Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Le viol désormais passible de la peine de mort au Bangladesh

Passants devant une banderoles de la Première ministre bangladaise Sheikh Hasina près du temple Dhakeshwari à Dhaka, 1er janvier 2019. (Photo AP/Anupam Nath)

Le Bangladesh a rendu le viol passible de la peine de mort, après une série d'agressions sexuelles qui suscitent des manifestations dans tout le pays.

Un décret en ce sens amendant la peine maximale prévue pour viol, jusqu'alors la prison à perpétuité, a été approuvé lors d'une réunion de cabinet par la Première ministre Sheikh Hasina. Le président devait promulguer le décret qui prend effet ce mardi, selon le ministre de la Justice Anisul Huq.

Ces derniers jours, des manifestations se sont multipliées, à Dacca et dans d'autres villes, pour réclamer la fin de l'impunité, après la diffusion d'une vidéo montrant plusieurs hommes déshabillant et attaquant une femme d'une communauté défavorisée.

La colère couvait depuis la semaine précédente après l'arrestation de plusieurs membres de l'aile étudiante du parti au pouvoir, accusés du viol collectif d'une femme à Sylhet. Une infime proportion des victimes de viol obtient justice au Bangladesh.

Le Bangladesh, avec ses 168 millions d'habitants, exécute régulièrement des condamnés. Depuis 2013, 23 personnes ont été pendues et plus de 1.700 sont condamnées à la peine de mort.

Toutes les actualités

Sommet virtuel Biden-Poutine: Ukraine, cyberattaques et droits humains au menu

Le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine se rencontrent à la "Villa la Grange", à Genève, en Suisse, le 16 juin 2021.

Le président américain Joe Biden rencontre virtuellement son homologue russe Vladimir Poutine mardi par visioconférence.

La question de l'Ukraine figure en tête de l'ordre du jour de M. Biden. Selon des sources, le président américain entend brandir la menace de sanctions contre la Russie si le Kremlin décide d'envahir l'Ukraine.

Les services de renseignement américains ont déterminé que la Russie a massé 70 000 soldats près de la frontière ukrainienne et se prépare à une éventuelle invasion au début de l'année prochaine.

M. Poutine, pour sa part, devrait exiger de M. Biden des garanties que l'alliance militaire de l'OTAN ne s'étendra jamais à l'Ukraine, qui cherche depuis longtemps à en faire partie.

Souvenirs de Crimée

M. Biden était vice-président en 2014 lorsque les troupes russes ont pénétré dans la péninsule de Crimée, sur la mer Noire, et ont annexé le territoire à l'Ukraine.

L'expansion de l'OTAN vers l'est est depuis le début une pomme de discorde non seulement avec Moscou.

La Pologne, la Hongrie et la République tchèque ont été officiellement invitées en 1997 et ont adhéré en 1999. Ils ont été suivis en 2004 par la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et les anciens États soviétiques d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie. Depuis lors, l'Albanie, la Croatie, le Monténégro et la Macédoine du Nord ont adhéré, ce qui porte à 30 le nombre total de pays membres de l'OTAN.

L'un des principes clés de l'alliance de l'OTAN est que l'adhésion est ouverte à tout pays remplissant les conditions requises. Et aucun pays tiers ne dispose d'un droit de veto sur l'adhésion. S'il y a peu de chances que l'Ukraine soit invitée à rejoindre l'alliance dans un avenir proche, les États-Unis et leurs alliés n'excluent pas cette possibilité.

Avant l'appel de M. Poutine, M. Biden s'est entretenu lundi avec les dirigeants du Royaume-Uni, de la France, de l'Allemagne et de l'Italie pour coordonner les messages et les sanctions éventuelles.

Cyberattaques et droits humains

Au-delà de l'Ukraine, de nombreuses autres questions épineuses seront abordées, notamment les cyberattaques et les droits de l'homme. Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que les relations américano-russes sont globalement dans "un état plutôt désastreux".

M. Peskov a répété qu'il ne fallait pas s'attendre à des percées lors de l'appel entre M. Biden et M. Poutine et a déclaré qu'il s'agirait d'une "conversation de travail dans une période très difficile", où "l'escalade des tensions en Europe est hors de proportion, extraordinaire", et nécessite "une discussion personnelle au plus haut niveau".

Myanmar: Aung San Suu Kyi condamnée à 4 ans de prison

Une photo de la dirigeante de Myanmar, Aung San Suu Kyi, lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire devant le bureau de l'ONU à Bangkok, en Thaïlande, le 22 février 2021.

Au final, Mme Suu Kyi pourrait être condamnée à plus de 100 ans de prison.

Aung San Suu Kyi, la dirigeante civile du Myanmar (Birmanie) qui a été évincée par un coup d'État le 1er février, a été reconnue coupable d'incitation lundi et condamnée à quatre ans de prison.

Mme Suu Kyi, 76 ans, est une lauréate du prix Nobel de la paix qui a passé 15 ans en résidence surveillée pour avoir résisté aux généraux.

L'armée a pris le pouvoir et a empêché son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, d'entamer un second mandat de cinq ans malgré une victoire électorale sans appel.

Plus de 100 ans de prison?

D'autres procès sont en cours contre elle. Si elle est reconnue coupable de tous les chefs d'accusation auxquels elle fait face, Mme Suu Kyi pourrait être condamnée à plus de 100 ans de prison.

Elle est détenue par l'armée dans un lieu inconnu, et le tribunal n'a pas précisé lundi si elle serait transférée dans une prison ou maintenue sous une forme d'assignation à résidence, selon un responsable juridique, qui a relayé le verdict à l'agence Associated Press sous anonymat par crainte d'être sanctionné par les autorités militaires.

Pour rappel, l'armée a pris le pouvoir en invoquant des fraudes électorales massives lors des élections de novembre 2020, mais les observateurs indépendants n'ont pas détecté d'irrégularités majeures.

L'armée face à la rue

L'opposition à la prise de pouvoir par l'armée a surgi presque immédiatement et reste forte. On note même des cas de résistance armée après la répression violente des manifestations pacifiques par les autorités.

Le verdict de lundi pourrait attiser davantage les tensions.

De l'avis des observateurs, les poursuites engagées contre Aung Suu Kyi ont pour objectif de la discréditer et l'empêcher de se présenter aux prochaines élections, étant donné que la Constitution interdit à toute personne condamnée à une peine de prison d'exercer de hautes fonctions.

Avec Associated Press.

Une éruption volcanique fait au moins 13 morts en Indonésie

Des habitants et des sauveteurs inspectent une zone couverte de cendres volcaniques dans le village de Sumber Wuluh, en Indonésie, le 5 décembre 2021.

Le bilan de l'éruption du volcan Semeru en Indonésie est passé de un à 13 morts, a indiqué dimanche l'agence de gestion des catastrophes alors que les sauveteurs continuent à fouiller la zone.

"Le bilan est maintenant de 13 morts. Les sauveteurs ont retrouvé plus de corps", a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'agence, Abdul Muhari, précisant que 10 personnes piégées par l'éruption de samedi avaient été dégagées vivantes de la zone située à l'Est de l'île de Java.

Des images ont montré un vaste panache de fumée grise sortant du cratère du volcan dimanche après 15H00 locales (7H00 GMT), déclenchant la panique chez les habitants des villages environnants qui se sont enfuis alors que la région plongeait dans l'obscurité en pleine après-midi.

Le village de Lumajang a été recouvert d'une épaisse couche de lave froide et de cendres, selon des journalistes de l'AFP, et les habitants d'une dizaine de villages ont dû aller dans des refuges et des mosquées pour passer la nuit.

Au moins 57 personnes ont été blessées dans l'éruption dont 41 atteintes par des brûlures, a indiqué l'agence de gestion des catastrophe dans un communiqué.

Le mont Semeru, plus haut sommet de Java, culmine à 3.676 mètres. Des images de l'agence météorologique et de géophysique d'Indonésie ont montré des cendres tombant dans l'océan Indien.

La dernière éruption majeure du Semeru date de décembre 2020. Elle avait aussi provoqué la fuite de milliers de personnes et couvert des villages entiers.

L'Indonésie se trouve sur le "cercle de feu" du Pacifique, où la rencontre des plaques continentales provoque une activité sismique élevée. Cet archipel du sud-est asiatique compte près de 130 volcans actifs sur son territoire.

Fin 2018, l'éruption d'un volcan entre les îles de Java et de Sumatra avait causé un glissement de terrain sous-marin et un tsunami, tuant près de 400 personnes.

Le variant Omicron secoue les États et réveille des inquiétudes liées au Covid

Des voyageurs portant des équipements de protection individuelle arrivent à l'aéroport de Melbourne, en Australie, le 29 novembre 2021.

Aucun décès associé au variant n'a été rapporté jusqu'ici, selon l'OMS.

Le nouveau variant Omicron du coronavirus, classé “préoccupant", présente "un risque très élevé" au niveau mondial, a prévenu ce lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Réunion d’urgence du G7 face à Londres au nouveau variant. Plusieurs pays suspendent des voyages pour éviter les contaminations.

Stéphane Bancel, patron du géant pharmaceutique Moderna, estime que les vaccins actuels sont probablement moins efficaces contre Omicron, rapporte le quotidien Financial Times.

Tout en précisant qu'aucun décès associé au variant n'a été rapporté jusqu'ici, l’OMS indiquant que la probabilité qu'il se répande au niveau mondial est élevée.

De nombreuses incertitudes planent encore sur sa dangerosité et sa transmissibilité. Mais les scientifiques redoutent déjà qu’Omicron soit extrêmement contagieux et échappe à certaines parties du système immunitaire.

La liste des pays où le variant est détecté ne cesse de s'allonger. Plusieurs pays occidentaux et africains sont déjà fermés aux voyageurs venant de huit pays d'Afrique australe. Les Etats-Unis se trouvent en "état d'alerte avancée", bien qu’aucun cas n’a encore été confirmé.

L'Afrique du Sud, où Omicron a été détecté et annoncé jeudi dernier, s'attend à une hausse exponentielle des contaminations. Mais Pretoria jugé "triste" et "regrettable" que des pays africains suivent le vent de panique et imposent des restrictions de voyage sur le continent.

Le gouvernement sud-africain demande l’annulation immédiate des restrictions que le président Cyril Ramaphosa juge dépourvues de "justification scientifique".

Les ministres de la Santé du G7 se retrouvent urgemment à Londres pour discuter de l'évolution de la situation sur Omicron. L’OMS se réunit à Genève pour discuter d'un accord international définissant la manière de gérer la prochaine pandémie – ce qui, selon les experts, n'est qu'une question de temps.

Pas besoin de s'inquiéter

Le président américain Joe Biden a estimé lundi qu'il n'y avait "pas de raison de paniquer" face à la propagation du nouveau variant Omicron du Covid-19, tout en appelant les Américains à se faire vacciner et à recevoir leurs doses de rappel. "Il y a des raisons d'être préoccupés face à ce nouveau variant, mais pas de raison de paniquer", a nuancé le président américain dans un discours à la Maison Blanche.

A l'approche des fêtes de fin d’année, le locataire de la Maison Blanche a appelé les Américains à se faire vacciner, à faire vacciner leurs enfants, à recevoir leurs doses de rappel et à porter un masque à l’intérieur. Selon lui, ces mesures éviteront un re-confinement.

Le président démocrate a également indiqué qu’à ce stade, une éventuelle obligation de vaccin ou de test pour prendre des vols domestiques aux Etats-Unis, n'est pas une recommandation de la communauté scientifique.

Joe Biden présentera jeudi une stratégie détaillée de lutte contre le coronavirus pendant l'hiver, "pas avec des fermetures ou des confinements, mais en amplifiant la vaccination, les rappels, les tests”, a-t-il précisé.

Le variant Omicron, déjà signalé en Europe, a atteint le continent américain avec deux premiers cas annoncés dimanche au Canada. Des cas ont aussi été confirmés en Asie et au Moyen-Orient.

L'OMS prévient du risque très élevé du variant Omicron

L'OMS prévient du risque très élevé du variant Omicron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG