Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

Le trafic humain en recrudescence dans les provinces du sud tchadien

Les jeunes Tchadiens en attente, au Tchad, le 28 avril 2016. (Photo d'illustration/VOA)

La semaine dernière, un groupe de jeunes des différentes localités de la province du Moyen Chari en partance vers l’Est à la recherche de travail ont été interceptés par les autorités judiciaires de la province.

Le phénomène est fréquent dans les provinces du Mandoul et du Moyen Chari, deux provinces à l’extrême Sud du Tchad. Les jeunes de ces localités dont l’âge varie entre 15 et 25 ans se font emmener par des individus dans l’est du pays.

Ces principaux employeurs invisibles promettent, aux jeunes désespérés, un avenir radieux à travers un travail décent qui pourra leur permettre de gagner la vie. Ils utilisent des intermédiaires pour payer leur transport jusqu’à la destination souvent inconnue de ces jeunes à la recherche de l’eldorado.

La semaine dernière, un groupe de plus de 30 jeunes en route vers l’Est a été appréhendé par les autorités judiciaires de la province de Sarh.

"C’est pour remonter cette ligne et rechercher les vrais auteurs, que nous avons intercepté ces gens-là", a déclaré le procureur de la République, près le tribunal de grande instance de Sarh Allarakété Sanéngar.

"Nous ne pouvons pas accepter que des jeunes qui sont la crème de notre société puissent se déplacer en masse, abandonner leurs parents et leurs villages pour des horizons douteux", a déploré Djimet Ngandéré, secrétaire exécutif de l’association "Caisse de solidarité et d’entraide", une association de la communauté Sara Kaba basée au sud du Tchad.

Pour Djida Oumar, président de la Commission nationale des droits de l’homme, la sensibilisation a échoué. Selon lui, les responsables de cette pratique sont connus.

"Un enfant ne s’achète pas. Il faut localiser les trafiquants, les juger et les condamner. Ce sont des délinquants", a indiqué Djida Oumar, président de la CNDH.

Selon les autorités judiciaires de la province du Moyen Chari, cinq groupes de jeunes en partance pour l’Est et le Nord, ont été interceptés de juillet à septembre.

Toutes les actualités

L'armée nigériane accusée d'avoir fait avorter illégalement des femmes rescapées de jihadistes

Hauwa Joseph, une écolière kidnappée de Chibok, est assise avec son bébé à Maimalari Barracks à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 21 juin 2022.

Les forces armées nigérianes sont accusées d'avoir mené depuis près de dix ans un programme d'avortements de masse sur des femmes rescapées des groupes jihadistes dans le nord-est du pays, selon une enquête de l'agence de presse Reuters publiée mercredi et démentie en bloc par l'armée.

Selon cette enquête, l'armée nigériane mène depuis 2013 un programme "d'avortements secrets, systématiques et illégaux dans le nord-est du pays, mettant fin à au moins 10.000 grossesses chez des femmes et des jeunes filles, dont beaucoup avaient été enlevées et violées par des combattants jihadistes".

"La plupart des avortements" ont été pratiqués sans le consentement de ces femmes, "souvent" à leur insu, rapportent les journalistes qui s'appuient sur les témoignages de 33 femmes et jeunes filles, cinq travailleurs de santé et neuf personnels de sécurité impliqués dans ce programme, mais aussi sur des documents militaires et des registres d’hôpitaux.

Les femmes et les filles étaient enceintes de quelques semaines à huit mois. "Certaines n'avaient que 12 ans", affirme cette enquête. Selon les témoignages recueillis par les journalistes, les soldats assuraient aux femmes que les pilules et les injections données "étaient destinées à rétablir leur santé et à combattre des maladies telles que le paludisme".

"Dans certains cas, les femmes qui résistaient étaient battues, frappées à coups de bâton, tenues en joue ou droguées pour qu'elles obéissent", ajoute cette enquête.

L'armée, dans un document de cinq pages cité dans l'enquête de Reuters et consulté mercredi par l'AFP, nie l'existence d'un tel programme. Elle assure que sa mission est de protéger les civils, et affirme que l'enquête est "une insulte aux Nigérians et à leur culture".

Au Nigeria, la religion tient une place centrale, que ce soit dans le nord à majorité musulmane ou dans le sud à majorité chrétienne. L'avortement y est illégal, sauf lorsque la vie de la mère est en danger. Dans le nord, il est passible de 14 ans d'emprisonnement, rappelle l'enquête de Reuters.

Dans sa réaction, l'armée nigériane martèle qu'elle ne peut être à l'origine d'un "programme aussi maléfique" et "certainement pas sur (son) propre sol". Les avortements forcés peuvent "constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité", avance Reuters qui a consulté quatre experts juridiques.

Confrontés à une insécurité généralisée, dont l'insurrection jihadiste de Boko Haram et de l'Etat islamique dans le nord-est, les Nigérians éliront le 25 février un successeur au président Muhammadu Buhari, qui ne se représente pas après deux mandats, comme le prévoit la Constitution.

Procès du 28-Septembre: Moussa Dadis Camara sera entendu le 12 décembre

Procès du 28-Septembre: Moussa Dadis Camara sera entendu le 12 décembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Procès du désert: la prison ferme pour 262 manifestants tchadiens

Procès du désert: la prison ferme pour 262 manifestants tchadiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Massacre de 2009: le procès de Moussa Dadis Camara renvoyé au 12 décembre

L'ancien président guinéen Moussa Dadis Camara (à dr.) devant les juges pendant son procès à Conakry, en Guinée, le 28 septembre 2022.

Le moment le plus attendu depuis l'ouverture en Guinée du procès du massacre de septembre 2009, la comparution de Moussa Dadis Camara, a tourné court lundi quand la cour a accepté la demande de renvoi de l'ancien chef d'État pour raisons de santé.

Le moment de la comparution est arrivé en fin de matinée quand le président Ibrahima Sory Tounkara a déclamé: "Monsieur Moussa Dadis Camara, venez à la barre, s'il vous plaît".

Moins de 12 minutes plus tard, le même président prononçait le renvoi de l'affaire au 12 décembre 2022 avec ces mots: "Vous avez une semaine M. Camara, l'audience est levée". Dans l'intervalle, l'ancien autocrate âgé de 57 ans, qui faisait trembler ceux qui subissaient ses foudres, a plaidé avec obséquiosité pour le renvoi en invoquant sa santé.

Un avocat de Moussa Dadis Camara propose une assignation à résidence durant son procès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

"Avec tout le respect que j'ai pour votre auguste tribunal - j'en ai déjà informé le directeur de la garde pénitentiaire, le médecin chef de la garde pénitentiaire - depuis un très bon moment je souffre", a dit le capitaine Camara après s'être présenté à la barre d'une démarche mal assurée et en tenue civile, lui qui ne se départissait jamais de son uniforme.

"Je ne suis pas au-dessus de la loi", a-t-il dit, "mais en toute sincérité je ne me sens pour le moment abolument pas (en état de déposer)". Le principal accusé de ce procès historique a vaguement évoqué "le palu que j'ai eu, un affaiblissement total", et laissé entendre qu'il préférait ne pas s'étendre.

"Le tribunal ne peut pas vous obliger à dire ou à faire ce que vous ne voulez pas faire (...) Si vous dites que vous ne pouvez pas (déposer), le tribunal vous suivra", a dit le président avant d'annoncer le renvoi. Le capitaine Camara répond depuis le 28 septembre 2022 avec une dizaine d'anciens responsables militaires et gouvernementaux du massacre perpétré 13 ans plus tôt jour pour jour.

Le capitaine Camara, porté au pouvoir par un coup d'Etat neuf mois auparavant, était président ce jour et les suivants où les Bérets rouges de sa garde, des soldats, des policiers et des miliciens ont assassiné dans un stade de Conakry et alentour des dizaines de personnes réunies pour le dissuader de se présenter à la présidentielle prévue en janvier 2010. Des dizaines de femmes ont été violées, des individus séquestrés et torturés, de nombreux corps escamotés.

Ecarté quelques mois après le massacre, exilé ensuite au Burkina Faso, il a été emprisonné après être rentré pour le procès.

Manifestation réprimée au Tchad: prison ferme pour 262 accusés

Les soldats tchadiens gardent des prisonniers dans la cour d'une prison de gendarmerie, Ndjamena, 13 février 2008. (VOA Archives)

Un total de 262 personnes arrêtées à N'Djamena lors d'une manifestation violemment réprimée en octobre, avec une cinquantaine de tués par balles, ont été condamnées de 2 à 3 ans de prison ferme dans un procès de masse à huis-clos et sans avocats, a annoncé lundi le parquet.

Quelque 80 autres, sur 401 personnes jugées, des manifestants contre le régime pour l'essentiel, ont écopé de peines d'emprisonnement avec sursis et 59 ont été relaxées, a précisé à la presse le procureur de la République de N'Djamena, Moussa Wade Djibrine.

Ce procès de masse s'est déroulé en plein désert, à 600 km de la capitale, dans une prison de haute sécurité à Koro Toro, une procédure de dépaysement "illégale" selon leurs avocats qui ont décidé de ne pas s'y rendre. Ils comparaissaient notamment pour "violences et voies de fait", "destruction de biens" et "troubles à l'ordre public".

Le procès s'est tenu en quatre jours et s'est achevé vendredi mais, seule la télévision d'Etat ayant eu le droit d'y assister, en l'absence de tout autre média, le procureur n'a rendu public le jugement que trois jours plus tard, à son retour dans la capitale.

Le 20 octobre 2022, une cinquantaine de personnes, de jeunes manifestants tués par balles pour l'immense majorité, avaient péri à N'Djamena et ailleurs quand les forces de l'ordre avaient ouvert le feu sur la moindre tentative de rassemblement.

Ils répondaient à l'appel de l'opposition contre la prolongation de deux ans au pouvoir du général Mahamat Idriss Déby Itno, proclamé chef de l'Etat par les militaires le 20 avril 2021 à l'annonce de la mort de son père, le président Idriss Déby Itno, tué au front par des rebelles après avoir dirigé d'une main de fer le Tchad 30 années durant.

Le pouvoir avait reconnu l'arrestation de 601 personnes - dont 83 mineurs - pour la seule N'Djamena, et leur transfert dans la prison de Koro Toro, à plus de deux jours de voiture de la capitale et en l'absence de leurs avocats.

Quelque 80 mineurs détenus à Koro Toro ont été transférés à N'Djamena, a assuré lundi le procureur Wade Djibrine.

Voir plus

XS
SM
MD
LG