Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Au moins un policier tué après des accrochages autour du siège de l’UDPS à Kinshasa

DEs soldats de la Monusco devant le siège de l'UDPS à Kinshasa, le 20 septembre 2016.

Le commandant de la police de Limete, commune du centre de Kinshasa où est situé le siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parle d’au moins un policier tué.

La tension monte au fur et à mesure qu’approche la date du 12 mai pour le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi, leader de l'UDPS et opposant historique décédé le 1er février dernier.

Le retour et surtout le lieu de l’enterrement de Tshisekedi reste au centre de la tension.

Le parti voudrait l’enterrer au siège de l'UDPS, ce que refusent les autorités.

La police congolaise a accusé mardi à Kinshasa les militants du parti historique de l'opposition en République démocratique du Congo d'avoir attaqué ses installations, alors qu'une centaine d'agents encerclaient le siège de ce parti.

Le siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et ses abords étaient encerclés par des policiers anti-émeute jusqu'au début de l'après-midi.

Un véhicule de transport des troupes et une grande tente ont été réduits en cendres sous les arbres situés face au siège du parti à Limete, commune du centre de Kinshasa.

"Vers 04h00 (03h00 GMT), nous avons été attaqués par une cinquantaine de jeunes gens armés (...) sortis du siège de l'UDPS", a déclaré à l'AFP le commandant de la police de Limete.

"Ils ont brûlé le véhicule et une tente, tabassé des policiers qui étaient de garde (...) brûlé nos bureaux ici au commissariat et ont fait évader 28 détenus parmi les plus dangereux violeurs poursuivis par le tribunal pour enfants", a-t-il ajouté. Un agent "est décédé de suites de ses blessures".

"C'est un montage" du pouvoir, "pour empêcher les travaux de construction" de la tombe d'Etienne Tshisekedi au siège de l'UDPS, a déclaré à l'AFP son porte-parole, Augustin Kabuya, joint au téléphone.

A côté du véhicule calciné, une grande tente encore fumante se consumait également sous les arbres situés face au siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à Limete, commune du centre de Kinshasa, selon ce journaliste qui a aussi constaté des traces de sang sur le sol.

Aucune explication sur les raisons de la présence policière n'a été apportée par les autorités ou l'UDPS. Le porte-parole de la police n'a pu être joint par l'AFP et les agents présents sur le lieu n'ont pas voulu s'exprimer.

"C'est un montage" du pouvoir, "pour empêcher les travaux de construction" de la tombe d'Étienne Tshisekedi au siège de l'UDPS, déclaré à l'AFP son porte-parole, Augustin Kabuya, joint au téléphone.

Étienne Tshisekedi, figure historique de l'opposition en RDC depuis un demi-siècle, est mort le 1er février à Bruxelles à 84 ans.

"De son vivant, le président (Tshisekedi) n'avait jamais mené son combat en exil. Qu'il pleuve ou qu'il neige, son corps sera rapatrié le 12 (mai), nous n'allons pas céder à l'intimidation", a dit M. Kabuya.

Selon l'UDPS, M. Tshisekedi sera "inhumé au siège du parti", malgré l'absence d'un accord permettant une inhumation sur un terrain privé, interdite par la loi congolaise.

Annoncé à plusieurs reprises, le retour de la dépouille de Tshisekedi a été à chaque fois reporté sine die, faute d'accord entre la famille, le parti, et les autorités sur le lieu de la sépulture de l'opposant.

Le décès de Tshisekedi, en pleins marchandages sur la mise en œuvre d'un accord de partage du pouvoir signé le 31 décembre entre la majorité et l'opposition, a contribué à augmenter la confusion politique, alors qu'il devait prendre la tête d'un organe de surveillance de l'application de cet accord, censé permettre une sortie à la crise liée au maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat, échu depuis le 20 décembre.

Avec AFP

Toutes les actualités

Au moins 15 soldats tués dans l'attaque d'une base militaire par Boko Haram

Soldats nigérians à Damasak, Nigeria le 18 mars 2015.

Au moins 15 soldats ont été tués dans l'attaque d'une base militaire par des combattants du groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, en proie à une sanglante insurrection armée depuis 10 ans, a-t-on appris mardi auprès de sources sécuritaires concordantes.

Des hommes soupçonnés d'appartenir à la faction de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont pris d'assaut lundi soir une base militaire à la périphérie de la ville de Gajiram, à 80 km de la capitale régionale, Maiduguri.

"Les corps de 15 soldats ont déjà été retrouvés dans le cadre des opérations de recherche et de secours", a déclaré à l'AFP un officier de l'armée nigériane sous couvert d'anonymat. "Ce chiffre pourrait changer étant donné que les opérations (de recherches) sont toujours en cours et que de nombreux soldats manquent toujours à l'appel".

Une autre source militaire jointe au téléphone a confirmé ce bilan.

"Quinze soldats ont payé le prix suprême, leurs corps ont été retrouvés et la recherche d'autres soldats portés disparus continue", a précisé cette source.

Les jihadistes ont emporté des armes et des véhicules après avoir mis en déroute l'armée et incendié la base, causant d'importants dégâts, selon les deux sources militaires.

Arrivés à bord de neuf pick-up, "ils ont délogé les soldats de la base après des combats", avait confié plus tôt à l'AFP une autre source sécuritaire sous couvert d'anonymat.

Selon des témoignages d'habitants, les jihadistes sont ensuite entrés dans la ville de Gajiram, où ils ont pillé des magasins et tiré des coups de feu en l'air, obligeant les habitants à se réfugier dans leurs maisons ou à fuir en brousse.

"Les hommes armés ont pénétré dans la ville vers 18h00 (17h00 GMT) après avoir vaincu les soldats de la base", a déclaré Mele Butari, un habitant de Gajiram.

"Ils sont restés près de cinq heures. Ils sont entrés par effraction dans les magasins et ont pillé les stocks de nourriture", a ajouté M. Butari. "Ils n'ont blessé personne et n'ont fait aucune tentative pour attaquer les gens qui s'étaient réfugiés dans la brousse ou chez eux".

Des habitants ont vu mardi matin des soldats revenir vers la ville depuis la brousse environnante, probablement après avoir fui durant l'attaque.

- Trois bases en un mois -

L'insurrection lancée par Boko Haram en 2009 dans le nord-est du Nigeria et sa répression par l'armée ont fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

Elle a aujourd’hui gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins.

Gajiram et la base militaire attenante ont été attaquées à plusieurs reprises par les jihadistes.

Des dizaines de bases militaires ont été attaquées depuis un an par la faction affiliée au groupe Etat islamique, qui cible principalement l'armée et les symboles de l'Etat.

Depuis début juin, c'est au moins la troisième attaque contre une base recensée par l'AFP dans le nord-est du pays.

La semaine dernière, l'Iswap a revendiqué l'attaque de la base militaire de Kareto, également située dans l'Etat du Borno, affirmant avoir tué 20 soldats. Des sources sécuritaires avaient fait état de "plusieurs morts" à l'AFP, sans donner de bilan précis.

Et le 4 juin, la même faction avait revendiqué une série d'attaques contre cinq bases militaires de la région, parlant de 14 soldats tués. Ces allégations n'ont pu être vérifiées de manière indépendante, mais une source militaire a cependant confirmé que cinq soldats avaient été tués dans la base de la ville de Marte (Etat du Borno).

Par ailleurs, au moins 30 personnes ont été tuées et 40 blessées à Konduga (nord-est) dimanche dans un triple attentat-suicide attribué cette fois à la faction loyale au leader historique de Boko Haram, Abubakar Shekau.

Il s'agissait de l'une des attaques les plus meurtrières de ce groupe jihadiste contre des civils depuis des mois dans cette région.

Plus de 300 000 déplacés par les violences

Plus de 300 000 déplacés par les violences
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Ebola: impact sur le commerce à la frontière

Ebola: impact sur le commerce à la frontière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

38 morts et de nombreux blessés" dans une attaque contre deux villages

Quelques personnes regardent au loin le lieu d’une attaque-kamikaze dans la région de Gao, dans le centre-nord du Mali, 1er juillet 2018. (VOA/ Sidi Elhabib Maiga)

Une nouvelle tuerie dans le centre du Mali a fait "38 morts et de nombreux blessés", a indiqué mardi soir le gouvernement malien, selon un bilan encore provisoire.

Dans le même temps, une embuscade contre une patrouille de l'armée plus au nord a occasionné des "pertes humaines et matérielles", selon les Forces armées maliennes.

Des bilans antérieurs avaient évoqué entre une vingtaine et une quarantaine de morts lors de cette attaque survenue lundi dans deux villages dogons de cette région du centre du pays, où un massacre commis dans village dogon proche de Bandiagara le 9 juin avait fait 35 morts, dont 24 enfants.

"Des attaques terroristes ont visé hier lundi 17 juin 2019, dans la soirée, les localités de Gangafani et Yoro dans le cercle de Koro, non loin de la frontière avec le Burkina Faso. Le bilan provisoire officiel est de 38 morts et de nombreux blessés", précise le gouvernement dans un communiqué publié dans la soirée.

"Des forces de défense et de sécurité a été dépêché sur les lieux pour sécuriser les populations et leurs biens et traquer les auteurs de ces attaques", selon le texte.

"Une patrouille des FAMa (Forces armées maliennes) est tombée dans une embuscade des terroristes à Banguimalam, au sud-ouest de Gossi (nord). Des renforts ont été dépêchés pour secourir les éléments victimes d'attaque terroriste et sécuriser la zone", ajoute le communiqué du gouvernement.

"Les #FAMa sont tombées dans une embuscade dans la journée du mardi 18 juin 2019. C'était dans la localité de #Gossi. Au cours de cet accrochage, les FAMa ont enregistré des pertes humaines et matérielles", ont confirmé sur Twitter les Forces armées maliennes.

La RDC et la BAD s'engagent à créer des zones agricoles spéciales

Le président Félix Tshisekedi à la Cité de l'Union africaine, Kinshasa, le 18 mars 2019. (Twitter/Présidence RDC)

Le président congolais Félix Tshisekedi et le patron de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwimi Adesina, ont annoncé mardi la création des zones spéciales d'agro-industrialisation impliquant des investisseurs privés pour le développement des milieux ruraux en RDC.

"L'agriculture est un secteur qui va régler plusieurs problèmes. Nous allons travailler pour booster le secteur en créant des zones spéciales agricoles dont le but est de favoriser l'agro-industrie pour atteindre l'autosuffisance alimentaire en très peu de temps", a déclaré le président Tshisekedi.

"Je ne compte pas toujours sur nos minerais (...), même si je ne peux pas cracher sur ce secteur. Les mines nous ont créé beaucoup de problèmes. Il faut diversifier notre économie. Le secteur agricole va régler beaucoup de problèmes comme la malnutrition grâce à ces zones spéciales agricoles", a ajouté M. Tshisekedi.

Le projet vise à disséminer les zones spéciales d'agro-industrialisation près des lieux de production agricole. Ces zones seront dotées d'infrastructures énergétiques, de transport et de communications pouvant favoriser la transformation locale des produits agricoles, a expliqué Akinwimi Adesina, président de la BAD.

"Les pays qui font l'exportation des matières premières sont toujours pauvres, par contre ceux qui développent les chaînes de valeurs par la transformation de leur production deviennent riches", a expliqué M. Adesina.

Les deux personnalités n'ont pas donné la date du lancement effectif de ce projet ni la hauteur des financements qui seront mobilisés.

S'adressant aux investisseurs privés présents dans la salle d'une conférence, M. Adesina les a invités à s'impliquer dans ce projet soutenu par la BAD et qui a comme objectif prioritaire de financer la création locale de la valeur ajoutée en développant les chaînes de production desdites valeurs.

"L'agro-business représentera 1.000 milliards de dollars d'ici à 2030. Si vous ne vous engagez pas dans l'agro-industrie, les autres viendront tout prendre", a-t-il averti.

Quant aux réformes, le président Tshisekedi a considéré que "pour rassurer des investisseurs sérieux et non les véreux, il faut gagner le combat acharné contre la corruption" et "simplifier la fiscalité" en vue d'influer sur le climat des affaires.

Voir plus

XS
SM
MD
LG