Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Le nouveau président du Pérou réforme la police et évince 15 généraux

Francisco Sagasti, président par intérim du Pérou, à Lima, le 16 novembre 2020 (AFP)

Le nouveau président du Pérou, Francisco Sagasti, a ordonné une réforme de la police, en a changé le dirigeant et évincé 15 généraux, en réponse à la répression violente de manifestations menée par le gouvernement antérieur.

"J’ai pris la décision de nommer le général César Augusto Cervantes nouveau commandant de la police", a annoncé lundi à la télévision le dirigeant par intérim du pays, le centriste Francisco Sagasti, six jours après avoir accédé au pouvoir en remplacement du gouvernement éphémère de Manuel Merino.

Le général Cervantes remplace le général Orlando Velasco, qui était à la tête de la police depuis le 7 août. Ce dernier n'avait pourtant pas été tenu responsable de la répression violente des manifestations de la mi-novembre, parce qu’il était en congé de maladie.

Quinze généraux de la police ont été mis à la retraite, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Ruben Vargas, à la radio RPP. "Nous voulons une police qui continue à défendre la démocratie, les droits fondamentaux, qui nous rende la sécurité", a commenté le ministre.

Une mission de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humains s’est rendue à Lima pour obtenir des informations sur la répression policière des manifestations contre le précédent président, Manuel Merino, qui avait abouti à la mort de deux jeunes protestataires de 22 et 24 ans, le 14 novembre à Lima.

L’utilisation de fusils tirant des plombs de chasse et des billes de verre avait également fait une centaine de blessés dans la capitale. Des cas de sévices sexuels avaient été rapportés, sur des femmes détenues dans des postes de police.

Des enquêtes sont en cours pour établir les responsabilités.

Francisco Sagasti est devenu le 17 novembre le nouveau chef de l'Etat par intérim, avec la tâche de mettre fin à la profonde crise politique qui secoue ce pays sud-américain et de le conduire aux élections générales d'avril 2021.

Il est le troisième à occuper ce poste en un peu plus d'une semaine.
Le 9 novembre, les députés avaient voté la destitution du populaire président Martin Vizcarra (centre-droit) pour des soupçons de corruption lorsqu'il était gouverneur en 2014.

Le chef du Parlement, l'opposant Manuel Merino, avait pris les rênes du pays, provoquant la colère de milliers de manifestants qui dénonçaient ce qu'ils considéraient comme un "coup d'Etat" parlementaire.

Après cinq jours de manifestations violemment réprimées, M. Merino, lâché par la classe politique, avait finalement démissionné.

Toutes les actualités

Covid-19: Plus de de 2 millions de morts dans le monde

Covid-19: Plus de de 2 millions de morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Donald Trump a passé sa dernière journée pleine à la Maison Blanche

Donald Trump a passé sa dernière journée pleine à la Maison Blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Joe Biden va être investi 46e président des États-Unis

Joe Biden va être investi 46e président des États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

L'investiture est un moment puissant de la démocratie américaine

L'investiture est un moment puissant de la démocratie américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:35 0:00

Biden nomme une responsable transgenre ministre adjointe de la Santé, une première

Une serveuse regarde un briefing télévisé du Dr Rachel Levine, secrétaire d'État à la santé de Pennsylvanie, au restaurant Penrose Diner, le 17 novembre 2020, dans le sud de Philadelphie.

Le président élu des Etats-Unis Joe Biden a annoncé mardi qu'il nommait ministre adjointe de la Santé Rachel Levine, une experte transgenre en pédiatrie et psychiatrie, actuellement directrice de la Santé dans l'Etat de Pennsylvanie, une première "historique".

"Elle représente un choix historique et extrêmement qualifié pour aider à mener les politiques de santé de notre administration", a écrit Joe Biden, qui deviendra le 46e président des Etats-Unis mercredi.

Rachel Levine "apportera le leadership ferme et l'expertise cruciale dont nous avons besoin pour guider les gens à travers cette pandémie, peu importe d'où ils viennent, leur race, religion, orientation sexuelle, identité de genre ou leur handicap", a-t-il ajouté.

Aujourd'hui directrice de la Santé de la Pennsylvanie et professeure d'université en pédiatrie et psychiatrie, Rachel Levine "est sur le point d'être la première responsable fédérale ouvertement transgenre à être confirmée par le Sénat américain", a précisé l'équipe de Joe Biden dans un communiqué.

Les démocrates prendront cette semaine le contrôle de la chambre haute, qui doit confirmer les nominations présidentielles.

Le président sortant Donald Trump a été critiqué pour ses politiques à l'encontre des personnes transgenres.

Il avait notamment annoncé en 2017 sa décision d'interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée, mettant en avant "le fardeau des coûts médicaux énormes" et des "perturbations".

Le Pentagone avait finalement autorisé début 2018 les personnes transgenres à s'enrôler, à condition de remplir certains critères physiques et médicaux.

Joe Biden a choisi le procureur général de Californie, Xavier Becerra, comme ministre de la Santé.

Le démocrate a promis d'enclencher la vitesse supérieure pour lutter contre la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis, pays le plus touché au monde avec 24 millions de cas et près de 400.000 morts.

Voir plus

XS
SM
MD
LG