Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le Sénat américain rejette le projet de réforme électorale des démocrates


Le chef de la majorité du Sénat américain Chuck Schumer (démocrate de New York) avec le sénateur Bob Menendez (démocrate du New Jersey) lors d'une conférence de presse au Capitole, le 18 mai 2021.

Le Sénat américain a rejeté mardi soir un projet de loi soutenu par le président Joe Biden qui visait à réformer le code électoral au niveau fédéral.

Par un vote équilibré de 50 démocrates en faveur et 50 républicains contre, le projet de loi n’a pas recueilli les 60 voix nécessaires pour être approuvé.

Si pour les démocrates il s’agissait d’établir des garanties minimales à l’échelle nationale pour s’assurer que le plus grand nombre de personnes puisse voter, les républicains par contre dénonçaient ce projet de loi comme une tentative de légitimer la fraude électorale en empêchant aux États de définir eux-mêmes les règles du jeu politique sur leur territoire.

"Ce combat est loin d'être terminé", a déclaré le président Biden, un démocrate, dans un communiqué. "Nous allons intensifier nos efforts pour triompher", a-t-il assuré.

Entre temps sur le terrain, plusieurs États contrôlés par les républicains ont adopté des lois plus strictes sur les pièces à fournir pour s’inscrire sur la liste électorale, allant dans certains cas jusqu’à réduire le nombre de bureaux de vote ou encore les heures d’ouverture. Autant de mesures jugées draconiennes par les démocrates qui y voient une tentative de réduire le taux de participation des minorités ethniques acquises à leur cause.

Les démocrates contrôlent le Congrès par la plus petite des marges et sont très préoccupés par le risque de perdre cette majorité lors des élections de mi-mandat de 2022.

Le chef de la minorité républicaine du Sénat américain, Mitch McConnell (Kentucky), au Capitole à Washington, le 14 juin 2021.
Le chef de la minorité républicaine du Sénat américain, Mitch McConnell (Kentucky), au Capitole à Washington, le 14 juin 2021.

Le projet de loi qui a fait échec mardi proposait d’étendre la durée du vote anticipé, faciliter le vote par courrier et à garantir une plus grande transparence de certaines contributions financières aux campagnes électorales. Il proposait aussi de limiter les tripatouillages dans le découpage des circonscriptions.

Pour leur part, les républicains font valoir que la Constitution américaine donne aux États le pouvoir de définir leurs propres pratiques électorales. Ils voient particulièrement d’un mauvais œil le vote par correspondance, qu’ils estiment être propice à la fraude.

"Les démocrates veulent donner à des bureaucrates basés à Washington le pouvoir de diriger nos élections en Floride", a dénoncé le sénateur républicain Marco Rubio dans un communiqué.

Les sondages Reuters/Ipsos montrent que les Américains souhaitent généralement élargir l'accès au vote et qu'ils sont nombreux à s'opposer aux mesures plus restrictives proposées par les législatures des États contrôlés par les républicains.

Un sondage réalisé du 11 au 17 juin a montré que 59 % des adultes étaient opposés à la réduction des heures de vote anticipé, tandis que 25 % y étaient favorables.

XS
SM
MD
LG