Liens d'accessibilité

Le Pérou renvoie en Espagne une représentante sahraouie bloquée à l'aéroport de Lima

  • VOA Afrique

Manfestant pro-indépendance du Sahara Occidental, Madrid, Espagne, le 14 novembre 2014.

Le Pérou a renvoyé mercredi vers l'Espagne une représentante sahraouie Jadiyetu El Mohtar Sidahmed, bloquée depuis plus de 15 jours à l'aéroport de Lima en raison d'une interdiction d'entrée sur le territoire péruvien.

Arrivée le 9 septembre à Lima, elle avait introduit un recours devant les tribunaux péruviens pour contester la décision des autorités migratoires péruviennes qui lui refusaient l'entrée au Pérou en tant que représentante de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), autoproclamée en 1976 par le Front Polisario contre l'avis du Maroc.

La représentante, qui dispose également de la nationalité espagnole, avait alors refusé de quitter la zone de transit de l'aéroport dans l'attente de la réponse à son recours.

Les autorités péruviennes "la renvoient en Espagne, par la même compagnie", a expliqué à l'AFP l'avocat de la représentante, Miguel Huanay.

Techniquement, elle a été "rapatriée" et non expulsée puisqu'elle n'avait pas pu entrer sur le territoire, a précisé à l'AFP une source du ministère des Affaires étrangères. "Le rapatriement était l'unique solution puisqu'il y avait interdiction d'entrée sur le territoire", a ajouté cette source.

Cette décision des autorités péruviennes intervient après le précédent séjour de Jadiyetu El Mohtar, du 10 juin au 18 août, lors duquel elle était entrée au Pérou avec son passeport espagnol et un statut de touriste. Elle a "réalisé plusieurs activités à caractère politique, en s'attribuant la condition d'ambassadrice de la République arabe sahraouie démocratique, avec qui le Pérou a rompu ses relations diplomatiques", selon les autorités migratoires.

De son côté, la représentante sahraouie a invoqué "son droit à la libre circulation et à la liberté d'expression".

"Le gouvernement péruvien ne reconnaît pas l'exercice officiel de représentation et de diplomatie à des délégués de la RASD dans notre pays" et "n'envisage pas de rétablir les relations diplomatiques avec la RASD)", suspendues depuis 1996, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Lima avait reconnu la RASD dans les années 1980.

Le Conseil de sécurité a adopté en avril une résolution exhortant le Maroc et le Front Polisario (soutenu par l'Algérie) à reprendre les négociations, qui sont dans l'impasse depuis 2012.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est depuis 1975 en grande partie sous contrôle du royaume marocain, qui le considère comme partie intégrante de son territoire. Rabat propose d'accorder l'autonomie à ce territoire mais le Front Polisario réclame un référendum d'indépendance organisé par l'ONU.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG