Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Les pro-Kabila qualifient d'"attaques gratuites" des déclarations de Tshisekedi aux USA

Joseph Kabila, l'ancien président, avec son successeur, le président Felix Tshisekedi, à la Cité de l'Union africaine à Kinshasa, le 17 février 2019. (Présidence RDC)

Les partisans de l'ancien président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, ont qualifié lundi d'"attaques gratuites" contre leur camp des déclarations faites aux Etats-Unis par le nouveau président de la RDC, Félix Tshisekedi.

Lors d'un séjour à Washington, M. Tshisekedi a demandé jeudi dernier l'aide des Etats-Unis pour sortir la RDC de la crise dans laquelle il se trouve depuis des décennies. Et il avait mis en cause le pouvoir précédent.

Estimant avoir hérité d'un pays "au bord du gouffre" lors de son élection fin 2018 face au sortant Joseph Kabila, M. Tshisekedi a assuré que son élection avait permis l'avènement en RDC d'un "équilibre" qui "est à encourager".

"C'est pour ça que je suis ici. Pour demander au partenaire traditionnel de la République démocratique du Congo que sont les Etats-Unis de nous accompagner afin que cet équilibre qui aujourd'hui est fragile se solidifie", a poursuivi M. Tshisekedi lors d'une conférence organisée par le cercle de réflexion Council on Foreign Relations.

M. Tshisekedi a déclaré vouloir "déboulonner le système dictatorial qui était en place" en combattant "la corruption, la gabegie, la mauvaise gouvernance" et "les arrestations arbitraires".

Dans un communiqué, le Front commun pour le Congo (FCC), qui rassemble les chefs de la coalition pro-Kabila, fustige "la gravité des attaques gratuites et des accusations infondées dont il ne cesse de faire l'objet de la part des personnalités qui sont pourtant aujourd'hui ses partenaires".

Les deux camps ont signé un accord de coalition gouvernementale "pour gérer ensemble" après les élections générales du 30 décembre donnant M. Tshisekedi vainqueur de la présidentielle et attribuant au FCC l'écrasante majorité des sièges à l'Assemblée nationale et au Sénat.

"Le FCC regrette la teneur de certains propos militants tenus par le chef de l'État à l'occasion de cette visite" aux Etats-Unis, indique le communiqué, qui cite des extraits des déclarations de M. Tshisekedi.

Toutefois, le FCC a salué les perspectives de coopération bilatérale et l'intérêt partagé de la RDC et des Etats-Unis en vue du renforcement de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la sous-région des grands lacs africains.

A Kinshasa (sud-ouest) et à Lubumbashi (sud-est), des heurts ont éclaté lundi entre pro-Tshisekedi et pro-Kabila en marge de la campagne pour l'élection des gouverneurs des provinces prévue mercredi.

Avec AFP

Toutes les actualités

Confusion à Kinshasa autour de la démission supposée du chef des juges

Président ya Vour constitutionnelle Benoït Lwamba Bintu na Kinshasa, 19 janvier 2019. (Photo by Caroline THIRION / AFP)

La présidence de la RDC dit avoir pris acte de la démission du juge qui dirige la Cour constitutionnelle, mais ce dernier nie avoir démissionné.

Une controverse couve au sujet du plus haut juge de la RDC : ses pairs juges et la présidence du pays prétendent qu'il a démissionné, ce qu'il nie.

Mardi Désiré-Cashmir Kolongele Eberande, directeur de cabinet intérimaire du président congolais Félix Tshisekedi, a adressé une correspondance au Conseil supérieur de la magistrature pour accuser réception d'un procès-verbal dans lequel le Conseil - l'organe qui régule la justice - valide la démission du président de la Cour constitutionnelle, le juge Bénoit Lwamba Bindu.

Le président Tshisekedi "saisit cette occasion pour féliciter et remercier une fois de plus, le président démissionnaire pour les services rendus à notre justice", écrit le directeur de cabinet.

Mais selon l’avocat du juge Bénoit Lwamba Bindu, la lettre de démission brandie par le Conseil est fausse, son client n'a pas démissionné.

"Il n’y pas démission parce que celle-ci a été démentie par le président de la Cour constitutionnelle. Il s’en suit que les actes qui ont été posés en vertu de cette prétendue démission sont caducs. Le président reste en place", a déclaré à VOA Afrique Me Théodore Ngoyi, avocat du juge Lwamba Bindu.

Il explique que son client est en Europe depuis quelques temps pour des soins médicaux.

"Quand il va revenir, il aura la liberté de dire si oui ou non il a démissionné. Pour le moment, nous avons sa lettre qui dit qu’il n’a pas démissionné", précise Me Ngoyi.

Le président de la plus haute cour congolaise dit qu'il n'a pas démissionné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Sans mâcher ses mots, l'avocat accuse des agents du service de renseignement de s'être introduits illégalement dans les bureaux du président de la Cour constitutionnelle qui est également président du Conseil supérieur de la magistrature.

"Ils ont cassé l’antichambre du bureau à la recherche des documents ou du sceau parce qu’on voudrait, semble-t-il, donner un numéro correct à la lettre de démission attribuée au président (de la Cour constitutionnelle)", explique Me Ngoyi.

Comme preuve, il précise que la fausse lettre de démission porte un numéro de référence qui en réalité correspond à un tout autre document.

"Cette lettre n’est pas passée par la cour", conclut Me Ngoyi.

En place depuis près de 20 ans, le juge Bénoit Lwamba Bindu est sous le coup de sanctions américaines: Washington lui reproche d'avoir contribué aux violations de droits de l'homme en RDC.

Le procès en appel de Vital Kamerhe fixé au 24 juillet

Le procès en appel de Vital Kamerhe fixé au 24 juillet
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Le président de la plus haute cour congolaise dit qu'il n'a pas démissionné

Le président de la plus haute cour congolaise dit qu'il n'a pas démissionné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce matin à Kinshasa

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce matin à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Au Ghana, les producteurs des légumes demandent un soutien financier

Au Ghana, les producteurs des légumes demandent un soutien financier
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG