Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les Togolais ont éliminé la maladie du sommeil


Entrée de l’Institut national d’hygiène, Lomé, 03 septembre 2020. (VOA/Kayi Lawson)

La trypanosomiase humaine africaine ne constitue plus un problème de santé publique au Togo. L’OMS est parvenue à cette conclusion, après avoir analysé la situation épidémiologique de la maladie dans le pays, sur les 20 dernières années.

Rodrigue Apénou, 22 ans, est étudiant en 2ème année d’informatique de gestion, à Lomé. Il ignore tout de la maladie du sommeil. "Je ne connais pas la maladie du sommeil. Je n’en ai jamais entendu parler", confie-t-il à VOA Afrique.

Rodrigue Apénou n’était pas né lorsque le Togo a connu son dernier cas de trypanosomiase humaine africaine (THA). C’est pareil pour son camarade Joël Atohoun, âgé de 21 ans, qui a dû faire recours à ses connaissances antérieures pour se souvenir.

"C’est une maladie qui serait causée par une mouche appelée mouche tsé-tsé. On nous a appris ça aux cours primaires", dit-il fièrement comme pour narguer Rodrigue. Jouant les experts, Joël poursuit, "comme signe, on peut noter que la personne qui est piquée va beaucoup dormir. C’est un peu ça".

C’était en 1996 que le Togo a enregistré son dernier cas de THA, communément appelée la maladie du sommeil. Cette dernière est caractérisée par des troubles du sommeil comme le confirme Dr Kossi Badziklou, ancien coordonnateur du Programme de lutte contre la THA au Togo.

Dr Kossi Badziklou, ancien coordonnateur du programme de lutte contre la THA au Togo, Lomé, 2 septembre 2020. (VOA/Kayi Lawson)
Dr Kossi Badziklou, ancien coordonnateur du programme de lutte contre la THA au Togo, Lomé, 2 septembre 2020. (VOA/Kayi Lawson)


"Ce qu’on constate chez les malades à un niveau donné, c’est le sommeil un peu désordonné. C’est-à-dire des gens qui peuvent passer toute la journée à dormir et dans des conditions vraiment anormale. Quelqu’un à qui on sert un plat, qui est à table et qui commence par dormir sans manger par exemple. Quelqu’un qui va au champ, qui prend sa houe pour travailler, il s’assoit et dort toute la journée", a expliqué ce médecin. "Sans traitement approprié la mort est inévitable", a ajouté Dr Badziklou.

L’élimination de la maladie du sommeil comme problème de santé publique ne doit pas conduire à un relâchement, avertit l’ancien coordonnateur du programme de lutte contre la maladie.

"Ce qu’on ne doit pas oublier, c’est que la maladie peut revenir. Déjà dans les années 1960 beaucoup de pays étaient à ce stade-là", a-t-il dit. "Mais il y avait eu un relâchement et on a été surpris par la résurgence de cette maladie", a rappelé Dr Kossi Badziklou.

En éliminant la maladie du sommeil comme problème de santé publique, le Togo devient le premier en Afrique à réaliser cet exploit. L’OMS a reconnu que le pays a satisfait à tous les critères.

"Pour éliminer la trypanosomiase humaine africaine, il faut prouver qu’on a aucun cas autochtone au moins durant les 10 dernières années. Au-delà, il fallait faire un suivi et ensuite présenter un dossier. Un dossier très bien fourni parce qu’il faut documenter toute l’historique de la maladie depuis qu’elle a commencé dans le pays", a détaillé Dr Fatoumata Binta Diallo, représentante résidente de l’OMS au Togo.

Après l’élimination de la maladie du sommeil, le Togo va travailler pour vérifier l’arrêt de sa transmission. Le dernier palier, qui est son éradication totale, concerne tous les pays endémiques, comme c’était le cas le 25 août dernier pour la poliomyélite sauvage en Afrique.

Selon une fiche de l'OMS, la maladie est présente dans 36 pays africains.

XS
SM
MD
LG