Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le pont Kinshasa-Brazzaville fait des vagues sur les deux rives du fleuve Congo

Aperçu de Kinshasa depuis Brazzaville, sur le bord du fleuve Congo, 5 avril 2017. (VOA/ Ngouela Ngoussou)

L'annonce officielle du lancement des travaux du pont Kinshasa-Brazzaville, sur le fleuve Congo, pour août 2020, suscite des débats dans les capitales de la République démocratique du Congo et de la République du Congo, séparées par quatre kilomètres.

On parlait du pont déjà au temps du vieux dictateur zaïrois Mobutu, renversé à Kinshasa il y a 22 ans jour pour jour ce vendredi.

Les travaux doivent commencer dans 15 mois pour un montant de 550 millions de dollars, a annoncé dimanche dernier le président de la Banque africaine de développement (BAD) lors d'une conférence de presse au Congo-Brazzaville.

"Ce projet est comme celui (du pont) entre le Sénégal et la Gambie, inauguré en janvier dernier. Nous allons le réaliser", a insisté le président de la BAD Akinwumi Adesina.

Les travaux seront cofinancés par la BAD à hauteur de 210 millions de dollars et par Africa50, une plateforme regroupant des États africains pour financer les infrastructures de développement, a-t-il précisé.

Des détails ont fait surface dans la presse congolaise : la passerelle devrait mesurer 1.575 mètres, avec un péage, une voie ferrée, une route et un trottoir, pour relier Kinshasa (au moins dix millions d'habitants) et Brazzaville (moins de deux millions).

- Volonté politique affichée -

"Nous allons droit vers la réalisation de ce projet pont route-rail. Il n'y a plus d'obstacles. La volonté politique est clairement affichée", glisse à l'AFP une source au ministère des Travaux publics à Brazzaville.

La possible échéance d'août 2020 réveille l'ambiguïté des liens entre les deux pays homonymes qui parlent les mêmes langues (français, lingala), dansent sur les même rumbas mais se regardent avec méfiance.

Avec 80 millions d'habitants, un revenu moyen annuel par habitant de 450 dollars, trois à quatre fois inférieur à celui du Congo-Brazzaville, et un manque criant d'infrastructures, la RDC redoute la concurrence avec son voisin, qui compte cinq millions d'habitants à peine.

Un responsable de la province du Kongo-central, à l'ouest de Kinshasa, Venant Wabelo, a déclaré sur radio Okapi qu'il refusait le pont car l'ouvrage menace selon lui le rôle stratégique de sa province en tant qu'unique débouché de la RDC vers l'océan Atlantique.

La construction du pont mettrait en effet en concurrence l'axe Kinshasa-Matadi avec l'axe Brazzaville-Pointe-Noire pour l'acheminement des importations et des exportations.

Les ports de Boma et de Matadi en RDC se retrouveraient en concurrence avec le port en eau profonde de Pointe-Noire au Congo-Brazzaville, géré par le Français Bolloré depuis 2008.

"La construction d'un pont reliant Brazzaville à Kinshasa aiderait à accroître le trafic passant par Pointe-Noire et à améliorer la viabilité globale de cette voie", relevait dès 2010 un rapport de la Banque mondiale.

"Il n'y a pas urgence à construire le pont Kinshasa-Brazzaville. Notre priorité doit être de construire des routes, autoroutes, chemins de fer, aéroports et ponts pour relier les 26 provinces de la RDC afin de favoriser l'intégration nationale et créer un marché intérieur", affirme l'économiste Noel Tshiani, économiste congolais (Kinshasa) travaillant à la Banque mondiale, consulté jeudi par l'AFP.

- "Un projet vraiment rentable" -

De l'autre côté du fleuve, un autre économiste, Léon Mayeko, enseignant-chercheur à l'Université publique de Brazzaville, se montre plus optimiste : "Le pont route-rail est un projet vraiment rentable. Si on peut y ériger un péage, le revenu serait très important pour les deux villes. Le projet va faciliter la libre circulation des personnes et des biens".

Le long de la corniche piétonne avec vue sur les immeubles de Kinshasa, le projet réveille les préjugés envers les "Zaïrois" qui ont émigré par milliers vers Brazzaville, pour des raisons politiques ou économiques.

En 2014, les autorités de Brazzaville avaient expulsé des dizaines de milliers de ressortissants de la RDC dans une chasse aux délinquants et aux clandestins.

"Nos voisins de l'autre côté pourraient venir nous envahir. Ce qui aurait pour conséquence l'augmentation du taux de criminalité, de chômage et de pauvreté", redoute Régis Koumba Moutsinga, étudiant en droit des affaires, interrogé par un correspondant de l'AFP.

En attendant le pont, des canots à l'aspect souvent vétustes restent la seule voie de passage entre les deux capitales sur le fleuve. La traversée ne prend que 15 minutes. Mais il faut compter deux à trois heures d'attente et de tracasseries administratives au départ et à l'arrivée, dans un désordre chaque jour renouvelé.

Toutes les actualités

Un chef coutumier et 4 civils tués dans deux attaques à Beni

Soldats des FARDC à Paida, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu en RDC, le 7 décembre 2018.

Un chef traditionnel et quatre civils ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans deux attaques dans le territoire de Beni, théâtre de violences permanentes dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris des sources militaire et administrative.

"Nous avons repoussé la nuit une attaque des ADF (Allied Democratic Forces, rebelles musulmans ougandais) à Magboko près d'Oicha. Les combats se sont poursuivis jusqu'à la fuite de l'ennemi que nous poursuivons. Malheureusement, deux civils ont été exécutés", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu (est).

A Eringeti, situé à 30 km de cette première localité attaquée et à 60 km au nord de la ville de Beni, un chef coutumier a été tué avec deux autres civils dont une femme", a indiqué Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

"Si à Magboko, l'incursion des ADF ayant fait deux morts a débuté vers 23 heures, pour le cas d'Eringeti, les enquêtes sont en cours pour identifier les auteurs de cet acte", a précis M. Kibwana.

"Les victimes de Magboko ont été tuées à la machette alors que celles d'Eringeti ont été tuées par balles tirées par des éléments en uniformes non encore identifiés", a souligné Teddy Kataliko, l'un des responsables de la société civile du territoire de Beni.

"C'est inconcevable qu'un chef du village soit abattu dans un milieu où l'armée est déployée", a-t-il ajouté.

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Cette appréciation est remise en cause par un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Le village de Mukoko déserté à Beni après les massacres (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

Le HCR préocupé par l'urgence de la situation

Le HCR préocupé par l'urgence de la situation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Deux élus congolais condamnés à 20 et 10 ans de prison pour meurtres

Un combattant de la Force de résistance patriotique pour la milice d'Ituri (FRPI), le 28 juillet 2006, près de Tchei, dans le sud de l'Ituri.

Un député provincial et un député national ont été condamnés à respectivement 20 et 10 ans de prison dans deux affaires de meurtres cette semaine dans l'est de la République démocratique du Congo, par ailleurs toujours victime de la violence des groupes armés.

Le député provincial de l'Ituri, Didier Boyoko, a été condamné le 16 juillet à 20 ans de prison par un tribunal militaire à Bunia, ont rapporté les médias congolais. Il était poursuivi avec 13 complices pour le meurtre de deux personnes dont un ressortissant chinois.

Le député provincial "figurait parmi les 14 personnes - dont des militaires - poursuivies dans l'attaque contre un convoi d'exploitants d'or chinois, le 17 juin", a rapporté la radio Top Congo.

Son procès avait commencé en public, en plein air, en plein centre de Bunia le 19 juin, avait rapporté l'AFP.

De son côté, le député national Luc Mulimbalimba a été condamné le 18 juillet à dix ans de prison pour le meurtre d'un civil mi-juin par la Haute cour militaire à Bukavu, a rapporté un correspondant de l'AFP présent à l'audience.

L'auteur matériel du crime, un militaire commis à sa garde, a été condamné à perpétuité.

L'impunité des élus et des élites a souvent été dénoncée dans l'est de la République démocratique du Congo, où des dizaines de groupes armés perturbent la vie des civils.

Près de Beni dans la province du Nord-Kivu, trois civils ont été tués jeudi alors qu'ils travaillaient aux champs, ont rapporté vendredi plusieurs sources.

"Ces trois personnes tuées à la machette allaient chercher à manger pour leur famille", a indiqué l'administrateur de territoire de Beni (responsable local), Donat kibwana, à un correspondant de l'AFP.

Les autorités attribuent comme d'habitude ces trois meurtres aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF).

Historiquement des rebelles musulmans ougandais, les ADF sont les responsables présumés du massacre de centaines de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Poursuites demandées en Ituri contre les manifestants qui ont exhibé la tête d'une femme décapitée

Areti, 37 ans, du village de Joo (Mahagoi) dans la province de l'Ituri en RDC, s’est réfugiée, avec sa famille, en Ouganda, 12 avril 2018. (Twitter/MSF).

Des poursuites ont été demandées vendredi contre les manifestants qui ont exhibé la tête d'une jeune femme décapitée pour protester contre les tueries de civils en Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

La police a dénoncé "la jeunesse iturienne (...) qui se permet de se promener avec les parties d'un cadavre humain", ainsi que les internautes qui publient "les images de cadavres humains sur les réseaux sociaux".

Ces jeunes ont manifesté mercredi après la découverte des corps de cinq civils près de Bunia, le chef-lieu provincial. Trois nouveaux corps ont été retrouvés jeudi.

Ils ont été dispersés par la police, qui a parlé de cinq personnes interpellées.

La photo du manifestant avec la tête d'une victime à la main a été relayée par plusieurs compte congolais sur Twitter.

"Jean Bamanisa (le gouverneur de l'Ituri, NDLR) a raison : ceux qui ont paradé avec la tête décapitée d'une victime des tueries qui se poursuivent en Ituri doivent être poursuivis. C'est contraire à la dignité humaine et c'est aussi terrifiant que le crime lui-même", selon le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha). "En même temps, il faut arrêter ces massacres", ajoute Lucha sur Twitter.

Des dizaines de civils ont été massacrés en Ituri depuis le 10 juin et des dizaines de milliers ont pris la fuite.

Début juillet en Ituri, le président Félix Tshisekedi a annoncé que des opérations militaires d'"envergure" avaient pu "amoindrir" les miliciens locaux accusés d'être à l'origine des massacres.

L'armée a affirmé avoir tué 19 miliciens entre mercredi et vendredi dans leur fief de la forêt de Wago. Quatre militaires sont morts pendant les combats, selon l'armée.

Ces tueries ravivent les douloureux souvenirs du conflit entre deux communautés de l'Ituri, les Lendu et les Hema, qui avait fait des dizaines de milliers de morts entre 1999 et 2003.

Les autorités et les deux communautés évitent de parler d'une reprise du conflit, s'interrogeant sur une "main noire" derrière les tueries dans cette province frontalière de l'Ouganda riche en or et pétrole.

Les Hema s'estiment les principales victimes des tueries avec une autre communauté, les Alur, qui étaient visés, d'après des témoins, par ces derniers massacres avec décapitation.

Violences dans un parc naturel en RDC : un Pygmée tué, 13 rangers blessés

Un jeune gorille de Grauer est aperçu dans le parc national de Kahuzi-Biega, dans le Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 5 novembre 2012.

Un Pygmée a été tué et treize rangers ont été blessés, dont trois grièvement, dans de nouvelles violences autour du parc naturel de Kahuzi Biega, repaire d'une espèce rare de gorilles dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris vendredi auprès de sources du parc.

"Une patrouille d'éco-gardes qui pourchassait deux braconniers est tombée mercredi dans une embuscade tendue par des Pygmées armés de machettes et de flèches", a déclaré à l'AFP Hubert Mulongoy, chargé de la communication du parc de Kahuzi-Biega, gros atout touristique du Sud-Kivu.

"Dans ces accrochages, nous avons enregistré treize blessés parmi les gardes du parc, dont trois grièvement, qui sont dans un état critique. Leur avenir est incertain", a-t-il ajouté. "Parmi les blessés graves, figure un dont les doigts ont été coupés à la machette".

"Le nommé lwaboshi Simba a reçu une balle dans ces accrochages et est mort sur le champ", a pour sa part déclaré à l'AFP Ntavuna Cizungu, représentant de la communauté pygmée riveraine du parc Kahuzi-Biega. Un autre pygmée a été blessé, ajoute-t-il.

"Nous enregistrons depuis quelques jours un regain de tension entre les peuples autochtones (Pygmées) et le parc de Kahuzi Biega", selon ce porte-parole du parc.

La direction du parc avait dénoncé la mort d'un éco-garde nommé Espoir fin avril dans de précédents accrochages, contestant la mort d'un pygmée alors.

Les communautés pygmées contestent leur mise à l'écart du parc de Kahuzi Biega.

La direction du parc les accuse d'être revenus illégalement dans les limites du parc il y a près d'un an, entre août et octobre 2018.

Les Pygmées se livrent depuis à des actes de "déforestation", avait expliqué en juin à deux journalistes dont un de l'AFP le directeur du parc, Dedieu Byaombe Balongelwa.

Certains Pygmées sont eux-mêmes des éco-gardes, avait constaté l'AFP à cette époque.

L'unité des "rangers" concernée par cette attaque est composée d'anciens militaires et policiers, membre d'une Unité de protection des parcs nationaux (PPN) créé par l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), selon une source de cette structure de l'État congolais.

Le parc Kahuzi-Biega abrite 13 familles de gorilles suivies par le parc dont celle de "Bonne année", un mâle que les visiteurs peuvent croiser à quelques kilomètres de l'entrée.

Ces gorilles appartiennent à une sous-espèce appelée les gorilles de plaines orientales (Gorilla beringei graueri), connue également sous le nom gorille de Grauer, indique le site internet du parc.

Voir plus

XS
SM
MD
LG