Liens d'accessibilité

Le président sud-africain échappe à un vote de défiance de son parti

  • VOA Afrique

Le président Jacob Zuma, à gauche, lors d'un rallye à Bloemfontein, en Afrique du Sud, le 1er mai 2017.

Le président sud-africain Jacob Zuma a échappé à une motion de défiance au sein de la direction du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, qui a tenu une réunion houleuse ce weekend.

Le comité exécutif national (NEC) de l'ANC s'est retrouvé trois jours à Pretoria alors que le dirigeant sud-africain est attaqué pour un remaniement ministériel controversé de la fin mars, marqué par l'entrée au gouvernement d'une dizaine de ses proches.

Le respecté ministre des Finances Pravin Gordhan, défenseur de la bonne gestion des deniers publics, avait été la principale victime de cette décision, qui a fait des vagues jusque dans les rangs de l'ANC de M. Zuma.

Un projet de débat sur une motion de défiance a été bloqué par le président de la réunion du comité exécutif, la première depuis le remaniement controversé, a rapporté la chaine publique SABC.

M. Zuma a déjà survécu à une série de scandales "précisément parce qu'il a la majorité du NEC dans sa poche", a commenté le Sunday Times.

"Bien que ses opposants se soient rendus à la réunion du NEC de ce weekend en disant ne jamais s'être sentis aussi forts, peu seraient surpris s'il échappait de nouveau au couperet", a ajouté le journal.

La presse a aussi rapporté que les partisans du président Zuma avaient passé la journée de jeudi à courtiser le comité exécutif de l'ANC, une instance de 107 membres, pour obtenir un soutien en cas de motion de défiance.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG