Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Les 10 responsables de l'EI tués en décembre selon le Pentagone

Le Pentagone, près de Washington

Voici la liste des dix responsables du groupe Etat islamique (EI), au premier rang desquels figure le Français Charaffe El Mouadan, tués en décembre dans des frappes menées par la coalition internationale en Irak et en Syrie, selon le Pentagone

Charaffe El Mouadan, 26 ans, avait un lien "direct" avec les auteurs des attaques du 13 novembre à Paris (130 morts et 350 blessés). Il a été tué le 24 décembre dans une frappe de la coalition anti-EI menée par les Etats-Unis, a annoncé mardi le colonel Steve Warren, porte-parole militaire américain basé à Bagdad.

Selon lui, ce membre de l'EI basé en Syrie avait un lien direct avec Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris.

Abaaoud a lui-même été tué le 18 novembre lors d'un assaut de la police française dans un appartement où il s'était réfugié.

Les neuf autres responsables de l'EI tués en décembre, selon le colonel Warren:

-- Abdel Kader Hakim, "organisateur d'opérations extérieures", tué à Mossoul en Irak le 26 décembre. Selon le colonel Warren, il s'agissait d'un combattant vétéran, spécialiste des faux papiers, qui aurait eu un lien avec les attentats de Paris. "Sa mort élimine un organisateur important, qui disposait de beaucoup de contacts en Europe", a-t-il dit.

-- Seif al-Haq Soujan, originaire du Bangladesh, éduqué en Grande-Bretagne et supposé "hacker" informatique de l'EI. Il a été tué le 10 décembre près de Raqa, capitale de facto du groupe jihadiste dans le nord de la Syrie.

-- Rawand Taher, un "organisateur d'opérations extérieures", tué près de Raqa. Il est originaire d'Irak, possède la nationalité danoise et est détenteur d'un diplôme d'ingénieur mécanique selon l'expert irakien des mouvements jihadistes, Hicham al-Hachimi.

-- Khalil Ahmad Ali al-Wais, "émir de la province de Kirkouk" (nord-est de l'Irak). Il est considéré comme l'un des cinq plus importants responsables de l'EI selon M. Hachimi.

-- Abou Anas, un "expert dans la confection de bombes au bord des routes". Il a été tué près de Kirkouk.

-- Younes Kallach, "émir financier adjoint" de l'EI à Mossoul (nord de l'Irak).

-- Mithaq Najem, "émir adjoint" de l'EI dans la province de Kirkouk.

-- Akram Mohammad Saad Fares, un "commandant et exécutant" à Tal Afar (nord de l'Irak). Il était "l'émir de l'organe suprême" en charge de fixer le code religieux à respecter dans les zones sous contrôle de l'EI, selon M. Hachimi.

-- Tahsin al-Hayali, un "organisateur d'opérations externes", tué près de Mossoul. Il était également responsable du recrutement au sein de l'organisation jihadiste, selon M. Hachimi.

Après des mois de préparation, l'armée irakienne a déclaré lundi la ville de Ramadi, à 100 km à l'ouest de Bagdad, libérée du groupe EI. Le colonel Warren a attribué une partie de ce succès à la mort de ces 10 dirigeants de l'EI: "Nous frappons la tête du serpent, mais il a encore des crocs".

Avec AFP

Toutes les actualités

Minute Eco: La production pétrolière en hausse de 3% au Gabon

Minute Eco: La production pétrolière en hausse de 3% au Gabon
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Le Sahel recevra environ 152 millions d'aide américaine pour gérer sa crise humanitaire

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Une ville californienne va interdire chips et bonbons aux caisses des supermarchés

Des enfants portant des masques d'Halloween reçoivent des bonbons pendant la tradition «Trick or Treat» à Makati à Manille le 31 octobre 2008. Les parents doivent surveiller la consommation de sucre de leurs enfants selon le Dr Mary Hayes, dentiste pédiatre à Chicago. AP/Marquez

La ville de Berkeley, bastion progressiste du nord de la Californie, va interdire la vente des produits trop sucrés ou salés sur les présentoirs situés aux caisses des supermarchés afin de promouvoir une alimentation plus saine, une première aux Etats-Unis selon des médias locaux.

Le conseil municipal de Berkeley, ville universitaire de 120.000 habitants près de San Francisco, a adopté cette semaine à l'unanimité une ordonnance qui bannira des caisses les produits contenant plus de 5 grammes de sucres ajoutés ou plus de 250 mg de sodium par portion. L'interdiction vise également toutes les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants artificiels.

L'ordonnance relève que "des aliments bon marché et riches en sel, graisses saturées et sucres ajoutés sont prédominants dans les présentoirs des caisses". Les clients y sont "plus enclins à effectuer des achats impulsifs et les parents se battent avec leurs enfants qui réclament des confiserie à la fin des courses".

L'interdiction, qui doit s'appliquer à 25 supermarchés de la ville, entrera en vigueur en mars prochain et les premières visites des inspecteurs sanitaires sont prévues en janvier 2022.

"Ce qui est bon pour les clients à Berkeley est aussi bon pour nos commerces", a lancé Kate Harrison, l'une des élues à l'origine de cette mesure.

En 2014, Berkeley avait déjà été la première à imposer une taxe sur les sodas, une initiative reprise ensuite par plusieurs autres grandes villes américaines.

Selon une étude publiée début 2019, les habitants de Berkeley avaient diminué leur consommation de boissons sucrées de 21% dans l'année qui avait suivi la mise en place de cette "taxe sodas". La chute atteignait 52% en 2017.

Quatrième journée de l'Assemblée générale des Nations Unies: Biya absent

Quatrième journée de l'Assemblée générale des Nations Unies: Biya absent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

L'ONU en format virtuel: craintes de piratage informatique

L'ONU en format virtuel: craintes de piratage informatique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG