Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les données de 2,7 millions d'Européens ont pu être concernées dans le scandale Facebook


Le patron de Facebook Mark Zuckerberg, Menlo Park, le 27 septembre 2015.

Les données personnelles de "jusqu'à 2,7 millions" d'utilisateurs européens de Facebook ont pu être transmises de "manière inappropriée" à la firme britannique Cambridge Analytica (CA), a annoncé vendredi la Commission européenne, citant un chiffre que lui a communiqué le réseau social.

Cette évaluation concernant l'Europe est à rapporter au nombre total de 87 millions d'utilisateurs de Facebook potentiellement touchés dans le monde, révélé mercredi par le patron du réseau social Mark Zuckerberg en personne.

Dans un courrier, "Facebook nous a confirmé que les données personnelles de jusqu'à 2,7 millions d'Européens, ou de personnes résidant dans l'UE pour être plus précis, pourraient avoir été transmises à Cambridge Analytica de manière inappropriée", a indiqué un porte-parole de l'exécutif européen, Christian Wigand.

Le courrier en question était une réponse à la Commission européenne, qui avait demandé la semaine dernière au réseau social de lui fournir rapidement des explications sur le scandale lié à la société Cambridge Analytica.

>> Lire aussi : Le régulateur britannique des données enquête sur Facebook

Facebook explique "les mesures qui ont été prises depuis", a indiqué M. Wigand, ajoutant que l'exécutif européen allait "étudier dans le détail" la réponse du réseau social.

"Mais il apparaît déjà que d'autres discussions seront nécessaires", a-t-il ajouté, précisant qu'il y aurait un "appel téléphonique en début de semaine prochaine" entre la Commissaire européenne chargée de la Justice, Vera Jourova, et la numéro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg.

>> Lire aussi : Goodluck Jonathan n'était pas au courant du recours à Cambridge Analytica par son parti

La firme d'analyses de données Cambridge Analytica, qui a travaillé pour la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, avait récupéré les données personnelles d'utilisateurs de Facebook via une application de tests psychologiques.

A l'époque, le système permettait à des applications tierces d'accéder non seulement aux données des usagers ayant utilisé l'application mais aussi à celles de leurs amis, expliquant le nombre très élevé de personnes potentiellement concernées.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG