Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Les défis du développement de l'agriculture au Nigeria

John Buhari-Waziri, coordonnateur général dirige les opérations de la start-up Thrive Agric (VOA/ Gilbert Tamba).

Au Nigeria le développement de l’agriculture reste un défi à relever pour les autorités fédérales. Thrive Agric est une startup qui aide les agriculteurs à bénéficier d'une meilleure technologie pour améliorer leurs rendements.

Plus de 80% des agriculteurs du Nigéria sont des petits exploitants. Ces paysans jouent un rôle prédominant à la contribution au produit intérieur brut (PIB) du pays. Ils représentent la main d’œuvre qui produit 98% des aliments consommés dans le pays.

Mais le développement de l'agriculture se heurte à plusieurs problèmes au Nigeria : le faible accès au crédit, le manque d’infrastructures et de semences de qualité et le peu d’irrigation et de mécanisation. Le régime foncier se révèle aujourd'hui obsolète car il limite l’accès à la terre à 1,8 hectare agricole. Cette situation contraint à l’exode rural de nombreux petits exploitants agricoles qui préfèrent abandonner l'agriculture pour se lancer dans le business de moto taxi ou Okada dans les quartiers aux alentours d’Abuja la capitale fédérale.

Ayouba Samaila, conducteur de moto taxi (VOA / Gilbert Tamba)
Ayouba Samaila, conducteur de moto taxi (VOA / Gilbert Tamba)

Malheureusement le gouvernement ne fait rien pour ces petits agriculteurs comme Ayouba Samaila qui témoigne : "nous n’avions plus d’argent pour acheter de l’engrais donc c’est la raison pour laquelle nous sommes venus à Abuja pour gagner de l’argent. Les engrais coutent très chers et nous n’avons pas de quoi les payer. Si vous cultivez le maïs ou le gingembre, vos cultures risquent de se gâter à cause du manque d’engrais."

Thrive Agric est une startup du secteur de l'agro-technologie au Nigeria, et elle a été l'une des 12 startups sélectionnées par Google. L'objectif de Thrive Agric est d'aider les petits exploitants agricoles à améliorer leurs technologies en vue d’un rendement important.

Uka Eje, co-fondateur de Thrive Agric (VOA / Gilbert Tamba)
Uka Eje, co-fondateur de Thrive Agric (VOA / Gilbert Tamba)

Eje Uka est le co-fondateur de Thrive Agric, pour lui, les cultivateurs ont trois problèmes essentiels : le manque de liquidités, l'absence de systèmes de financement et un très faible rendement agricole.





A ce jour, ce sont plus de 1900 petits exploitants agricoles qui bénéficient de l’assistance de Thrive Agric au Nigeria. John Buhari-Waziri est le coordonnateur général de la start up, il confie qu'il travaille avec Thrive Agric pour acquérir de l’expérience après avoir travaillé pour le gouvernement.

Lancée en 2016, la start up a commencé ses activités au Nigeria. Mais Thrive Agric veut se développer sur le continent pour toucher plus 500 millions de petits exploitants agricoles en Afrique.

Toutes les actualités

Crise dans le secteur du logement au Nigeria

Crise dans le secteur du logement au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Manque de plus de 22 millions de logements

Manque de plus de 22 millions de logements
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

Crise dans le secteur du logement

Les habitations du quartier isolé de Ghisiri à Abuja, au Nigeria, le 10 octobre 2019. (VOA/Gilbert Tamba)

Au Nigéria, environ 70% de la population du pays vit dans des zones peuplées pauvres, dépourvues de commodités de base. Le pays est en manque de plus de 22 millions de logements selon l’ONU.

A Gishiri, les habitants de ce grand quartier se battent au quotidien pour se frayer un chemin dans ce ghetto bondé de monde, où la paupérisation fait des ravages.

"Je vis à Gishiri parce que je n’ai pas le choix. C’est l’endroit où vivent les pauvres. Vous me comprenez ? Parce que je n’ai pas les moyens d’aller vivre dans le centre-ville. Quand Dieu va répondre à ma prière tout ira bien", confie un résident à VOA Afrique.

Les conditions sanitaires sont déplorables à Ghisirijpg, au Nigeria, le 10 octobre 2019. (VOA/Gilbert Tamba)
Les conditions sanitaires sont déplorables à Ghisirijpg, au Nigeria, le 10 octobre 2019. (VOA/Gilbert Tamba)

La capitale nigériane Abuja est considérée comme l’une des plus belles d’Afrique de l’Ouest. Mais chaque année, plusieurs centaines de personnes arrivent de la campagne à la recherche d’un emploi, ce qui accentue cette pénurie de logements.

"Les maisons ne sont pas du standard. Les écoles et tout le reste, rien n’est bon. Nous ne sommes pas contents. Nous demandons au gouvernement de nous aider pour l’eau, la route et tous les autres besoins", explique un autre résident.

Yahaya Joy vit dans le quartier de Ghisiri, au Nigeria, le 10 octobre 2019. (VOA/Gilbert Tamba)
Yahaya Joy vit dans le quartier de Ghisiri, au Nigeria, le 10 octobre 2019. (VOA/Gilbert Tamba)


Une situation qui devient de plus en plus grave et la population du pays continue de croître plus vite que la capacité de construire de nouveaux logements.

La crise du logement et les frais de loyer élevés dans la capitale poussent ainsi les habitants les plus pauvres à construire leurs propres baraques. Les risques sanitaires encourus par ces habitants sont élevés.

De passage récemment au Nigeria, une délégation onusienne conduite par Leilani Farha, rapporteur spécial des Nations Unies sur le logement, a décrit les conditions de certains établissements informels au Nigéria, d’inhumaines et peut-être les pires du monde.

"Nous estimons à 22 millions de logements en déficit dans ce pays. En d’autres termes il y a un manque de 22 millions de logements. Donc au moins 69 à 70% de la population urbaine vit dans des habitations informelles", a-t-elle souligné.

Malgré les efforts des autorités, les résultats souhaités par les Nigérians dans le domaine du logement se font attendre.

Neuf personnes enlevées par des hommes armés

Neuf personnes enlevées par des hommes armés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

112 écolières de Chibok toujours en détention

112 écolières de Chibok toujours en détention
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG