Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le projet de loi de finances, fruit d'un compromis, adopté par la Chambre

Les leaders démocrates au Congrès américain, Nancy Pelosi et Chuck Schumer, à Washington, le 22 mars 2018. (Photo de SAUL LOEB / AFP)

La Chambre des représentants américaine a adopté jeudi un projet de loi budgétaire, issu d'un consensus entre les partis démocrate et républicain, et qui repousse le spectre d'une paralysie budgétaire au-delà de la prochaine élection présidentielle.

Ce texte, qui devrait franchir l'étape du Sénat la semaine prochaine puis être soumis au président Donald Trump pour promulgation, porte les dépenses fédérales à plus de 1.300 milliards de dollars pour l'année fiscale 2020 et relève de manière marquée les plafonds budgétaires de la défense et d'investissements nationaux.

Il permet aussi au gouvernement fédéral d'emprunter davantage, écartant ainsi tout risque de défaut de paiement dans les prochains mois.

Le ministre du Trésor Steven Mnuchin avait prévenu récemment que les caisses du gouvernement américain pourraient être vides début septembre --pendant les vacances du Congrès-- faute d'accord cette semaine entre démocrates et républicains.

Le temps pressait car la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, est en vacances à partir de vendredi tandis que le Sénat, aux mains des républicains, siège une semaine supplémentaire.

La présidente de la Chambre Nancy Pelosi a relevé que cette loi de finances allait "éviter un autre +shutdown+ du gouvernement (...) et les dommages collatéraux qu'une telle paralysie budgétaire provoque sur notre économie".

Elle a également salué l'initiative des deux partis de rehausser le plafond de la dette américaine jusqu'au 31 juillet 2021.

Le président américain avait salué lundi le "vrai compromis" qui augmente les dépenses militaires mais qui, aussi, creuse encore davantage la dette abyssale des Etats-Unis --supérieure à 22.000 milliards de dollars-- alors que la Maison Blanche avait l'objectif affiché de freiner les dépenses.

Le déficit budgétaire fédéral annuel devrait bondir à plus de 1.000 milliards de dollars en 2020 (779 milliards en 2018).

Malgré le soutien du président, près des deux tiers des républicains de la Chambre ont voté contre le projet de loi à cause du creusement des déficits mais aussi de la nature des discussions en coulisses entre Mme Pelosi, les trois autres responsables du Congrès et M. Mnuchin.

Avec AFP

Toutes les actualités

Shopify rejoint le projet de monnaie numérique Libra de Facebook

Le logo de Facebook bien visible lors d'une conference à San José (Californie), le 30 avril 2019.

Après plusieurs désistements de poids, le projet de monnaie numérique Libra de Facebook a gagné un nouveau partenaire: la plateforme de commerce en ligne Shopify, basée au Canada, a indiqué vendredi avoir rejoint l'aventure.

"Nous passons beaucoup de temps à imaginer comment améliorer le commerce dans certaines parties du monde où les infrastructures bancaires pourraient être meilleures", a déclaré Shopify dans un communiqué en ligne. "Nous sommes très contents de faire partie de l'association Libra".

La Libra sera en théorie gérée par une association indépendante composée d'entreprises et organisations à but non lucratif, basée à Genève. Mais le projet du géant des réseaux sociaux, censé voir le jour en 2020, est abondamment contesté.

Début octobre, les services de paiement PayPal, puis Stripe (ainsi que Visa, Mastercard et d'autres) se sont retirés du projet, sous la pression croissante des régulateurs américains et étrangers.

"Nous sommes très fiers d'accueillir Shopify", a réagi Dante Disparte, directeur de la Communication et des Règlements de l'association Libra. "Avec plus d'un million d'entreprises (présentes sur la plateforme) dans environ 175 pays, Shopify apporte des trésors de connaissances et d'expertise au projet Libra".

Facebook veut offrir un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels, permettant d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané, de n'importe quel endroit.

"Shopify rejoint un groupe actif de membres de l'association Libra déterminés à mettre en place un système de paiement mondial qui soit sûr, transparent et facile d'utilisation, et qui casse les barrières financières pour des milliards de personnes", a ajouté Dante Disparte.

Mais les régulateurs, qui ont fait fuir PayPal, Visa et d'autres, s'inquiètent de potentielles utilisations malveillantes de la monnaie, et pointent la mauvaise réputation du géant californien d'internet en matière de confidentialité et de protection des données personnelles.

Les Etats et Banques centrales redoutent aussi de perdre leur souveraineté: ils sont pour le moment les seuls à avoir le droit de battre monnaie.

Depuis l'automne, Facebook tente d'amadouer les différentes autorités. Mark Zuckerberg a répété à plusieurs reprises que la Libra ne serait pas lancée avant d'avoir obtenu tous les feux verts nécessaires des régulateurs.

"L'objectif de la Libra c'est d'abord de construire un système de paiement mondial, plus qu'une monnaie", avait-il insisté lors d'une audience devant des élus américains de la Commission parlementaire des services financiers, en octobre.

Fin décembre, le ministre suisse des Finances Ueli Maurer a déclaré dans une interview à la chaîne SRF que le projet Libra avait "échoué dans sa forme actuelle".

Les Etats-Unis et les talibans signeront un accord le 29 février

Les Etats-Unis et les talibans signeront un accord le 29 février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Primaires démocrates : caucus au Nevada samedi

Primaires démocrates : caucus au Nevada samedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Un ancien conseiller de Trump condamné à 3 ans et 4 mois de prison

Un ancien conseiller de Trump condamné à 3 ans et 4 mois de prison
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Les talibans «pleinement engagés» pour un accord avec les États-Unis

Les talibans «pleinement engagés» pour un accord avec les États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG