Liens d'accessibilité

Le Tchad voit s'installer un profond malaise au sommet de l'État


Le président Idriss Deby Itno donne un discours devant l'assemblée des Nations unies à Manhattan, New York, le 20 septembre 2016.

La situation socio-politique du Tchad va de mal en pis. En dehors de la crise sociale, il y a un malaise au sommet de l'État.

Un mouvement pour l'éveil citoyen (MECI) - une plateforme des organisations de la société civile, des partis politiques, des enseignants chercheurs, des magistrats, des journalistes et de personnalités - vient de lancer ses activités.

Le mouvement a pour fondement l'engagement commun pour la restauration de la république et de la démocratie. Dans une publication de plusieurs pages, publiée par un militant politique sur Tweeter, le mouvement écrit que " notre conviction est que le peuple tchadiens est encore capable d'un sursaut national".

Le MPS taxe cette plateforme d'être en connivence avec l'opposition armée. Dans un communiqué de presse publié ce jeudi, le MPS accuse le mouvement d'être "un attelage contre-nature, aux objectifs séditieux, n'est en réalité rien d'autres qu'un regroupement d'individus aux abois, mus par des intérêts égoïstes".

Le débat fait couler beaucoup d'encre à N'Djamena.

André Kodmadjingar, correspondant à N'Djamena

XS
SM
MD
LG