Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Le plus vieil homme au monde va célébrer sa majorité religieuse 100 ans après

Des rabbins prient à Jérusalem, le 25 février 2016.

L'homme le plus vieux du monde, un survivant de l'Holocauste vivant en Israël, a atteint 113 ans jeudi, mais fêtera dans quelques semaines selon le calendrier juif et en profitera pour célébrer la grande fête religieuse de la Bar Mitzvah dont il a été privé il y a un siècle.

Yisrael Kristal, un juif observant qui coule des jours paisibles à Haïfa, dans le nord d'Israël, est né le 15 septembre 1903, trois mois avant que les frères Wright n'effectuent le premier vol avec un avion motorisé.

Reconnu en mars plus vieil homme au monde par le Guinness des records, il avait 113 ans jeudi en vertu du calendrier grégorien. Mais il fêtera son 113ème anniversaire à la fin du mois, suivant le calendrier hébraïque, a indiqué à l'AFP sa fille Shula Kuperstoch, jointe par téléphone.

Il fera coïncider ces réjouissances, avec 100 ans de retard, avec sa Bar Mitzvah.

La Bar Mitzvah, solennelle et joyeuse, est l'une des cérémonies les plus importantes de la vie d'un juif. Célébrée à 12 ou 13 ans pour les filles (la Bat Mitzvah) et à 13 pour les garçons, elle marque le passage des adolescents à la majorité religieuse. C'est l'âge où ils assument de nouveaux devoirs. Le rite est bien plus traditionnel pour les garçons.

"Mon père est religieux et prie tous les matins depuis 100 ans mais il n'a jamais effectué sa Bar Mitzvah", a expliqué Mme Kuperstoch.

Nombre de juifs n'ont pas fait leur Bar Mitzvah à cause des tumultes de l'histoire. Yisrael Kristal n'a pu célébrer la sienne en 1916, en pleine Première guerre mondiale, car sa mère était décédée trois ans plus tôt et son père était soldat dans l'armée russe.

M. Kristal est né en 1903 à Zarnow, en Pologne actuelle, alors sous domination russe.

Une centaine de membres de la famille seront présents à la fête dont ils tiennent la date et le lieu secrets pour préserver M. Kristal du "tumulte des journalistes", a dit Shula Kuperstoch.

Interrogée sur sa santé, elle s'est contentée de répondre : "il vieillit".

M. Kristal a survécu à la Première Guerre mondiale et vécu à Lodz, en Pologne nouvellement indépendante, jusqu'à l'invasion nazie en 1939. Il a été déplacé avec sa famille dans le ghetto de la ville. Quatre ans plus tard, il était envoyé au camp de concentration d'Auschwitz.

Il a perdu sa femme et leurs deux enfants dans l'Holocauste, mais lui a survécu. Il ne pesait plus que 37 kilos, selon le Guinness, quand les Alliés ont libéré les camps.

Seul rescapé de sa famille, M. Kristal a émigré pour Haïfa avec sa seconde femme et leur fils en 1950. Il y a tenu une entreprise de confiserie prospère jusqu'à sa retraite.

Yisrael Kristal a quatre ans de moins que la plus vieille femme vivante au monde, l'Italienne Emma Morano, qui aura 117 ans en novembre et qui est née au 19ème siècle.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala au poste de directrice générale de l'OMC

La ministre des finances du Nigeria, Ngozi Okonjo-Iweala, lors d'un entretien avec Reuters dans son bureau de la capitale Abuja, le 24 août 2012.

L'ancienne ministre des finances du Nigeria, Ngozi Okonjo Iweala, a marqué l'histoire mercredi en devenant la première femme et la première personne originaire d’Afrique à être recommandée pour le poste de directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Il revient désormais aux délégués des pays membres de confirmer officiellement la recommandation du panel de sélection. Une réunion à cet effet devrait avoir lieu "dans les prochains jours", précise la même source.

Mais selon l'agence de presse Bloomberg, le négociateur en chef du commerce de Washington, Robert Lighthizer, soutient plutôt la candidate de la Corée du Sud, la diplomate Yoo Myung-hee.

Économiste de formation, Mme Okonjo Iweala, 66 ans, avait autrefois occupé le poste de numéro 2 à la Banque mondiale. Elle a également siégé aux conseils d’administration de Twitter et de GAVI, l’Alliance mondiale pour les vaccins, après avoir occupé des postes de haute responsabilité au sein du gouvernement fédéral du Nigeria sous les administrations des présidents Olusegun Obasanjo et Goodluck Jonathan.

Le poste de patron de l'OMC est devenu vacant lorsque son tout dernier directeur général, le Brésilien Roberto Azevêdo, a annoncé de manière inattendue qu'il démissionnait à la fin du mois d'août.

Au total, huit candidatures ont été soumises, dont trois issues de pays africains : le diplomate égyptien Abdel-Hamid Mamdouh, la ministre Amina Mohamed du Kenya et Mme Okonjo Iweala. Après plusieurs rounds de vote par les délégués des pays membres, il ne restait plus que deux candidates : Ngozi Okonjo Iweala et la diplomate sud-coréenne Yoo Myung-hee.

En début de semaine, le Financial Times avait rapporté que la candidate nigériane avait obtenu le soutien de l’Union européenne, en plus de celui du bloc africain à l’OMC.

La colère gronde contre la France dans certains pays musulmans

La colère gronde contre la France dans certains pays musulmans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

D'Abraham Lincoln à Donald Trump: le parti républicain en bref

D'Abraham Lincoln à Donald Trump: le parti républicain en bref
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

OMC: l'UE va soutenir la Nigériane Okonjo-Iweala

La candidate pour la présidence de l'OMC Okonjo-Iweala, ancienne ministre des finances du Nigeria et ancienne No.2 à la Banque mondiale. REUTERS/Lucas Jackson/archives

L'Union européenne va soutenir la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala pour le poste de directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ses Etats membres étant finalement arrivés lundi à un consensus sur cette candidature.

Ce soutien, qui donne un élan appréciable à la candidate africaine face à sa rivale sud-coréenne Yoo Myung-hee, sera annoncé à l'OMC mardi matin par l'ambassadeur de l'UE à Genève, a précisé l'une de ces sources.

Ancienne ministre des Affaires étrangères et des Finances du Nigeria, mais aussi ex-numéro deux de la Banque mondiale, Mme Okonjo-Iweala, 66 ans, pourrait devenir la première femme et la première Africaine à diriger l'organisation chargée de libéraliser le commerce mondial.

Les Etats membres ont cependant mis du temps à s'entendre sur son nom, malgré un échange sur le sujet entre les dirigeants de l'UE lors du dernier sommet européen mi-octobre à Bruxelles.

Lundi matin, la Hongrie et la Lettonie refusaient encore de soutenir la Nigériane, avant de se rallier à la majorité dans la soirée, selon les sources européennes.

Tout en acceptant le consensus européen, "sept délégations" ont par ailleurs "demandé que soit enregistrée leur préférence pour l'autre candidate", a précisé une de ces sources.

Ce soutien est "un signal clair à l'égard de l'Afrique et un signe de confiance mutuelle" avec l'UE, a souligné une autre source.

Le troisième cycle de discussions, qui devra départager les deux prétendantes, a débuté le 19 octobre et s'achèvera mardi. Un consensus devra être trouvé pour la date butoir du 7 novembre.

La candidate qui l'emportera succédera au Brésilien Roberto Azevedo, qui a quitté l'OMC fin août, un an plus que tôt que prévu. Ce départ, expliqué par des raisons familiales, est survenu en plein marasme économique mondial, laissant l'institution en crise.

Le prochain chef de l'institution devra affronter la crise économique mais aussi la crise de confiance dans le multilatéralisme et dans le bien-fondé de la libéralisation du commerce mondial, le tout sur fond de guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales, la Chine et les Etats-Unis.

Minute Eco: Reprise des pourparlers sur le GERD

Minute Eco: Reprise des pourparlers sur le GERD
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG