Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

La junte reporte la 1ère concertation sur le transfert des pouvoirs au Mali

Rencontre entre les dirigeants de la junte du CNSP et les médiateurs de la CEDEAO à Bamako, au Mali, le 22 août 2020. (Reuters/ Mamadou Keita)

Les militaires qui ont pris les rênes du Mali ont annoncé reporter la première réunion de concertation, prévue samedi avec les organisations politiques et civiles, sur un futur transfert des pouvoirs, en pleine querelle avec un acteur majeur de la crise en cours dans le pays.

La junte avait invité les partis, des groupes rebelles signataires d'un accord de paix et des organisations de la société civile à des "échanges sur l'organisation de la transition" samedi matin à Bamako.

Elle a annoncé dans un communiqué le report de cette rencontre "à une date ultérieure" en invoquant des "raisons d'ordre organisationnel".

Le Mouvement du 5-Juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) avait vivement protesté contre le fait de ne pas figurer parmi les invités.

C'est pourtant cette coalition hétéroclite de membres de l'opposition et de la société civile, et de chefs religieux qui a mené pendant des mois la contestation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, jusqu'à ce qu'un groupe d'officiers le déposent le 18 août.

Le M5-RFP réclame que la junte lui confère un rôle à la mesure de celui qu'il dit avoir joué dans la déstabilisation de l'ancien chef de l'Etat, durant la transition vers le retour au pouvoir des civils que les militaires ont promis dans un délai non fixé.

Toutes les actualités

Restitution de 900 objets culturels volés aux autorités maliennes

Restitution de 900 objets culturels volés aux autorités maliennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:26 0:00

Sept Casques bleus tués par un engin explosif dans le centre du Mali

Des soldats sénégalais de la mission de maintien de la paix des Nations unies au Mali (MINUSMA) patrouillent à pied dans les rues de Gao, le 24 juillet 2019, au lendemain d'une attaque contre une base internationale de maintien de la paix au Mali.

Sept Casques bleus ont été tués et trois autres grièvement blessés mercredi par un engin explosif dans le centre du Mali, a annoncé la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

"Ce 8 décembre, un convoi logistique de la Force (Minusma) allant de Douentza à Sévaré (centre) a heurté un engin explosif. Un premier bilan fait état de sept Casques bleus décédés et trois grièvement blessés", a indiqué la Minusma sur Twitter, sans préciser la nationalité des victimes.

L'incident a eu lieu dans la zone de Bandiagara, dans la région de Mopti, a ajouté la Minusma.

Il survient au lendemain de l'annonce par la Minusma du décès, lundi à Dakar, d'un Casque bleu qui avait été touché dans l'explosion d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule, le 22 novembre près de Tessalit, dans le nord du Mali. La nationalité du Casque bleu n'a pas été précisée.

Ce Casque bleu avait été emmené à Dakar pour des soins avec deux autres soldats de la Minusma blessés au cours du même incident.

Le Mali est le théâtre depuis 2012 d'un conflit lancinant avec des attaques répétées de groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, doublées de violences contre les civils commises par des groupes armés, certains autoproclamés d'autodéfense.

La Minusma, déployée au Mali depuis 2013, est actuellement la mission de paix des Nations unies comptant le plus de morts dans le monde, avec 146 de ses membres tués dans des actes hostiles recensés au 31 octobre, selon les statistiques de l'ONU.

Opération de désobéissance civile dans une localité malienne

Opération de désobéissance civile dans une localité malienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Au moins 31 morts dans une attaque au centre du Mali

Au moins 31 morts dans une attaque au centre du Mali
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Nouveau massacre de civils au Mali: au moins 30 morts

Une voiture incendiée par des groupes de militants à Bandiagara, au Mali (photo d'archives).

Au moins 30 personnes ont été tuées vendredi dans l'attaque par des jihadistes présumés d'un véhicule de transport près de Bandiagara dans la région de Mopti, dans le centre du pays, ont indiqué à l'AFP des responsables locaux.

"Au moins 30 civils maliens ont été tués par des terroristes près de Bandiagara vendredi. Les civils étaient dans un véhicule de transport. Les passagers ont été mitraillés et le véhicule a été brûlé. L’Etat a envoyé des forces de sécurité sur place", ont déclaré à l'AFP des autorités locales de Mopti qui ont requis l'anonymat.

Un élu de la localité de Bandiagara a confirmé ce bilan et précisé que parmi les victimes, il y a "des enfants et des femmes et des disparus".

Les forces de sécurité ont été envoyées sur place, selon les mêmes sources.

L'attaque n'a été revendiquée par aucun des nombreux groupes armés qui sévissent dans le pays.

Le Mali est livré depuis 2012 aux agissements de groupes affiliés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, ainsi qu'aux violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d'autodéfense et des bandits. Les forces régulières sont elles-mêmes accusées d'exactions.

Les violences parties du nord en 2012 se sont propagées au centre, au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires, et des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaines.

La prise du pouvoir à Bamako par des militaires à la faveur d'un putsch en 2020 n'a pas enrayé la spirale de violences.

Voir plus

XS
SM
MD
LG