Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les pays du G5 Sahel veulent mutualiser leurs efforts pour lutter contre le terrorisme


Les ministres de la Sécurité du G5 à Ouagadougou le 11 septembre 2019 (VOA/Lamine Traoré)

Les ministres de la Sécurité des pays du G5 Sahel se sont réunis mercredi à Ouagadougou au Burkina Faso. Une rencontre capitale au regard de la récurrence des attaques terroristes dans le Sahel.

A Ouagadougou, les ministres de la Sécurité, de la Défense, spécialistes et experts réfléchissent sur les moyens d’action et de lutte contre le terrorisme dans la région.

Cette rencontre se tient à quelques jours d’un sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO qui devrait discuter de l’élargissement de la force du G5 à d’autres pays.

G5 Sahel: les ministres de la Sécurité réunis à Ouagadougou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00


"Il faut une plus grande synergie des efforts et des actions entre les différents décideurs. Les trois frontières, Niger - Burkina - Mali, sont un problème majeur pour nous. Nous savons très bien que Kidal est un problème majeur, la forêt de Wagadou est un problème, le lit du lac Tchad est un problème", a dit Sambo Sidikou, secrétaire permanent du G5 Sahel.

Ce refrain sur la coopération et la mutualisation des forces est aussi ancien que la force commune. Mais les observateurs assurent que les Etats ne font qu’en parler, sans résultat concret pour ce problème urgent de sécurité. Durant cette rencontre, le voeu pour davantage de coopération a -de nouveau- été formulé.

La sécurité du Burkina préoccupe les pays du G5 Sahel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

"Je voudrais lancer un appel vibrant pour que toutes les forces, toutes les énergies des pays du G5 Sahel en collaboration avec toutes les forces, les capacités, les expertises sur le plan international et sous régional se mettent ensemble pour conjurer, arrêter le terrorisme dans l’espace du Sahel", a déclaré Ousseni Compaoré, ministre de la Sécurité du Burkina.

Un message partagé par les autres ministres. "La réponse au terrorisme est une réponse strictement militaire et cela a toujours été défendu par les chefs d’Etat. Nous avons besoin de coordonner nos renseignements, toutes les actions qui peuvent découler des informations susceptibles d’être acquises dans le cadre de ce dispositif que nous allons mettre en place", a expliqué Mohamed Bazoum, ministre de la Sécurité du Niger.

Des participants à la réunion de Ouagadougou, le 11 septembre 2019. (VOA/Lamine Traoré)
Des participants à la réunion de Ouagadougou, le 11 septembre 2019. (VOA/Lamine Traoré)

Cette rencontre se tient au moment où l’espace sahélien connaît de nombreuses attaques terroristes. Ces derniers jours plus d’une trentaine de personnes ont été tués dans le nord du Burkina.

Samedi, un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEDEAO élargi au Tchad et à la Mauritanie sur la lutte contre le terrorisme se tiendra à Ouagadougou.

XS
SM
MD
LG