Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le nord de la Californie dans les flammes: des milliers d'évacuations

Le feu dévore une habitation à Paradise, en Californie, le 8 novembre 2018.

Plus de 80 kilomètres carrés ont été ravagés par les flammes et des milliers de personnes priées de partir en raison d'un incendie qui se propage rapidement depuis jeudi dans le nord de la Californie, ont annoncé les autorités.

"Ce sinistre est très dangereux, s'il vous plaît, évacuez les lieux si on vous le demande", a twitté le département californien pour les Forêts et la protection contre les incendies, Cal Fire.

Le feu, dénommé Camp Fire et tardif dans la saison, a d'ores et déjà détruit des dizaines d'habitations de demeures dans le comté de Butte où l'état d'urgence a été décrété. Quelque 15.000 points névralgiques sont menacés.

Alimenté par des vents violents, le sinistre s'est propagé dès l'aube à une très grande vitesse, couvrant la ville de Paradise, 26.000 habitants, d'épaisses fumées et de cendres. Des dizaines de maisons ont été détruites, ainsi qu'un hôpital et une station-service.

Un autre incendie s'est développé dans le sud de la Californie, à quelques kilomètres de l'endroit où un ancien soldat a ouvert le feu, mercredi soir, dans un bar de Thousand Oaks, au nord de Malibu, tuant douze personnes avant de se suicider.

Cet autre sinistre a réduit en fumée une quarantaine de kilomètres carrés, selon les autorités californiennes.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:24 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG