Liens d'accessibilité

Le président burkinabè exhorte les Africains à faire "émerger" l'industrie du cinéma

  • VOA Afrique

Roch Marc Christian Kaboré attend quelques instants avant de s'adresser aux Nations unies au siège de l'ONU à New York, le 22 septembre 2016.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a exhorté samedi les Africains à travailler pour faire "émerger" une industrie cinématographique en Afrique à l'occasion de la clôture du 25è Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

"Il faut travailler à faire émerger une industrie cinématographique en Afrique. C'est un défi et nous allons nous attacher à travailler pour que cela soit une réalité", a déclaré M. Kaboré.

Le dirigeant burkinabè s'exprimait en marge de la cérémonie de clôture du 25è Fespaco à laquelle a assisté le président Alassane Ouattara dont le pays, la Côte d'Ivoire est l'invité d'honneur.

"Les lampions du Fespaco s'éteignent maintenant. ça été une victoire du cinéma africain. C'est encore le cinéma africain qui a gagné", a insisté M. Kaboré.

Le président Ouattara qui a déclaré à son arrivée à Ouagadougou que le Fespaco est un "succès mondial" a salué un spectacle de clôture "admirable".

"C'est vraiment quelque chose de particulier, très profond. C'est la culture africaine, la culture continentale, notre culture qui a été célébrée avec tant de joie, d'organisation", a-t-il affirmé se disant "honoré" d'avoir participé à son premier Fespaco.

MM. Ouattara et Kaboré ont tous les deux remis l'Etalon d'or de Yennenga, la récompense suprême du Fespaco au réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis pour son film "Félicité" qui raconte la difficile vie d'une chanteuse de bar de Kinshasa confrontée à la pauvreté et à l'accident de moto de son fils.

Les relations entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire, en froid après la chute du président burkinabè Blaise Compaoré fin octobre 2014, ont connu un réel réchauffement après un sommet ivoiro-burkinabè fin juillet 2016 à Yamoussoukro. Il avait marqué la première visite officielle du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré chez son voisin ivoirien depuis son élection le 29 novembre 2015.

Les relations entre les deux pays, fortement imbriqués sur les plans politique et économique, sont anciennes. Quelque trois millions de Burkinabè vivent en Côte d'Ivoire, selon l'Institut ivoirien de la statistique et de la démographie.

Une série d'événements a toutefois troublé les relations entre les deux pays ces dernières années.

L'ancien président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par la rue fin octobre 2014 et jadis un des principaux soutiens d'Alassane Ouattara, a trouvé refuge en Côte d'Ivoire où il vit en exil. Naturalisé ivoirien depuis, M. Compaoré fait l'objet d'un mandat d'arrêt lancé par la justice burkinabè.

"Il (le président Ouattara) aurait même pu participer à l'ouverture du Fespaco n'eût été les contraintes de dernière minute. En tout état de cause pour nous c'est une fierté qu'il soit là et ça confirme une fois de plus la qualité des relations qui existent entre nos deux pays", a tranché M. Kaboré.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG