Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le parti de Nelson Mandela au bord l'explosion et la division


Le président sud-africain et président de l'ANC, Cyril Ramaphosa s'adresse au Parlement sud-africain le 22 mai 2019 au Cap. (Photo par RODGER BOSCH / AFP)

En Afrique du Sud, le délai de 30 jours donné à Ace Magashule le secrétaire général de l'ANC pour démissionner a expiré le 30 avril mais il ne cède pas. Son attitude de va-t-en-guerre risque de forcer le parti à envisager sa suspension, au risque d'une guerre fratricide au sommet de l'Etat.

"Pour la première fois de son histoire, l'ANC s'apprête à virer son propre secrétaire général. Ça montre bien la profondeur de la corruption" au sein du parti", fait remarquer le politologue Mcebisi Ndletyana, politologue et professeur de sciences politiques Mcebisicité par l'AFP.

Le Congrès National Africain (ANC) avait donné un ultimatum de 30 jours le 30 mars, à tous ses membres accusés de corruption, y compris Elias Magashule, alias "Ace", de quitter le parti. Mais le sexagénaire avait d'emblée laissé entendre qu'il ne partirait pas sans combattre.

Elias Sekgobelo "Ace" Magashule, 61 ans, est accusé de détournement de fonds publics pendant qu'était premier ministre de Free State province. Il nie les accusations.

La décision du parti d'écarter ses responsables visés par la justice doit être comprise dans le cadre plus large du "combat pour sauver l'âme de l'ANC, son intégrité, sa moralité", soutient M. Mtimka. D'autres responsables ont déjà été limogés en vertu de cette règle.

Toutefois, Ace Magashule ne l’entend pas de cette oreille. Et il continue d'ignorer la date limite pour sa démission. Ace Magashule, qui doit bientôt comparaître pour fraudes et détournements, partira-t-il sur la pointe des pieds ou forcera-t-il le Congrès national africain, à prendre ses responsabilités en le limogeant, risquant d'approfondir les divisions au sein du parti?

Son attitude met à l'épreuve le vœu de l'ANC de se défaire de l'image de corrompu qui le poursuit et le salit à cause de ses nombreux leaders accusés de corruption, dont l'ex président Jacob Zuma et Magashule. Le parti veut aussi se redorer le blason pour raviver la confiance des Sud-Africains et des investisseurs.

La stratégie de retrait est une "bataille pour conserver l'âme de l'ANC en tant qu'organisation d'intégrité et de moralité", soutient l'analyste politique Ongama Mtimka.

"S'ils parviennent à se débarrasser des dirigeants peu glorieux, l'ANC s'unira davantage sur des positions communes. Ce qui aurait aussi pour vertu de rassurer les investisseurs étrangers, avance de son coté le politologue Mcebisi Ndletyana.

Bataille meurtrière

Le décor semble donc planté pour une bataille meurtrière au sein du Congrès national africain au pouvoir en Afrique du Sud. Or M. Magashule, plus haut responsable empêtré dans des scandales, bénéficie encore d'alliés solides au sein du parti, soutient le politologue Mcebisi Ndletyana.

Ce qui pourrait rendre difficile la procédure de destitution. Pour Mcebisi Ndletyana, son départ fait redouter, dans le pire scénario, une scission.

Elias Magashule, surnommé "Ace" (l'as, en anglais) gamin parce que doué au foot, est un politique coriace, que rien ne semble arrêter. Au point que tous les coups semblent permis, rapporte l'AFP.

Son limogeage pourrait ouvrir une période d'instabilité inconfortable pour le chef de l'Etat, Cyril Ramaphosa, qui est aussi le président de l'ANC.

Le cas Magashule pourrait destabliser l’ANC

L'affaire Magashule touche à l'histoire même et au cœur de l'ANC.

Le parti a été la force qui a mis fin au système d'apartheid de l'Afrique du Sud et a gouverné le pays depuis ses premières élections démocratiques en 1994.

Magashule est de ceux qui, depuis sa province rurale du Free State (centre), ont vite gravi les échelons au sein de la hiérarchie fermée de l'ANC jusqu'à devenir, au début des années 2000, le principal confident politique de l'ancien président sud-africain, Jacob Zuma, lui-même poursuivi par plusieurs scandales de corruption.

Dans sa province, il a exercé une domination digne d'un "gangster", comme l'évoque le titre de sa biographie explosive signée du journaliste d'investigation Pieter-Louis Myburgh, "Gangster State".

Selon lui, la mission principale de Magashule sous M. Ramaphosa, semble avoir été de "s'opposer à la consolidation du pouvoir par le nouveau président", résume ce professeur d'université. "Ramaphosa restera vulnérable tant qu'Ace se maintiendra à ce poste où il fait ouvertement campagne contre lui", pense M. Mtimka.

La proximité d'Ace Magashule avec Jacob Zuma a semblé renforcer sa réputation de “gangster”.

Pour beaucoup d'analystes, l’ex président a favorisé la crise que vit le parti.

L'ascension de M. Zuma, président de 2009 à 2018, "a ouvert la voie à l'abaissement des niveaux d'exigence en matière de leadership dans le parti", estime l'analyste politique Ongama Mtimka.

Sous son régime, un fonctionnaire corrompu serait autorisé à "se livrer aux ressources du parti, à condition de rendre hommage au président, au roi', lance de son côté Mcebisi Ndletyana, le chef de la faculté d'économie politique de l'Institut de Mapungubwe pour la réflexion stratégique (MISTRA) en Afrique du Sud et chercheur dans diverses institutions, dont le Center for Policy Studies, la Steve Biko Foundation et le Human Sciences Research Council.

Dans un livre explosif, intitulé "Gangster State", le journaliste d'investigation Pieter-Louis Myburgh raconte que les accusations portées contre Magashule concernent des fonds publics qui ont été mis de côté pour surveiller les logements construits par le gouvernement avec des toits en amiante en 2014.

Les toits dangereux n'ont jamais été enlevés et les enquêteurs estiment que l'équivalent de plus de 12 millions de dollars a été empoché.

"Ace" a été brièvement arrêté en novembre et libéré sous caution pour corruption. Il doit ensuite comparaître devant un tribunal de grande instance en août.

Un rapport des chercheurs de de 2017 intitulé "Trahison de la promesse, l'Afrique du Sud dévalisée", présente M. Magashule comme l'une des élites responsables de la constitution de réseaux de clientélisme qui ont facilité la distribution illégale d'avantages sous Zuma.

Actuellement libre mais sous caution, Magashule sera jugé en août, aux côtés d'une quinzaine de coaccusés, pour avoir notamment volé de l'argent public mis de côté en 2014 pour désamianter des logements sociaux, lorsqu'il était Premier ministre de la province.

Les travaux n'ont jamais eu lieu: les enquêteurs estiment que l'équivalent de près de dix millions d'euros ont été empochés.

"Ace", secrétaire général depuis 2017, a été inculpé en novembre. Quatre mois plus tard, l'ANC activait une règle interne entrée en vigueur en 2020 pour assainir le parti de Nelson Mandela, entaché de corruption et de vols, imposant à tout membre poursuivi pénalement de démissionner ou de s'exposer à une suspension.

XS
SM
MD
LG