Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Les Etats-Unis positionnent 80 militaires au Gabon

Des soldats indiens et américains lors de l'exercice militaire Yudh Abhyas à Mahajan, dans le secteur du Rajasthan, le 13 mars 2012.

Le président Donald Trump a indiqué qu'il avait posté 80 militaires au Gabon pour protéger les intérêts américains en cas de troubles à l'annonce du résultat des élections en République démocratique du Congo, où les forces de sécurité congolaises ont commencé à prendre localement des mesures.

"Le personnel des forces armées des Etats-Unis s'est déployé à Libreville au Gabon, afin d'être en mesure d'assurer la sécurité des citoyens, du personnel et des installations diplomatiques américaines à Kinshasa en République démocratique du Congo", a écrit le président américain dans une lettre aux présidents des deux chambres du Congrès.

"Ce déploiement d'environ 80 personnes est une réponse à la possibilité que des manifestations violentes puissent survenir en République démocratique du Congo en réaction aux élections du 30 décembre", a ajouté le président américain dans la lettre diffusée par son service de presse.

Les premiers renforts sont arrivés au Gabon le 2 janvier "avec des combats d'équipements appropriés, soutenu par des forces armées aériennes".

Des troubles sont redoutés à l'annonce des résultats provisoires de l'élection présidentielle initialement prévue pour dimanche. L'annonce a été reportée à "la semaine prochaine", a cependant indiqué samedi le président de la Commission électorale.

En RDC, des mesures ont été prises dans la province du Kasaï central, fief d'un des deux candidats d'opposition, Félix Tshisekedi.

"Tout attroupement de deux ou trois personnes le long des principales artères de la ville est interdit. Cette mesure reste en vigueur jusqu'à nouvel ordre", a indiqué le commissaire provincial de police.

Toutes les actualités

Coronavirus: Bukavu isolée du reste de la RDC pendant 15 jours

Coronavirus: Bukavu isolée du reste de la RDC pendant 15 jours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:14 0:00

Ebola de retour: entretien avec le gouverneur de l'Équateur

Ebola de retour: entretien avec le gouverneur de l'Équateur
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Nouveaux cas d'Ebola dans le nord-ouest du Congo

Nouveaux cas d'Ebola dans le nord-ouest du Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Destitution du maire de la ville de Beni, dans l'est congolais

Des militants du mouvement de la société civile, Lutte pour le changement (Lucha),à la procession funéraire d'un activiste congolais pro-démocratie tué à Goma, le 14 juin 2018.

Le maire de la ville-martyre de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo a été démis de ses fonctions après avoir accusé le gouverneur et les élus d'entretenir l'insécurité dans cette ville, a-t-on appris dimanche de source administrative.

Après le décès le 21 mai à Beni d'un activiste du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) dans la dispersion d'une manifestation contre des massacres des civils par des membres du groupe Forces démocratiques alliées (ADF), des jeunes avaient appelé à la démission du maire.

"Ceux qui tuent à Beni sont les politiciens", a dit le maire Bwanakawa Nyonyi, accusant "les députés nationaux et les députés provinciaux, malheureusement en complicité avec le gouvernement provincial" du Nord-Kivu (est) d'avoir instrumentalisé ces jeunes, dans une interview à une radio locale.

L'objectif poursuivi par ces responsables provinciaux, selon lui, est que la ville de Beni "puisse paraître comme ingouvernable", afin de justifier son remplacement par une personnalité choisie par le gouvernement provincial.

En réaction le gouverneur a décidé de le suspendre "par mesure d'ordre" public, peut-on lire dans l'arrêté consulté par l'AFP.

Le gouverneur reproche au maire suspendu d'avoir "brillé par des actes subversifs allant jusqu'à jeter l'opprobre sur l’exécutif", ainsi que d'avoir manqué au devoir "de réserve sur le plan communicationnel".

Le territoire et la ville de Beni sont le théâtre de massacres effectués par des membres du groupe armé violent ADF qui ont tué au moins 427 civils dans la province du Nord-Kivu depuis novembre, en représailles aux opérations militaires menées contre leurs fiefs.

La fermeture des frontières terrestres RDC-Rwanda affame les commerçantes

La fermeture des frontières terrestres RDC-Rwanda affame les commerçantes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG