Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Les Emirats expulsent vers Le Caire un candidat à la présidentielle égyptienne

L'ancien Premier ministre égyptien Ahmed Shafiq lors d'une conférence de presse au Caire,3 juin 2012.

L'ex-Premier ministre égyptien Ahmed Chafiq, qui a annoncé son intention d'être candidat à la présidentielle égyptienne, a été interpellé samedi à son domicile aux Emirats arabes unis, où il vivait en exil depuis 2012, pour être expulsé vers l'Egypte, ont indiqué deux proches

Plus tard l'agence de presse émiratie WAM a indiqué que M. Chafiq avait quitté les Emirats pour revenir en Egypte, précisant que sa famille était restée dans le pays.

M. Chafiq avait annoncé en début de semaine son intention d'être candidat à la présidentielle égyptienne de 2018 contre le président Abdel Fattah al-Sissi.

Quelques heures plus tard il affirmait que les Emirats arabes unis l'empêchaient de quitter leur territoire, suscitant la colère des autorités émiraties.

Samedi, des responsables émiratis "sont venus le chercher chez lui et l'ont mis dans un avion privé. Ils ont dit qu'il retournerait au Caire car ils pouvaient seulement le renvoyer vers son pays d'origine", a indiqué l'une de ses proches.

Un autre a confirmé à l'AFP que M. Chafiq serait expulsé vers l'Egypte alors que son avocate, Dina Adly, indiquait sur Facebook que son client avait été "arrêté" pour être renvoyé en Egypte.

Ahmed Chafiq avait été candidat à l'élection présidentielle de 2012, mais il avait perdu de peu face à l'islamiste Mohamed Morsi. Peu après cette défaite, il avait été poursuivi par la justice égyptienne pour corruption et avait pris le chemin de l'exil aux Emirats arabes unis.

Désormais acquitté, son avocat avait affirmé qu'il était libre de revenir en Egypte.

Ahmed Chafiq pourrait être l'un des rares candidats à représenter une sérieuse menace pour le président Sissi, ancien chef de l'armée qui a remporté l'élection de 2014 après avoir renversé M. Morsi, issu des Frères musulmans.

Depuis son arrivée au pouvoir, les organisations internationales de défense des droits de l'Homme accusent régulièrement son régime de réprimer toute opposition, et d'être à l'origine de disparitions forcées et d'actes de torture.

M. Chafiq, un haut-gradé de l'aviation, avait été nommé Premier ministre au cours des derniers jours au pouvoir de Hosni Moubarak, chassé par un soulèvement populaire en 2011 après 30 ans à la tête du pays.

Les candidats pour la nouvelle présidentielle entreront officiellement en lice lors du lancement des procédures devant la commission électorale début 2018..

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Eliminatoires de la CAN 2019

Eliminatoires de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:24 0:00

Déparasitage des enfants

Déparasitage des enfants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:38 0:00

Migration intra-africaine

Migration intra-africaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Tshisekedi libère les prisonniers politiques

Tshisekedi libère les prisonniers politiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Un chef d'état major refoulé par les familles de soldats tués

Le ministre de la Sécurité nationale, Salif Traoré, sur les lieux de l'attentat à Gao, au Mali, le 13 novembre 2018. (VOA/Souleymane Ag Anara)

Le chef d'état-major de l'Armée de terre malienne venu présenter ses condoléances à Nioro (ouest) jeudi a été conspué par les familles de militaires tués dans le centre du Mali au cours d'une attaque qui a fait 26 morts, a appris l'AFP de témoins et de source militaire.

Un précédent bilan de cette attaque à Dioura le 17 mars, attribuée aux hommes de Ba Ag Moussa, dit "Bamoussa", considéré comme un proche du Touareg malien Iyad Ag Ghaly, chef de la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda, s'élevait à 23 morts.

Lors d'une cérémonie officielle jeudi, le président Ibrahim Boubacar Keïta est revenu sur cette attaque, prévenant les chefs militaires qu'"aucune négligence ne saurait plus être tolérée. En tout cas, je ne la tolérerai pas, pour la vie de nos enfants".

"C'est nous qui devons apporter dorénavant la peur ailleurs, pas qu'on nous l'apporte à nous", a-t-il lancé, soulignant qu'il s'agissait d'un "mort d'ordre aux forces armées".

Par ailleurs, des veuves de militaires de la ville-garnison de Kati, à 15 km au nord de Bamako, qui projetaient une marche jeudi, y ont renoncé in extremis à la suite d'une médiation, selon des sources locales.

A Nioro du Sahel, près de la frontière mauritanienne, le général Abdrahamane Baby et sa délégation ont dû rebrousser chemin sans avoir pu présenter leurs condoléances, face à la colère des familles du camp militaire, ont indiqué un élu local sous le couvert de l'anonymat et des témoins.

"Nous ne voulons pas de chef militaire ici, le général Baby, dès son arrivée à Nioro, nous avons dit +Non et non!+. Qu'il retourne à Bamako avec ses condoléances", a déclaré Hatouma Sylla, veuve d'un militaire tué à Dioura, jointe au téléphone par l'AFP.

"Les veuves des militaires ont catégoriquement refusé son entrée au camp, elles ont brûlé des pneus", a expliqué Bakary Séméga, un enseignant de Nioro. "C'est surtout les veuves et orphelins des soldats tombés sur le champ d'honneur. Ils étaient soutenus par la population", a-t-il ajouté.

Exprimant "sa colère contre le gouvernement", Mariam Diambou, une autre veuve de militaire a déclaré de son côté en avoir "assez". "Nos maris, nos enfants, ce sont eux qui meurent à longueur de journée. Ce n'est pas normal, c'est un complot", a-t-elle dit.

Une source militaire malienne contactée dans le centre du pays a affirmé que le bilan de l'attaque s'élevait désormais à 26 morts, mais pourrait encore s'alourdir. "Nous avons découvert des nouveaux corps, c'est ce qui fait que le nouveau bilan est de 26 morts", a précisé cette source.

Sollicité, le ministère de la Défense n'a pas souhaité commenter les événements survenus jeudi à Nioro, fief du chérif Bouyé Haïdara, l'un des plus influents dirigeants musulmans du pays, qui a manifesté son opposition au président Keïta.

Les chefs d'état-major interarmes français et britannique, les généraux François Lecointre et Nick Carter, se trouvent actuellement au Mali, ou ils ont été reçus mercredi par leur homologue, le général M'bemba Moussa Keïta, selon un communiqué militaire malien.

La France conduit l'opération Barkhane qui traque les jihadistes dans le Sahel avec quelque 4.500 militaires, dont 2.700 au Mali, selon Paris.

Le Premier ministre français Edouard Philippe s'est rendu il y a un mois au Mali pour réaffirmer le soutien de son pays à Bamako, tout en appelant à accélérer l'application de l'accord de paix de 2015. Et les ambassadeurs du Conseil de sécurité de l'ONU se rendent au Mali et au Burkina Faso voisin à partir de vendredi.

Voir plus

XS
SM
MD
LG