Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Les produits sanitaires disparaissent des rayons au Sénégal

Les produits antiseptiques, un désinfectant devenu rare depuis l’apparition du coronavirus au Sénégal, le 6 mars 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Le Sénégal a été touché par le nouveau coronavirus avec quatre cas confirmés. La situation a poussé les populations à se ruer vers les pharmacies pour s'équiper en masques et produits désinfectants. Les officines privées de Dakar ont des difficulté à satisfaire cette brusque hausse de la demande.

"Les produits antiseptiques sont en rupture de stock. On avait les liquides antiseptiques mais actuellement il y en a plus. Les masques aussi sont en rupture", explique Moustapha Cissé, vendeur dans une pharmacie de Dakar.

Coronavirus: quatre cas confirmés, les produits sanitaires disparaissent des rayons
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00


Son établissement se trouve dans la même situation que la majorité des officines de la capitale. Deux des éléments les plus demandés, les produits hydro-alcooliques et les masques, sont directement utilisés pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Au quartier Guédiawaye, où le second cas positif de Covid-19 a été pris en charge, les populations ne cachent pas leur inquiétude. Cherif Diallo est sidéré par cette "situation alarmante" dans la mesure où ça pose la question de la "capacité de réaction" du pays face à la maladie.

Pour lui, cette rupture de stock dès le départ crée une "certaine psychose". Il pense que les autorités devraient anticiper cela parce que c'est "un test pour savoir la capacité de réaction" des infrastructures médicales.


En attendant que les pharmacies soient de nouveau approvisionnées en masques et en produits hydro-alcooliques, Assane Seye, pharmacien à l'hôpital de Fann, recommande aux populations d'utiliser une solution alternative simple et efficace pour se protéger. "Au-delà des antiseptiques, on peut utiliser l'eau de javel ou l’éthanol, c'est à dire l’alcool à 70 degrés", résume le docteur en pharmacie.

Si les gels et liquides antiseptiques sont une nécessité pour la lutte contre le nouveau coronavirus, le port systématique de masques n'est généralement recommandé que pour les personnes présentant des symptômes, souligne-t-il.

La pénurie de ces produits, qui touche les officines privées semble, pour le moment, avoir épargné les établissements publics. Ceux-ci disposent encore de stocks de produits hydro-alcooliques et de masques comme l'indique la pharmacie nationale d'approvisionnement.

Toutes les actualités

Le succès du coronavirus au Sénégal divise les experts

Le succès du coronavirus au Sénégal divise les experts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

Mystérieuse maladie de peau: toujours pas d'explications

Mystérieuse maladie de peau: toujours pas d'explications
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Une maladie mystérieuse frappe les pêcheurs sénégalais

Le ministre de la pêche Alioune Ndoye au chevet des malades au Sénégal, le 20 novembre 2020.

Depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie dans plusieurs villages de pêcheurs traditionnels au Sénégal, les autorités ne donnent aucune cause exacte.

Les premiers examens n’ont pas permis d’élucider l’origine de cette maladie qui cause une grande anxiété au sein des populations. Par peur, beaucoup de Sénégalais ont décidé de ne plus toucher au poisson alors que le plat national, le célèbre Thiebou Dienn, est fait à base de riz et de poisson.

Les autorités ont très tôt pris les devants pour éviter que la psychose ne s’installe. Après une visite dans le villages de pêcheurs touchés par la maladie, le ministre de la pêche, Alioune Ndoye, s’est voulu rassurant disant que la mise en circulation des poissons est réglementée pour protéger le consommateur.

"Nous confirmons une prompte réaction du ministère de la santé et de toutes ses équipes et le professionnalisme des médecins qui ont permis tout de suite d’isoler et de les prendre en traitement avec des résultats probants car au bout de deux jours certains sont rentrés chez eux donc cela est rassurant", a d’emblée souligné le ministre.

Ila aussi précisé qu’il parlait pour rassurer au niveau de tout ce qui se dit quant au fait de manger ou non du poisson. Le ministre de la pêche est ainsi revenu sur l’origine de la maladie.

"Les poissons déversés sur le marché font d’abord l’objet d’analyses et de certification quant à leur caractère consommable. Donc nous rassurons de ce point de vue-là", a-t-il dit.

Des assurances qui ne semblent pas convaincre les Sénégalais. Beaucoup d’entre eux ont préféré opter pour la prudence.

Pour Khady Sow, femme au foyer, il est tout simplement exclu d’aller acheter du poisson au marché où à la plage: "Nous n’allons plus au marché et nous n’allons plus prendre des risques par rapport à ça. On fait maintenant le menu et on change de repas parce que c’est plus sûr ", précise-t-elle. "La plage, c’est fini jusqu’à nouvel ordre".

Ces craintes ne se limitent pas aux ménagères.

Abdoulaye Camara est un sportif habitué de la plage. Il juge qu’il il est pour le moment plus raisonnable d’éviter les plages et la mer. "Ca me pose problème et j’ai complètement arrêté mes activités sur la plage vu qu’il a problème. Une maladie dont tu ne connais pas l’origine ni l’infection, je ne vois pas pourquoi risquer d’aller à la plage alors qu’on peut faire nos activités dans les salles de sport et dans les terrains de football", affirme-t-il.

Les premiers résultats des examens effectués sur l’axe maritime Dakar-Popenguine n’ont pas permis de lever les équivoques.

Après analyse d’échantillons d’eau de mer, d’équipement de pêcheurs et de poissons, les experts ont relevé la présence de plusieurs composantes chimiques. Ils ont suggéré la remise des résultats à des toxicologues et l’orientation des recherches vers les filets utilisés par les pêcheurs.

Pour le moment, cette maladie qui se caractérise par des pustules et des abcès qui envahissent tout le corps, garde encore tous ses mystères.

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie

Les Sénégalais se méfient du poisson depuis l’apparition d’une mystérieuse maladie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Des centaines de pêcheurs sénégalais touchés par une mystérieuse maladie cutanée

Des bateaux de pêche se tiennent dans les eaux de Ndiebene-Gandiol près de la ville de Saint-Louis au nord du Sénégal, le 8 août 2018.

Au moins 300 pêcheurs sénégalais présentent à leur retour sur terre les symptômes d'une maladie cutanée dont la cause demeure inconnue , mais qui pourrait avoir une "origine toxique", a indiqué jeudi le ministre de la Santé.

"Depuis deux jours, nous avons vu effectivement apparaître au niveau de Thiaroye (un port au sud de Dakar) une maladie dite mystérieuse qui attaque les pêcheurs qui reviennent de mer, qui souvent ont des lésions", a déclaré à la presse le ministre, Abdoulaye Diouf Sarr.

Les médias ont montré des hommes, tous des pêcheurs, au visage, à la bouche ou aux membres atteints de nombreux boutons, parfois impressionnants.

"A ce jour, nous avons identifié plus de 300 cas et l'identification se poursuit au fur et à mesure que les pêcheurs reviennent de mer. Parmi ces cas, on en a 18 qui sont hospitalisés et les autres sont pris en charge dans des endroits dédiés", a expliqué le ministre.

L'Institut Pasteur et le centre anti-poison du ministère ont été sollicités pour analyser les causes de la maladie, a-t-il dit.

"Ce que nous pouvons dire aujourd'hui, c'est que ce n'est pas du tout lié à la Covid parce que les tests Covid ont été négatifs, et on n'a pas non plus vu la présence de virus, ce qui bien sûr peut nous faire penser à une origine toxique", a dit M. Sarr.

Les services de l'Environnement vont analyser de l'eau de mer, a-t-il ajouté.

Selon lui, "il n'y a pas de soupçon" que cette maladie soit contagieuse puisque "seuls les pêcheurs qui reviennent de la mer sont touchés" et qu'il n'y a pas de propagation au domicile.

Voir plus

XS
SM
MD
LG