Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le président Touadéra décrète trois jours de deuil national


Le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra donne une conférence de presse à Bangui, le 11 avril 2018.

Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra a décrété trois jours de deuil national à compter de jeudi, en hommage aux victimes d'un massacre dans l'Ouest et à une religieuse espagnole assassinée.

"Le jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 mai sont déclarés jours de deuil national, sur toute l'étendue de la République centrafricaine, zn hommage aux victimes de Padoua et à la soeur Inès Nieves Sancho, de Nola", a annoncé le président dans un décret.

Le drapeau national ezt mis en berne pendant ces trois jours de deuil, qui ne sont pas fériés, a-t-il précisé.

Plus de 50 civils ont été tués ces derniers jours dans l'ouest, dans une série d'attaques attribuées au groupe armé 3R (Retour, réclamation, réconciliation), autour de la ville de Paoua (nord-ouest, près de la frontière avec le Tchad), selon un nouveau bilan de la force onusienne dans le pays (Minusca).

Il s'agit de la tuerie la plus importante depuis la signature, le 6 février dernier, d'un accord de paix entre le gouvernement et 14 groupes armés.

Une enquête a été ouverte par les autorités locales, avec le soutien de l'ONU. Des Casques bleus patrouillent dans la région avec les forces armées centrafricaines.

Le colonel Sow, chef des opérations de la Minusca, a évoqué "un acte terroriste". "Il n'y a pas de base des 3R dans les environs de la tuerie, cela signifie qu'ils sont venus de loin, et ils ont agi presque simultanément sur différents sites, donc on peut parler d'attaques coordonnées", a-t-il détaillé.

Le groupe 3R, qui prétend défendre la communauté peule, a signé l'accord de paix de février. En retour, son chef, Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki), a été nommé le 25 mars "conseiller spécial militaire" auprès du Premier ministre, en charge de la mise en place des unités mixtes associant membres des Forces armées centrafricaines (Faca) et groupes armés.

La mission de l'ONU dans le pays et les autorités centrafricaines ont lancé mercredi un ultimatum au leader du groupe 3R, pour qu'il livre dans les 72 heures les auteurs présumés du massacre et qu'il démantèle ses installations.

"Le gouvernement juge inacceptable de tels actes de barbarie, au moment où il a fait le choix de la paix", a insisté le ministre de la Communication Ange Maxime Kazagui, qui "exhorte la population à ne pas céder à la tentation des représailles".

Dans le sud-ouest du pays, une religieuse franco-espagnole de 77 ans, Inès Nieves Sancho, a été retrouvée lundi égorgée dans un village où elle enseignait la couture à des jeunes filles.

Le pape François a évoqué mercredi sur la place Saint-Pierre l'assassinat "barbare" d'une religieuse "au service des pauvres".

La Centrafrique est déchirée par les violences depuis 2013 et le renversement du président François Bozizé.

XS
SM
MD
LG