Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Les conditions de vie dans les prisons africaines

La prison Maca d'Abidjan, le 16 août 2011. (REUTERS/ Thierry Gouegnon)

Le Président mondial du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) invite les dirigeants du continent à plus d’actions en faveur des détenus. Peter Mauer vient d’effectuer une mission sous régionale qui l’a conduit à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Le président du CICR invite les dirigeants du continent à plus d’actions en faveur des détenus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

C’est un tableau très sombre des prisons africaines que le président du CICR a dressé lors de sa visite à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, la Maca, la principale prison de la Côte d’Ivoire.

Construite en 1980 pour accueillir 1.500 détenus, la Maca en compte aujourd’hui plus de 5.000. La plupart des prisons africaines selon le CICR sont confrontées à une surpopulation d’environ 200%, une situation qui a d’énormes conséquences sur les détenus.

Pour Christian Cardon, chef de la délégation régionale d’Abidjan du CICR, "il y a beaucoup de problèmes : accès à la nourriture insuffisante, accès à l’eau, à l'hygiène".

"Les détenus doivent dormir à tour de rôle faute d’espace, les maladies comme la tuberculose et le béri béri se propagent et font des ravages", souligne-t-il.

Insalubrité, promiscuité, manque de nourriture et de soins, pour lui, les gouvernants doivent agir.

"Toutes les autorités doivent prendre la question des prisons au sérieux et remettre cela au nombre des priorités. Que ce soit en Côte d’Ivoire, au Mali ou au Sénégal, on doit prévoir des budgets nécessaires pour pouvoir bien nourrir tous les prisonniers. On ne peut plus accepter les situations où les détenus doivent dormir à tour de rôle ou mourir de faim", a-t-il déclaré.

Plusieurs organisations ivoiriennes des droits de l’homme comme le MIDH, mène aussi le combat en faveur du respect des droits des détenus.

Pour Doumbia Yacouba, président du Mouvement ivoirien des droits de l’homme (MIDH) en Côte d’Ivoire et dans la sous-région, "il y a eu des mesures de grâces et d’amnistie mais, des années après, les prisons se sont retrouvés surpeuplées : on va facilement en prison. La prison doit être l’exception mais pas la règle".

Pour marquer leur solidarité aux détenus de la Maca, le groupe musical Magic Système et l’artiste Kajeem leur ont offert un spectacle, à l’occasion de la visite du CICR.

"C’est un message d’espoir envers les prisonniers. Nous sommes venus leur dire que nous ne les avons pas oubliés et que nous viendrons souvent leur apporter ce dont ceux qui sont dehors ont droit, c’est-à-dire la vibration", a confié Kajeem​ à VOA Afrique.

La Côte d’Ivoire compte 34 prisons souvent en proie à des mutineries liées à la précarité dans laquelle vivent les détenus.

Toutes les actualités

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

Relance économique et vaccins au menu d'une réunion entre l'Afrique et la Banque mondiale

Un agent de santé au Soudan reçoit une dose d'AstraZeneca, le 9 mars 2021.

Les pays africains ont plaidé jeudi auprès de la Banque mondiale pour obtenir de nouveaux plans d'aide afin de financer leur relance économique et un meilleur accès à la vaccination contre le Covid-19, pour rattraper le lourd retard du continent dans ce domaine. 

"Beaucoup reste encore à faire pour surmonter cette crise, qui est globale. En effet, moins de 3% de la population totale en Afrique, a reçu une première dose de vaccin, contre environ 54% aux États-Unis et dans l'Union Européenne", a déploré le président ivoirien Alassane Ouattara, en ouvrant une réunion à Abidjan pour définir le futur soutien de la Banque mondiale aux pays africains.

"Nous ne nous lasserons jamais d'appeler à une restructuration de la dette accompagnée d'une politique audacieuse (...) pour soulager les besoins pressants de liquidités immédiates pour l'achat de vaccins et jeter les bases de la relance économique", a de son côté lancé Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine.

Cette réunion se tient, en présence d'une dizaine de chefs d'Etats africains, pour discuter de l'aide de la Banque mondiale à débloquer pour les trois prochaines années. Une dizaine de chefs d'Etats africains étaient physiquement présents à Abidjan.

Cette aide intervient par le biais de l'IDA (Association internationale de développement), l'institution du groupe qui aide les pays les plus pauvres de la planète.

Habituellement renouvelée tous les trois ans, elle a cette fois été avancée d'une année, pour subvenir aux besoins urgents nés de la crise sanitaire.

"Il y a un objectif clair: 40% de la population (africaine) vaccinée d'ici la fin de l'année et 60% d'ici le milieu de l'année prochaine. Nous en sommes loin, mais l'Union africaine a négocié un accord avec Johnson & Johnson pour avoir 400 millions de doses", a déclaré le n°2 de la Banque mondiale, Axel van Trotsenburg, reconnaissant que la crise du Covid-19 avait créé "un besoin massif de soutien" financier.

Kenya: l'argent destiné à la lutte contre le coronavirus a été détourné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Selon M. Faki, la crise a entraîné une augmentation "de 25 à 30 millions du nombre de chômeurs" sur le continent et "le retour de 40 millions de personnes dans l'extrême pauvreté".

Le volume annuel des prêts de l'IDA est en constante augmentation. Il a avoisiné, en moyenne, 22 milliards de dollars au cours des trois dernières années.

39 des 76 pays bénéficiaires de ces financements se trouvent en Afrique.

En mai, à Paris, la communauté internationale avait promis d'aider le continent sur le plan sanitaire, sans prendre d'engagement financier ferme.

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:08:42 0:00

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG