistre actuellement une hausse du nombre de cas de personnes contaminées.

"Tout ce qui n'est pas lié à la bataille contre le coronavirus attendra jusqu'après le virus", a dit lundi M. Gantz, propos auxquels les services de M. Netanyahu n'ont pas réagi.

Dans ce contexte de crise sanitaire, seuls 5% des Israéliens considèrent que l'annexion doit être la priorité du gouvernement, selon un récent sondage de la chaîne télévisée 12.

"On peut se demander, dans ce cas, pourquoi M. Netanyahu ferait la promotion de son projet, s'il y a si peu d'intérêt dans l'opinion publique", souligne Yohanan Plesner, président de l'Israel Democracy Institute, un centre de recherche de Jérusalem.

- Postérité -

"Une première explication pourrait être de vouloir faire glisser le débat public sur un autre sujet que celui d'un Premier ministre inculpé", estime l'analyste, faisant référence aux ennuis judiciaires de M. Netanyahu, dont le procès pour corruption s'est ouvert fin mai.

Une autre explication serait la volonté de M. Netanyahu, détenteur du record de longévité au poste de Premier ministre de toute l'histoire d'Israël, de garder le pouvoir.

"M. Netanyahu se demande toujours: +comment faire pour rester Premier ministre+", affirme Erez Yaacobi, expert en psychologie politique. "Il sait que l'annexion est importante pour la droite, sa base électorale. Stratégiquement, s'il n'annexe pas, ce sera problématique vis-à-vis de ses électeurs."

Mais M. Netanyahu doit aussi composer avec les vives critiques que son projet a soulevé à l'étranger.

Lundi, l'ONU a de nouveau dénoncé le plan israélien, mettant en garde contre des "ondes de choc (qui) dureront des décennies et seront extrêmement préjudiciables à Israël, ainsi qu'aux Palestiniens".

L'Union européenne a elle lancé une offensive diplomatique pour tenter d'empêcher Israël de poursuivre son projet d'annexion, sans sembler en mesure de menacer le pays de sanctions car l'imposition de telles mesures exige l'unanimité de ses Etats membres.

Les pays arabes ont de leur côté indiqué qu'une annexion menacerait la région d'un "conflit majeur", et mettrait fin aux ambitions israéliennes d'une "normalisation" des relations avec les Etats arabes du Golfe.

Et à Ramallah, l'Autorité palestinienne a déjà mis un terme à la coopération sécuritaire avec Israël et répété que toute annexion annulerait tous les accords avec l'Etat hébreu. Elle a cependant affirmé lundi être prête à reprendre des négociations bilatérales.

Malgré toutes les critiques, M. Netanyahu pourrait aller de l'avant avec son projet, par souci de marquer son legs politique.

"Il veut laisser quelque chose derrière lui au moment où il prendra se retraite ou mourra", juge M. Yaacobi. Dans ce cas, "l'annexion restera à jamais celle de Netanyahu".

La faim atteint des proportions record en Syrie, avertissent des ONG

Jumana et Farhan al-Alyawi, des jumeaux syriens de 8 ans déplacés d'Idleb dans une tente au camp d'Atmeh, près de la frontière turque, en Syrie, le 19 juin 2020.

La faim touche un nombre record de Syriens et cela pourrait encore empirer, ont averti lundi plusieurs organisations à la veille d'une conférence d'aide internationale à Bruxelles et alors que l'ONU réclame une augmentation de l'assistance transfrontalière.

Plus de neuf ans après le début d'une guerre meurtrière et complexe, les combats ont baissé en intensité mais l'urgence demeure dans un pays où les camps de déplacés abondent et où plusieurs millions de personnes dépendent des aides humanitaires.

"Actuellement, quelque 9,3 millions de Syriens se couchent en ayant faim, tandis que plus de 2 millions (supplémentaires) risquent de connaître le même sort", ont averti dans un communiqué commun plusieurs ONG internationales.

Le nombre de Syriens souffrant d'insécurité alimentaire a augmenté de 42% depuis l'année dernière, selon le texte signé notamment par le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Oxfam, CARE et Mercy Corps.

"Les Syriens qui ont déjà enduré pratiquement une décennie de guerre et de déplacements sont maintenant confrontés à un niveau de faim sans précédent", déplore le texte.

"L'assistance internationale est nécessaire aujourd'hui plus que jamais", ajoutent les ONG.

"A moins que les financements et l'accès humanitaire n'augmentent, de nombreux Syriens, notamment ceux réfugiés dans la région, se retrouveront (également) au bord de la famine", poursuit le texte.

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU lundi à New York, le secrétaire général adjoint de l'Organisation pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, a souligné que "les niveaux actuels d'aide fournie à travers les frontières étaient loin d'être suffisants".

"Le Nord-Ouest continue de souffrir d'une crise humanitaire majeure et les opérations transfrontalières doivent s'intensifier encore davantage", a-t-il dit.

Ne pas prolonger l'autorisation de l'aide transfrontalière, qui expire le 10 juillet, "provoquera souffrances et morts", a-t-il averti.

En janvier, cette aide avait été prolongée de seulement six mois et considérablement réduite par la Russie à deux points d'entrée sur la frontière turque contre quatre jusqu'alors.

Une conférence de soutien est organisée mardi à Bruxelles sous l'égide de l'ONU et de l'Union européenne pour encourager les donateurs à accroître l'aide apportée aux personnes affectées par le conflit syrien, dans le pays en guerre et à l'étranger.

Le conflit en Syrie déclenché en 2011 a fait plus de 380.000 morts et poussé à l'exil près de la moitié de la population d'avant-guerre, avec des déplacés à l'intérieur du pays et des réfugiés à l'étranger.

Voir plus

XS
SM
MD
LG