Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Le président brésilien fait appel d'une décision de justice l'obligeant à porter un masque

Le président brésilien Jair Bolsonaro portant un masque avant une réunion ministérielle au Palais Alvorada à Brasilia, pendant la pandémie de coronavirus, le 12 mai 2020. (Evaristo Sa/AFP)

Jair Bolsonaro a fait appel de la décision d'un juge l'obligeant à porter un masque en public en raison de la pandémie de coronavirus. Dans son recours, l'Avocat Général de l'Union dit vouloir s'assurer que le président soit traité comme tout autre citoyen.

Dans son recours, l'Avocat Général de l'Union (AGU), qui représente les intérêts de l'Etat brésilien, argumente que l'arrêt rendu lundi par le magistrat Renato Borelli n'était "pas nécessaire", le port du masque ayant déjà été rendu obligatoire par décret dans le District Fédéral de Brasilia.

Ce magistrat avait jugé recevable la requête d'un avocat fustigeant la "conduite irresponsable du président" face au coronavirus. S'il ne porte pas de masque dans un lieu public, M. Bolsonaro est passible d'une amende de 2.000 réais, a stipulé le juge.

Depuis cette décision judiciaire, le chef de l'Etat s'est fait relativement discret, avec peu d'apparitions publiques. Il portait néanmoins un masque à chaque fois, y compris en dehors de Brasilia, comme vendredi dans le Ceara (nord-est), où il inaugurait un tronçon de canal sur le fleuve Sao Francisco.

L'AGU a précisé que ce recours ne visait en aucun cas à exempter M. Bolsonaro de l'obligation du port du masque, mais que l'objectif était de s'assurer que le président était traité comme tout autre citoyen.

"La règle obligeant le port du masque existe déjà dans le District Fédéral. Cette ingérence du pouvoir judiciaire n'était pas nécessaire", a expliqué un porte-parole de l'AGU.

La semaine dernière, l'ex-ministre de l'Education Abraham Weintraub s'était vu infliger une amende de 2.000 réais pour être allé à la rencontre de militants pro-Bolsonaro sans masque à Brasilia.

Toutes les actualités

Plusieurs grandes villes envisagent un retour au confinement

Plusieurs grandes villes envisagent un retour au confinement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Démission du vice-président Duncan: l'analyse d'André Siver Konan

Démission du vice-président Duncan: l'analyse d'André Siver Konan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:11 0:00

Le coronavirus fait payer un lourd tribut aux États-Unis

Le coronavirus fait payer un lourd tribut aux États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Quelques moments de détente entre John Travolta et son épouse Kelly Preston

Quelques moments de détente entre John Travolta et son épouse Kelly Preston
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Retour au confinement pour contrer le coronavirus

Des gens assistent à un rassemblement , défiant les mesures de confinement du gouvernement, mis en place pour endiguer la propagation de l'épidémie de coronavirus à Belgrade, en Serbie.

Plusieurs pays ont ordonné des reconfinements dans la crainte d'une deuxième vague de nouveau coronavirus, tandis que l'Amérique latine est devenue la deuxième région du monde la plus touchée par la pandémie en nombre de morts, devant l'Amérique du nord.

En Espagne, le gouvernement régional de Catalogne s'est lancé dans un bras de fer avec la justice pour imposer sa décision de reconfiner chez eux les habitants de la ville de Lérida et de communes environnantes, déjà coupés du reste de la région depuis une semaine.

Alors que le tribunal de cette ville "a décidé de ne pas ratifier les mesures" prises par le gouvernement régional "car elles sont contraires au droit", le président régional indépendantiste catalan, Quim Torra, a affirmé lundi qu'il adopterait un décret-loi pour l'imposer.

Dans les rues de Lérida, les boutiques restaient souvent ouvertes tout comme les terrasses des cafés et les habitants, masqués, continuaient de sortir.

En Allemagne aussi, la "menace" d'une deuxième vague d'infections est "réelle", a mis en garde lundi le ministre de la Santé, Jens Spahn, appelant notamment ses compatriotes en vacances aux Baléares à respecter les gestes barrières.

Au Maroc, la ville de Tanger (nord), peuplée d'environ un million d'habitants, devait être reconfinée à partir de lundi midi après l'apparition de foyers épidémiques.

Les transports publics y seront suspendus, les cafés, centres commerciaux, marchés et espaces publics fermés, et les contrôles renforcés, afin que les habitants ne quittent leur domicile "qu'en cas de nécessité extrême", a précisé le ministère de l'Intérieur.

C'est le cas également aux Philippines où environ 250.000 habitants de Manille vont à nouveau être confinés après une flambée des cas.

- Couvre-feu -

En Afrique du sud, le président Cyril Ramaphosa a décidé de réimposer un couvre-feu en raison de la remontée des cas quotidiens de contamination. Les visites familiales seront aussi interdites.

Les restrictions imposées en mars pour tenter d'enrayer l'épidémie dans ce pays, le plus touché en Afrique, avaient été en partie levées en mai. L'Afrique du Sud a enregistré jusqu'à présent 264.184 cas de coronavirus dont 3.971 mortels.

L'inquiétude demeure aussi forte en Australie: après le reconfinement pour six semaines décidé jeudi dernier pour Melbourne, la deuxième ville du pays, les habitants de Sydney ont été priés lundi de limiter lundi les soirées festives après l'apparition d'un nouveau foyer épidémique dans un pub.

Aux Etats-Unis, le pays le plus lourdement touché, la pandémie continue de flamber particulièrement dans de grands Etats du sud, et un responsable du ministère de la Santé à Washington a estimé dimanche qu'un reconfinement dans ces zones n'était pas exclu.

"Tout devrait être envisagé", a déclaré Brett Giroir, secrétaire adjoint à la Santé, interrogé sur la chaîne de télévision ABC.

Les Etats-Unis ont recensé dimanche 59.747 nouvelles contaminations en 24 heures, selon le bilan quotidien de l'université Johns Hopkins. Le nombre de cas confirmés s'établit à 3.301.820 et le nombre de décès à 135.171.

A quatre mois de l'élection présidentielle, un débat y fait rage sur la réouverture des écoles, défendue par le président Donald Trump mais jugée dangereuse par ses adversaires du Parti démocrate.

"J'exhorte toutes les écoles à ouvrir et à proposer à leurs élèves des cours à plein temps", a déclaré dimanche sur CNN la ministre de l'Education Betsy DeVos. "Ils jouent avec la santé de nos enfants", a rétorqué la démocrate Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants.

- L'Amérique latine, deuxième région la plus touchée -

L'Amérique latine et les Caraïbes sont devenues lundi la deuxième région la plus touchée au monde par la pandémie, derrière l'Europe, avec plus de 144.000 décès officiellement recensés. Le Brésil est le pays le plus endeuillé de la région et dénombre à lui seul 72.100 décès. Elle dépasse ainsi les bilans des États-Unis et du Canada.

La pandémie a fait plus de 569.135 morts dans le monde depuis que le bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre.

Voir plus

XS
SM
MD
LG