Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Les dégâts dans une école, après une frappe aérienne dans le district de Zara à Tripoli, en Libye, le 13 avril 2019.

La communauté internationale reste divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait au moins trois morts.

La communauté internationale reste divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait au moins trois morts.

Soumis lundi soir par le Royaume-Uni à ses 14 partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU, un projet de résolution sur la Libye, réclamant un cessez-le-feu et un accès humanitaire inconditionnel aux zones de combats près de Tripoli, ne fait toujours pas l'unanimité, selon des diplomates de l'ONU.

Depuis le début le 4 avril de son offensive, l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar piétine au sud de la capitale, même si elle proclame quotidiennement des percées.

Les combats ont fait en deux semaines au moins 174 morts et 18.000 déplacés selon l'ONU.

Au moment où le Conseil se réunissait mardi soir à New York, la capitale libyenne était la cible de plusieurs roquettes dont les explosions ont secoué le centre de la ville.

Trois personnes au moins, dont deux femmes, ont été tuées et 11 autres blessés dans les quartiers résidentiels d'Abou Slim et Al-Antissar, dans le sud de la capitale, selon les secours.

Fayez al-Sarraj, le chef du GNA reconnu par la communauté internationale, s'est rendu sur place dans la nuit.

- "crimes de guerre" -

Dans une vidéo diffusée par son service de presse, il a dénoncé "la sauvagerie et la barbarie" du maréchal Haftar qu'il qualifie de "criminel de guerre".

"Nous allons présenter demain tous les documents à la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité", ajoute-t-il.

M. Sarraj estime qu'il était "de la responsabilité juridique et humanitaire du Conseil de sécurité (de l'ONU) et de la communauté internationale, de tenir ce criminel responsable de ses actes".

"Au conseil de sécurité réuni en ce moment, regarder ce que fait ce criminel", poursuit-il.

Mais l'ANL du maréchal Haftar a démenti être à l'origine des tirs, et dénoncé des "actes terroristes".

Dans un communiqué, "le commandement général" de l'ANL accuse des "milices terroristes qui contrôlent la capitale de tirer aveuglément des roquettes de type Grad et des obus" sur la ville.

Mardi, la procureure de CPI Fatou Bensoudau a prévenu qu'elle "n'hésitera pas" à élargir ses enquêtes pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Libye.

"Personne ne doit douter de ma détermination à cet égard", a affirmé la procureure de la CPI qui a son siège à La Haye dans un communiqué.

A New York, un projet de résolution réclamant un cessez-le-feu est toujours en négociations au Conseil de sécurité de l'ONU.

La Russie qui avait bloqué la semaine dernière un projet de déclaration du Conseil invitant l'ANL à suspendre son offensive continue à soulever des objections quant aux références critiquant Haftar, selon un diplomates de l'ONU.

- "Coup d'Etat" -

"Ils étaient très clairs. Aucune référence nulle part", a dit ce diplomate.

Jusqu'à présent, le maréchal Haftar ne veut pas entendre parler d'un cessez-le-feu. Et Fayez al-Sarraj refuse tout processus politique s'il n'y a pas au préalable un cessez-le-feu et un retrait sur les lignes d'avant le début de l'offensive. "Des positions irréconciliables", note un diplomate.

Au Conseil de sécurité, "tout le monde veut éviter une guerre civile longue avec beaucoup de victimes civiles", indique un autre diplomate. Avec l'enlisement sur les fronts qui semble se profiler, le risque est grand que les belligérants cherchent à se réarmer auprès de leurs soutiens pour faire la différence.

L'ANL veut légitimer son offensive sur la capitale en la présentant comme une guerre contre le "terrorisme".

"Nous nous battons pour toute l'humanité, pas seulement pour la Libye. Nous voulons débarrasser la capitale des terroristes", a martelé mardi soir son porte-parole Ahmad Al-Mesmari.

Le GNA a démenti que ses forces comptaient des personnes accusées de terrorisme dans leurs rangs, accusant Haftar de vouloir "vendre son agression" à la communauté internationale en la présentant comme une guerre contre terrorisme.

L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, semble du même avis.

Il a estimé que l'offensive de Haftar "ressemblait davantage à un coup d'Etat qu'à une lutte antiterroriste", dans une interview lundi à la BBC.

Avec AFP

Toutes les actualités

11 personnes en garde à vue décédées à l'unité antidrogue en une nuit

Adama Pamtaba, chargé de communication de la police municipale de Ouagadougou, au Burkina, le 12 novembre 2018. (VOA/Lamine Traoré)

Onze personnes détenues en garde à vue sont décédées dans la nuit de dimanche à lundi dans les locaux de l'Unité antidrogue de Ouagadougou, a annoncé la procureure du Burkina Faso, Maiza Sérémé.

"Le procureur du (Burkina) Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou a été informé, ce jour 15 juillet 2019, par la directrice de la police judiciaire de la police nationale de ce que onze personnes gardées à vue à l'Unité antidrogue (UAD) pour des infractions relatives à la législation des stupéfiants sont décédées dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019", a écrit Mme Sérémé dans un communiqué.

Une "enquête a été ouverte",a indiqué la procureure qui s'est rendue sur les lieux accompagnée de ses substituts et de membres des services techniques.

"Des médecins légistes ont été requis" pour procéder à des examens et aux autopsies nécessaires pour déterminer les raisons des décès qui sont encore inconnues, a-t-elle souligné.

La société civile a par le passé souvent dénoncé les violences des forces de sécurité.

Le Burkina Faso, pays pauvre, est une des plaques tournantes du trafic de drogue vers l'Europe. La drogue arrive au Burkina Faso en provenance des ports d'Afrique de l'Ouest et prend ensuite la direction du nord vers le désert malien et libyen, selon une source sécuritaire.

En juin dernier, les autorités ont procédé à l'incinération de 35.300 tonnes de drogue, représentant le quart des saisies de l'année 2018, selon le secrétariat permanent du comité national de lutte contre la drogue.

Finale CAN-2019: 28 avions pour transporter les fans algériens

Un Boeing Boeing 737-8D6 immatriculé 7T-VKQ d'Air Algérie débarque à l'aéroport de Genève, le 20 novembre 2017.

Les autorités algériennes ont annoncé lundi avoir mobilisé 28 avions afin de transporter, via un pont aérien, 4.800 fans des "Fennecs" pour assister à la finale de la CAN-2019 face au Sénégal, vendredi au Caire.

Selon des sources concordantes, il y aura 13 avions d'Air Algérie, six de Tassili Airlines et neuf avions militaires. Ces avions décolleront des quatre coins du pays.

Le ministère algérien de la Défense avait annoncé dimanche par communiqué qu'il allait mettre à disposition neuf avions de transport militaire au profit de 870 supporters algériens.

La décision du pont aérien a été prise par le Premier Ministre, Noureddine Bédoui, lors d'un conseil du gouvernement tenu lundi.

Le pays est secoué depuis le 22 février d'un mouvement de contestation qui demande la fin du régime en place. Le Premier ministre fait partie des personnes dont le départ est réclamé par la rue.

Depuis le début de la CAN, 2.275 supporters sont partis d'Algérie. Plus de 1.200 d'entre eux sont restés au Caire pour assister jusqu'au bout aux matchs des verts, selon des sources concordantes.

Ebola fait son entrée à Goma

Ebola fait son entrée à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

Afrotech

Afrotech
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:07:34 0:00

L’Algérie et le Sénégal en finale de la 32e édition de la CAN Egypte 2019

L’Algérie et le Sénégal en finale de la 32e édition de la CAN Egypte 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:22 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG