Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

L'Union européenne en sommet extraordinaire sur la crise au Bélarus

European Council President Charles Michel at a video meeting on Belarus

Les dirigeants européens étaient réunis par visioconférence mercredi pour un sommet extraordinaire sur la crise au Bélarus, où les opposants au président Alexandre Loukachenko ne désarment pas après onze jours de manifestations consécutives.

Juste avant la réunion, la figure de proue de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, a exhorté les 27 de l'UE à rejeter les résultats de la présidentielle du 9 août jugée "frauduleuse".

Les dirigeants européens devraient une nouvelle fois appeler le président bélarusse au dialogue avec ses opposants, dénoncer le résultats de la présidentielle et inciter le président russe Vladimir Poutine à faire pression sur son allié Alexandre Loukachenko.

En outre, l'UE travaille à une extension des sanctions contre Minsk, dont le principe a été acté vendredi lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères.

L'attitude de Moscou, plus proche partenaire politique, économique et militaire de Minsk, est cruciale quant à l'issue de la crise. Jusqu'à présent, M. Poutine a apporté un soutien prudent à son voisin, mettant en garde contre toute "tentative d'ingérence étrangère" au Bélarus.

Un sujet supplémentaire s'est invité au sommet, selon une source européenne: le Mali, après le coup d'Etat militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Juste après le début du sommet à 12H00 locales (10H00 GMT), le président du Conseil, Charles Michel, a twitté à propos du Bélarus: "notre message est clair. La violence doit cesser et il faut lancer un dialogue pacifique et inclusif. Le gouvernement du Bélarus doit refléter la volonté du peuple".

Les 27 ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont mis d'accord vendredi sur le principe d'une extension des sanctions contre des responsables du régime de Loukachenko.

L'UE met au point une liste de personnes accusées d'avoir falsifié le résultat de la présidentielle et d'avoir organisé la répression des manifestations. Il faut l'unanimité des 27 -sans aucune abstention- pour que cette liste soit adoptée.

Le Bélarus est toujours sous le coup d'un embargo sur les ventes d'armes et de matériel pouvant être utilisé pour la répression. Quatre personnes sont déjà interdites de séjour dans l'UE et leurs avoirs ont été gelés depuis 2016. Les nouveaux noms s'ajouteront à cette liste.

Présidentielle au Bélarus: manifestations après le rejet de la candidature du principal opposant
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:12 0:00

Toutes les actualités

La saison des prix pour la Congolaise Julienne Lusenge

La saison des prix pour la Congolaise Julienne Lusenge
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Le président turc promet un partenariat "gagnant-gagnant" aux Africains

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le président angolais João Lourenço lors de leur rencontre à Luanda, Angola, le 18 octobre 2021.

La Turquie entend promouvoir des relations avec les pays africains "sur la base d'un partenariat égalitaire gagnant-gagnant, dans le cadre du respect mutuel", a assuré le président turc Recep Tayyip Erdogan en concluant une visite en Angola, première étape d'une tournée en Afrique.

"Nous, en Turquie, nous attachons une grande importance et une grande valeur à la relation étroite que nous entretenons avec le continent africain", a affirmé lundi soir le président Erdogan devant un parterre d'hommes d'affaires angolais, selon un communiqué diffusé par son parti AKP.

"Nous désirons faire progresser ces relations sur la base d'un partenariat égalitaire gagnant-gagnant, dans le cadre du respect mutuel", a-t-il poursuivi.

Un peu plus tôt, dans un discours devant le parlement angolais diffusé sur le site de la présidence turque, M. Erdogan avait estimé que "le sort de l'humanité ne peut pas et ne doit pas être laissé à la merci d'une poignée de pays qui sont les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale".

"Ignorer les appels au changement est une injustice pour l'Afrique", a-t-il ajouté en soulignant que la Turquie ne portait "aucune tache" d'impérialisme ou de colonialisme.

Lors de conversations avec son homologue angolais Joao Lourenco, le président turc a vanté l'industrie gazière turque et soulignant que celle-ci "serait ravie de partager son expérience".

Après l'Angola, le président turc devait poursuivre sa tournée africaine par le Togo puis le Nigeria.

Un ultra-marathonien italien parcourt près de 5.000 km en 42 jours

Andrea Marcato, ultra-marathonien italien de 39 ans, qui a remporté la plus longue épreuve à pied au monde en parcourant près de 5.000 km en un mois et demi autour d’un bloc à New York, aux Etats-Unis, le 17 octobre 2021.

Un ultra-marathonien italien, Andrea Marcato, 39 ans, a remporté dimanche la plus longue et la plus folle épreuve à pied au monde en parcourant près de 5.000 km en un mois et demi autour d’un bloc, un seul groupe d'immeubles de New York.

"C'était vraiment monotone !", s'est exclamé Andrea Marcato, 39 ans, en franchissant dimanche soir la ligne d'arrivée, drapeau italien en main, sous les vivats de la foule, après avoir tourné 5.649 fois autour d'un ensemble scolaire dans le quartier de Queens du nord de New York.

Il a donc parcouru à pied 3.100 miles soit 4.888 km.

Avec un tour de 883 mètres, une moyenne de 116 km par jour - soit plus de deux marathons - l'incroyable sportif, presque un surhomme, a couru et marché pendant 42 jours, 17 heures et 38 minutes; chaque jour de 06H00 à minuit.

Les six heures restantes, Andrea Marcato et ses six concurrents - une Néo-Zélandaise, un Taïwanais, un Japonais, un Russe, un Ukrainien et un Slovaque - les ont consacrées à dormir, se soigner, s'alimenter, se laver, répondre aux besoins naturels, dans des baraques de chantier installées dans la rue le temps de l'épreuve.

La course, complètement folle mais parfaitement homologuée internationalement, est censée durer encore huit jours, perturbant à peine la circulation automobile new-yorkaise, encore moins les commerçants, habitants et quelque 2.000 lycéens de ce coin populaire de Queens, appelé Jamaica.

- "Pareil tous les jours" -

Pour briser la routine et la grisaille de la jungle urbaine, des trottoirs en béton et des grilles noires du lycée, les sept marathoniens courent un jour dans le sens des aiguilles d'une montre, le lendemain dans le sens contraire.

"La première semaine, c'est assez dur, surtout pour le mental", admet Andrea Marcato. "Et puis, tu finis par t'habituer et accepter que ce sera tous les jours pareil".

Qu'il pleuve, qu'il vente ou que la chaleur et l'humidité de New York soient étouffante, il a tourné comme une horloge, depuis le 5 septembre, près de 5.700 fois autour du lycée technique Thomas Edison.

L'épreuve fut créée et baptisée en 1997 "The Sri Chinmoy Self-Transcendance 3.100 Mile Race" ("La course de 3.100 miles de l'auto-transcendance de Sri Chinmoy"), par un gourou indien devenu new-yorkais, Sri Chinmoy, mort en 2007. Il prônait un mélange de sport extrême, de dépassement de soi et de méditation.

- "Ne penser à rien" -

Côté physique, les organisateurs n'acceptent que des ultra-marathoniens qui ont déjà fait des courses du même genre d'au moins six jours. Côté mental, "l'esprit concentré, tu ne penses à rien d'autre, ni crainte, ni inquiétude, ni doute", assure Andrea Marcato.

"C'est un test d'endurance, d'effort, de détermination et de talent", résume le directeur de la course, Sahishnu Szczesiul, très fier de relever que si 4.000 alpinistes dans le monde ont réussi à gravir l'Everest, ils ne sont que 49 ultra-sportifs à avoir bouclé sa course de 3.100 miles.

Pour la Néo-Zélandaise Harita Davies, la seule femme de cette 25ème édition, la course est évidemment terrible physiquement, mais "chose incroyable, les jours et les semaines passant, le corps s'adapte et se renforce".

A 47 ans, elle court "pour devenir un être meilleur". Elle écoute de la musique, des romans audio et des cours de méditation. Harita Davies devrait boucler la distance avant la date limite du 26 octobre.

- Pas d'argent -

D'autres habitants de New York, privés du spectacle en 2020 pour cause de pandémie qui a mis la ville à genoux, comprennent parfois à peine ce qui se passe: "Je vis ici mais je ne savais pas que c'était une course. J'ai toujours pensé qu'ils faisaient juste leur jogging", s'amuse Julio Quezada.

Et que gagne le vainqueur Andrea Marcato, après avoir perdu quand même des milliers de calories par jour et 16 paires de chaussures ? Un trophée mais pas d'argent, assurent les organisateurs.

"C'est l'absolu, mon rêve et je l'ai réalisé", se réjouit l'Italien, employé d'une entreprise de l'agro-alimentaire.

Mais Harita Davies prévient que le plus difficile commence: "Retourner à la vie normale".

Ifeanyi Okwuadi, grand prix mode du festival de Hyères

Un mannequin arbore une tenue de la créatrice suisse Adeline Rappaz lors du festival de mode à Hyères, dans le sud de la France, le 15 octobre 2021.

Le Britannique Ifeanyi Okwuadi a remporté dimanche le grand prix mode du festival international de Hyères, dans le sud de la France, avec une collection homme revisitant le costume classique. Le créateur est d'origine nigériane et sierra-léonaise.

Le créateur de 27 ans, qui ne jure que par le "tailoring" --art de la coupe des pièces du vestiaire classique masculin--, a conquis le jury mené par une autre Britannique, Louise Trotter, styliste de Lacoste. Le jeune homme a aiguisé ses ciseaux à Savile Row, une rue de Londres mondialement connue pour ses tailleurs de costumes.

Jeune et décontractée, sa collection "Take the toys from the boys" (prenez leurs jouets aux garçons) est réalisée avec des tweeds écossais avec ornements en scoubidou ou boutons en forme de petites voitures. Elle privilégie le noir.

"Nous devons prendre soin des enfants", a déclaré à l'AFP Ifeanyi Okwuadi.

Sa collection s'inspire des femmes qui ont mené le mouvement antinucléaire dans le Berkshire (sud de l’Angleterre) pendant près de 20 ans, jusqu'en 2000. Les protestataires luttaient contre l’installation de missiles nucléaires sur une base aéronautique militaire de la région.

Des éléments dans les vêtements font allusion à ce mouvement. Par exemple des mailles d'un pull dites "clôture" ("fence" en anglais) et des fils qui dépassent comme si la personne portant ce vêtement avait été traînée par terre par les forces de l'ordre.

Cette 36e édition a été marquée par une forte présence des nordiques --trois Finlandais et deux Lettonnes--, qui incarnent une mode fonctionnelle et créative.

La Lettonne Elina Silina, qui utilise les techniques traditionnelles du crochet et du macramé, a remporté le prix Chloé avec une longue robe blanche aérienne.

La Finlandaise Sofia Ilmonen a pour sa part reçu le prix d'éco-responsabilité Mercedes-Benz pour ses longues robes romantiques faites avec une technique d'assemblage de carrés de tissu, comme des "blocs de construction".

Dans la catégorie accessoire de mode, le jury mené par le créateur de chaussures Christian Louboutin, a attribué le prix à la Française Capucine Huguet, dont les bagues évoquent la fonte des glaces.

Pour réaliser cette collection, elle est partie en Arctique avec des glaciologues en 2019 pour "voir et comprendre", a expliqué à l'AFP la créatrice, diplômée de la Central Saint Martins à Londres.

Le festival de Hyères, plus ancien et plus prestigieux concours de mode international, a lancé nombre de carrières. Parmi ses lauréats figurent ainsi le Belge Anthony Vaccarello, aujourd'hui styliste de Saint Laurent, ou le duo néerlandais Viktor&Rolf.

Distingués en 2018, un autre duo néerlandais, Rushemy Botter et Lisi Herrebrugh, est devenu en 2019 directeur artistique de la maison Nina Ricci. Ils présentent aussi les collections de leur marque Botter à Paris.

Le président Umaro Sissoco Embalo reçu à l'Élysée

Le président Umaro Sissoco Embalo reçu à l'Élysée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG