Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo n'ira pas à une réunion du G7 en France

Le secrétaire d'État Mike Pompeo témoigne lors d'une audience devant la Chambre, le 27 mars 2019. REUTERS/Erin Scott - RC1F5F58D2F0

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo ne participera pas à la réunion de ses homologues des principaux pays industrialisés du G7 en France en fin de semaine, une absence emblématique des tensions entre les Etats-Unis de Donald Trump et leurs plus proches alliés.

C'est le numéro deux du département d'Etat, John Sullivan, qui représentera Washington vendredi et samedi à la réunion des ministres des Affaires étrangères à Dinard, dans le nord-ouest de la France, pour préparer le sommet des chefs d'Etat prévu en août à Biarritz, autre ville de la côte Atlantique française, a annoncé mardi la diplomatie américaine dans un communiqué.

L'administration Trump n'a pas donné de raison dans l'immédiat à absence de Mike Pompeo, qui doit accueillir mercredi et jeudi ses homologues de l'Otan pour célébrer les 70 ans de l'Alliance atlantique dans la capitale des Etats-Unis.

Mais le gouvernement du milliardaire républicain a souvent fait peu de cas ces deux dernières années de ses alliés traditionnels.

Le sommet du G7 en 2018 au Canada s'est conclu sur un fiasco, M. Trump refusant de signer le communiqué final en raison de différends sur le commerce. Et lors de celui de l'Otan à Bruxelles, il a bousculé comme rarement les membres de l'Alliance, priés de mettre davantage la main au portefeuille en matière de dépenses militaires.

L'absence de Mike Pompeo à Dinard, en Bretagne, est d'autant plus surprenante que les Etats-Unis assumeront en 2020 la présidence du G7, qui réunit également le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France et l'Italie.

Son adjoint John Sullivan doit discuter avec les ministres des autres pays de "la détérioration de la situation au Venezuela, du comportement déstabilisateur de l'Iran au Moyen-Orient" ou encore "de la dénucléarisation définitive de la Corée du Nord", a précisé le département d'Etat.

Toutes les actualités

Le FMI interpelle Washington et Pékin

Le FMI interpelle Washington et Pékin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Sabotage de navires : Abou Dhabi ne veut pas d'une enquête précipitée

An Emirati fisherman throws his net near Mirfa, near the coast of the capital Abu Dhabi on April 19, 2019.

Les Emirats arabes unis ont affirmé mercredi que l'enquête sur le "sabotage mystérieux" de quatre navires à l'entrée du Golfe prendrait "le temps qu'il faudra", en disant s'attendre à un "résultat impartial".

Quatre navires, dont deux pétroliers saoudiens, ont été sabotés le 12 mai en mer d'Arabie au large de l'émirat de Fujairah, membre de la fédération des Emirats arabes unis.

Les Emirats ont invité des experts des Etats-Unis, de France et de Norvège à se joindre à l'enquête et promis des investigations "professionnelles" et transparente sur ce sabotage qui a accentué les tensions dans le Golfe.

Le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, s'est refusé à spéculer sur le ou les responsables de ces attaques.

"Nous devons nous montrer très prudents sans lancer d'accusations", a-t-il dit à Dubaï à propos des actes de sabotage, qui n'ont pas été revendiqués. Il a affirmé que les résultats de l'enquête seraient connus "dans les prochains jours".

"L'enquête en cours reflète l'intérêt de la communauté internationale à protéger la navigation maritime, le commerce international et les approvisionnements en pétrole", a souligné mercredi le ministère des Affaires étrangères des Emirats dans un communiqué.

"L'enquête, à laquelle participent certains pays, prendra le temps qu'il faudra", a-t-il ajouté.

Mardi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a jugé "assez probable" que l'Iran soit derrière ces mystérieux "actes de sabotage".

La montée des tensions entre les voisins du Golfe s'inscrit dans une escalade plus large de la confrontation entre Washington et Téhéran, un an après le retrait américain unilatéral de l'accord sur le nucléaire iranien, suivi de sanctions américaines draconiennes contre la République islamique.

France : le site de la Tour Eiffel piétonnisé et végétalisé d'ici 2024

A rescue worker, top in red, hangs from the Eiffel Tower while a climber is seen below him between two iron columns Monday, May 20, 2019 in Paris.

Le site de la Tour Eiffel à Paris sera rendu aux piétons et végétalisé d'ici 2024, a annoncé la maire de Paris lors de la présentation du projet de réaménagement du site, conçu par une architecte paysagiste américaine.

"On est vraiment sur un objectif de très grande piétonisation", a souligné mardi la maire de Paris, Anne Hidalgo : "On va avoir un jardin extraordinaire pour réentendre le chant des oiseaux".

Ces aménagements, pour lesquels un appel d'offre international avait été lancé en 2018, sont prévus pour avant les Jeux Olympiques de 2024 organisés à Paris.

Le projet de l'architecte paysagiste américaine Kathryn Gustafson, baptisé "One", a été retenu.

Ainsi, les voitures ne pourront plus accéder au pont d'Iéna qui deviendra piéton avec un accès pour les transports en commun et les transports doux.

Le nombre de voies pour les voitures Quai Branly passera de quatre à deux, dans une zone limitée à 20 kilomètres heure où les piétons seront prioritaires.

A la fin des JO, un second espace de travaux sera ouvert sur le Champ de Mars. "C'est un tout cohérent qui devient un espace de promenade, de déambulation, de respiration", a souligné Anne Hidalgo.

"Ce site présente une attractivité que sa fréquentation a contribué à dénaturer et à transformer sans réflexion globale avec beaucoup trop de voitures, du tourisme de masse, trop d'autocars", a ajouté Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de Paris en charge de l’urbanisme : "La Tour va pouvoir se retrouver au centre de ce vaste parc et redonner aux parisiennes et aux parisiens l'envie de venir s'y promener".

Kathryn Gustafson a remporté l'appel à projets "Site Tour Eiffel - découvrir, approcher, visiter" lancé par la ville de Paris, pour lequel quatre équipes avaient candidaté. "On peut arriver à créer le plus grand espace de jardin de Paris", avec "beaucoup plus de biodiversité, beaucoup plus d'écologie", a-t-elle expliqué à l'annonce de sa victoire.

Kathryn Gustafson est notamment à l'origine du projet de la Fontaine commémorative de Diana, Princesse de Galles, à Londres.

En tout, 54 hectares sont concernés et l'aménagement doit coûter 72 millions d'euros toutes taxes comprises.

Chaque année, sept millions de personnes visitent la Tour Eiffel et plus de 20 millions viennent la voir sans y monter. Le monument parisien a fêté son 130ème anniversaire cette année.

Londres sommé par l'ONU de rendre les Chagos à l'île Maurice

L'archipel des Chagos

Le Royaume-Uni a subi mercredi un revers cinglant à l'Assemblée générale de l'ONU où une majorité de pays lui a demandé de rétrocéder sous six mois à l'île Maurice l'archipel des Chagos qui abritent une base britannico-américaine stratégique.

Initiée par Maurice, une résolution en ce sens, non contraignante mais à forte valeur politique, a été adoptée par 116 pays, six s'exprimant contre dont les Etats-Unis et 56 Etats choisissant l'abstention.

Les pays africains ont voté massivement en faveur de la résolution, les Européens affichant des positions divergentes, partagés entre leur soutien à un pays de l'Union européenne et le respect du droit international.

Les Chagos se trouvent au coeur d'un litige vieux de cinq décennies, depuis la décision britannique de séparer en 1965 cet archipel de l'île Maurice et d'y installer une base militaire commune avec les Etats-Unis sur l'île principale de Diego Garcia.

L'île Maurice a obtenu son indépendance en 1968. Le Royaume-Uni avait expulsé environ 2.000 Chagossiens vers Maurice et les Seychelles pour faire place à la base militaire. Depuis 1975, Maurice a multiplié les procédures judiciaires afin d'obtenir le retour des îles Chagos dans son giron.

"Le colonialisme ne peut plus être toléré", a lancé le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth, regrettant que Londres "n'ait pas fait amende honorable" après l'avis de la Cour internationale de justice (CIJ).

Cette instance a déclaré fin février dans un avis consultatif que Londres devait "dans les plus brefs délais" mettre fin à son administration des Chagos.

Cet avis étant resté sans suite, Maurice avait décidé de porter le dossier devant l'Assemblée générale des Nations unies, même si ses décisions n'ont pas force de loi internationale comme les décisions du Conseil de sécurité.

- "Dernière colonie britannique" -

L'ambassadrice britannique à l'ONU Karen Pierce a souligné que ce dossier était un problème bilatéral et a insisté sur le "rôle vital" de la base militaire pour la sécurité de la région, "dont Maurice".

Dans leur avis, les juges de la plus haute juridiction des Nations unies avaient estimé que le Royaume-Uni avait "illicitement" séparé l'archipel des Chagos de l'île Maurice.

En 2017, seulement quinze pays dont le Royaume-Uni et les Etats-Unis avaient voté contre une demande par Maurice de saisie de la CIJ.

Coincés entre leur soutien à Londres et la nécessité de respecter la justice internationale, 65 pays s'étaient alors abstenus dont l'Allemagne, la France ou le Canada, tandis que 94 avaient voté en faveur de la demande de Maurice d'un avis juridique international.

Pravind Jugnauth avait déjà estimé en février que "le temps était arrivé pour le démantèlement de la dernière colonie britannique en Afrique". Il avait souligné dans le même temps que Port Louis ne réclamait pas le démantèlement de la base britannico-américaine de Diego Garcia.

Pour justifier le maintien de son contrôle, le Royaume-Uni avait alors insisté sur le rôle défensif de cette base qui permet de défendre le monde contre "les menaces terroristes, le crime organisé et la piraterie".

En 2016, le Royaume-Uni a prolongé jusqu'en 2036 un contrat sur l'utilisation de la base militaire avec les Etats-Unis. Celle-ci a joué un rôle stratégique clé lors de la Guerre froide avant d'être utilisée dans les années 2000 lors des conflits en Irak et en Afghanistan.

Israël : l'audition de Netanyahu dans des affaires de corruption repoussée à octobre

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu sings the national anthem during the inauguration ceremony of Israel's 21st Knesset, or parliament, in Jerusalem, April 30, 2019.

Le procureur général israélien a repoussé mercredi à début octobre la date à laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu doit être entendu pour répondre des accusations de corruption pesant sur lui.

Dans une lettre adressée aux avocats de M. Netanyahu, le procureur Avichai Mandelblit stipule que les audiences devront se tenir les 2 et 3 octobre. En avril, il avait fixé cette date au 10 juillet.

Dans son courrier, le procureur général fait référence à la demande d'Amit Hadad, l'un des avocats du Premier ministre, de reporter l'audience au 14 mai 2020, afin qu'il puisse examiner de manière exhaustive les éléments du dossier qui lui ont été transmis la semaine dernière.

Ces éléments avaient été récupérés tardivement par les avocats de M. Netanyahu, en signe de protestation contre des honoraires impayés.

Rejetant la demande d'un report à mai 2020, la lettre publiée mercredi stipule qu'"au besoin, une journée d'audience supplémentaire sera organisée la semaine suivant le délai accordé, pas plus tard."

En février, Avichai Mandelblit avait annoncé son intention d'inculper le Premier ministre israélien pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance" dans trois affaires de dons reçus de la part de milliardaires, d'échanges de bons procédés entre gouvernants et patrons et de tentatives de collusion avec la presse.

Le Premier ministre, qui a gagné le droit à un cinquième mandat au terme des élections législatives du 9 avril, nie en bloc les accusations et dénonce une "chasse aux sorcières".

Même mis en examen, Benjamin Netanyahu, 69 ans dont 13 années au pouvoir, ne serait légalement pas contraint de démissionner avant d'avoir été reconnu coupable et d'avoir épuisé toutes les procédures en appel, ce qui pourrait prendre des années, selon les analystes.

Selon les commentateurs, sa victoire aux législatives pourrait le renforcer, lui permettant notamment d'introduire une loi pour interdire la mise en examen de responsables politiques pendant leur mandat.

Voir plus

XS
SM
MD
LG