Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les rideaux sont tombés sur le Fespaco 2019


Le Président Rwandais et burkinabè remettent le trophée au lauréat Joël Karekezi au Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

La 26e édition du Fespaco, a pris fin samedi au Burkina Faso. Le film du réalisateur rwandais Joël Karekezi, "The mercy of the jungle " a remporté l’Etalon d’or de Yennenga, le Grand Prix du festival. Le réalisateur dédie le trophée aux jeunes cinéastes de son pays.

Clap de fin pour la 26e édition du Fespaco ainsi que le cinquantenaire de la biennale du cinéma africain. Le Rwanda est monté sur la plus haute marche du podium. "The mercy of the jungle" en français "la miséricorde de la jungle" du jeune réalisateur rwandais Joël Karekezi, 33 ans a remporté l’Etalon d’or de Yennenga, le prestigieux prix d’une valeur de 20 millions de FCFA.

Le ballet national du Rwanda en prestationau Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Le ballet national du Rwanda en prestationau Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

"C’est une grande chose pas seulement pour moi mais pour ma génération. Cela prouve qu’on est capable de raconter nos histoires," a déclaré Joël Karekezi.

"Aujourd’hui, c’est un grand jour. C’est un film qu’on a fait dans des conditions difficiles. Etre en compétition, c’était un grand honneur pour nous. Et gagner ce soir, nous encourage à faire le prochain film. Peut-être le prochain sera au Fespaco très bientôt," a ajouté le jeune réalisateur.

Alif Naaba un musicien burkinabè en prestation lors de la clôture du Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Alif Naaba un musicien burkinabè en prestation lors de la clôture du Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

Le film "Karma" de Khaled Youssef de l’Egypte a, lui, remporté l’Etalon d’argent tandis que le bronze a été l’affaire de la Tunisie avec "Fatwa" de Ben Mohmound.

C’est au moins une trentaine de prix spéciaux et palmarès officiel qui a été décernée au cours de cette cérémonie de clôture. Des lauréats ont été satisfaits.

"Beaucoup d’émotions. Je suis très émue. C’est un honneur d’être ici. Je voudrais remercier Tata Milouda, qui est le personnage de mon documentaire. C’est à elle que je dédie ce trophée. C’est incroyable," s’est rejoui Nadja Harek, de l’Algérie, Poulain de Bronze avec "Tata Milouda".

Des mascottes du Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Des mascottes du Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

"Le nord et le sud du Sahara doivent se connaître à travers la culture. Ils doivent fraterniser avec la culture, le cinéma. C’est une occasion extraordinaire le Fespaco. On essaie de dépasser nos préjugés et se connaitre mieux et être solidaire parce que notre salut est dans la solidarité africaine," a confié Mohamed Chalouf, représentant de Ben Mohmound de la Tunisie Etalon de Bronze avec "Fatwa".

Le Burkina Faso, pays organisateur en plus de ses prix spéciaux doit se consoler de deux autres prix dans le palmarès officiel.

Une remise de prix au Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Une remise de prix au Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

Aicha Boro a remporté l’Etalon d’or du film documentaire avec "Le Loup d’or de Balolé".

Le film "Desrances" d’Apolline Traoré s’en sort avec le prix du meilleur décor en fiction long métrage.

La 27e édition du Fespaco, c’est du 27 février au 6 mars 2021 à Ouagadougou.

XS
SM
MD
LG