Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Le mandat des Casques bleus au Mali renouvelé à effectifs constants

Les soldats canadiens des Nations Unies s'apprêtent à quitter une base à Gao le 1er août 2018.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a renouvelé lundi pour un an la mission des Casques bleus au Mali, sans modifier leurs effectifs et sur fond de contestation croissante à Bamako à l'égard du président Ibrahim Boubacar Keïta, selon des diplomates.

Alors que des divergences d'appréciation sur l'adéquation de la mission au défi sécuritaire opposaient ces derniers mois les Etats-Unis à la France, la résolution rédigée par Paris sur la prolongation jusqu'au 30 juin 2021 de la mission a été adoptée à l'unanimité des 15 membres du Conseil.

Elle prévoit que les effectifs de l'opération Minusma pourront continuer à aller jusqu'à 13.289 militaires et 1.920 policiers. Le coût annuel de la mission est d'1,189 milliard de dollars.

Sur l'insistance de Washington, premier contributeur financier à l'ONU, la résolution demande au secrétaire général de l'Organisation, Antonio Guterres, "de développer une feuille de route à long terme" à remettre fin mars 2021 détaillant "les conditions" qui permettraient "d'ouvrir la voie à une possible stratégie de sortie pour la mission".

A la mi-juin, les Etats-Unis avaient demandé le début d'une planification de retrait progressif de la Minusma mais, selon plusieurs diplomates, cette demande a été jugée "prématurée" par les partenaires de Washington au vu de la situation sur le terrain.

La résolution "exhorte" le gouvernement malien et les groupes armés signataires de l'Accord de paix de 2015 du Mali à "continuer d'accélérer (sa) mise en oeuvre" avec des "mesures irréversibles à prendre de manière urgente".

Le Conseil de sécurité veut notamment voir des progrès dans le domaine du désarmement et de la réintégration d'ex-membres de groupes armés, une réforme constitutionnelle et le développement du nord du pays.

Il réclame aussi "le rétablissement d'une présence étatique et d'autorités dans le centre du Mali" avec des forces de sécurité et la traduction devant la justice des auteurs des massacres commis dans cette région en 2019 et 2020. La résolution fixe pour la première fois des critères qui permettront d'évaluer les progrès dans cette zone.

Selon l'ONU, les violences dans le centre du Mali, visé par des attaques jihadistes et théâtre de conflits inter-communautaires et d'abus commis par des forces de sécurité, ont entraîné la mort de près de 600 personnes depuis janvier.

En dépit de la présence militaire de la Minusma, de forces françaises et africaines, huit ans après le début d'insurrections indépendantistes et jihadistes dans le nord en 2012, les attaques des groupes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique se sont développées dans le centre du Mali et se sont aussi étendues aux pays voisins.

Toutes les actualités

Ouverture du procès d'un djihadiste présumé malien devant la CPI

Ouverture du procès d'un djihadiste présumé malien devant la CPI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Entre religion et politique, l'imam Mahmoud Dicko au centre de l'échiquier malien

Imam Mahamoud Dicko, avant une conférence de presse.

L'imam Mahmoud Dicko, principale figure de la contestation qui secoue le pouvoir malien, a fait dans la crise en cours la démonstration spectaculaire de sa stature d'incontournable à la croisée de la religion et de la politique.

Voilà un homme auquel le Premier ministre Boubou Cissé, dans la tourmente des derniers jours, vient rendre visite pour parlementer à 1H00 du matin dans son fief de Badalabougou, quartier de Bamako au bord du fleuve Niger.

Voilà un homme aussi dont les fidèles avaient, la nuit précédente, transformé la mosquée et ses alentours en camp retranché, inquiets qu'il ne soit arrêté à son tour et prêts à en découdre.

L'imam Dicko était déjà un des hommes les plus influents, sinon puissants du Mali. La crise a renforcé l'ascendant de ce leader musulman radical et patriote.

Dimanche, il a lancé un appel au calme. "Nous pouvons vraiment trouver et obtenir tout ce que nous cherchons (par) la patience (et par) les bonnes manières", a-t-il assuré à l'AFP. Le calme est effectivement revenu à Badalabougou, foyer de violences.

"C'est ici que tout se joue, plus à Koulouba", le palais présidentiel, veut croire, un large sourire aux lèvres, Moussa Doumbia devant la mosquée où l'imam prêche depuis les années 80.

Moussa Doumbia, un jeune partisan d'une trentaine d'années, est convaincu que l'imam Dicko est en train de venir à bout du président Ibrahim Boubacar Keïta, alias IBK, cet homme dont le mouvement de contestation réclame la démission, cet homme aussi que l'imam a beaucoup soutenu par le passé et avec lequel il a, à sa manière, participé à l'exercice du pouvoir.

- Imam "malin" -

L'imam Dicko, 66 ans, figure ronde en boubou à petite barbichette, "c'est un malin, peut-être le plus malin", sourit Moussa Doumbia.

Il n'avait jamais cessé de tirer des ficelles, au nom des valeurs traditionnelles et de la Nation qu'il dit défendre contre la corruption, la trahison ou l'indécence. Il est devenu une sorte d'autorité politico-spirituelle du plus large mouvement de contestation anti-pouvoir que le Mali ait connu depuis le coup d'Etat de 2012.

Ce chantre d'une "refondation" sur les bases sociétales et religieuses qui sont celles du Mali n'a pas forcément grand-chose en commun avec les leaders du Mouvement dit du 5-Juin qui s'est agrégé autour de son nom et son aura quand la parole politique est largement discréditée, conviennent les analystes.

Que cherche-t-il, le Tombouctien de naissance qui s'est éduqué à l'islam tendance wahhabite notamment en Arabie saoudite ? Veut-il la démission du président, comme le M5 dont il ne fait pas partie officiellement ?

Il a œuvré pour que le mouvement renonce à une telle revendication, selon son entourage. Lui-même, bien qu'ardent contempteur du pouvoir, ne demande pas publiquement le départ du président.

"L'imam cherche ce qu'il a toujours cherché: influer sur la politique et la gouvernance", répond Ibrahim Maïga, chercheur à l'Institut d'études de sécurité à Bamako.

Quitte à assumer des responsabilités politiques ? "Faire de la politique politicienne ne m'intéresse pas", disait-il en 2019 à l'AFP.

- Imam "constant" -

"Il a toujours flirté avec les questions politiques sans mettre officiellement le pied dedans", explique le chercheur. Il se fait représenter au sein du M5 par un proche, Issa Kaou Djim.

Il a par le passé pesé de tout son poids de président du Haut conseil islamique (HCIM, de 2008 à 2019), principale organisation islamique dans un pays à 90% musulman, pour mener des batailles idéologiques: en 2009 en faisant réviser un nouveau Code de la famille qui accordait davantage de droits aux femmes, en 2018 en obtenant l'abandon d'un projet de manuel scolaire d'éducation sexuelle.

En 2015, après l'attentat à l'hôtel Radisson Blu de Bamako (20 morts), il évoquait une "punition divine".

En avril 2019, il participait au rassemblement de dizaines de milliers de Maliens contre les violences dans le centre du pays. Le Premier ministre avait alors été poussé à la démission.

C'est aussi un homme de l'ombre, qui avait été chargé par Bamako d'une mission de médiation avec les jihadistes. Il veut "la paix", dit-il, et prône le dialogue, y compris avec ces jihadistes avec certains desquels lui est prêtée une relation privilégiée. Les divergences sur ce sujet passent pour une des causes de la rupture avec IBK.

L'imam est "constant dans son discours", souligne Brema Ely Dicko, sociologue à l'Université de Bamako. Le sociologue ne voit personne "d'autre que Dicko qui puisse créer un cadre de dialogue" entre le pouvoir et la contestation.

"Peu importe l'issue de ce bras de fer avec IBK, l'imam Dicko jouera un rôle clé dans le Mali de demain", tranche l'expert Maïga.

Le fils du président malien, une cible de la contestation, quitte un poste clé

Karim Keita lors de la campagne électorale à la commune II de Bamako, au Mali.

Le fils du président malien, l'une des personnalités publiques sur lesquelles se concentre la contestation en cours dans le pays, a annoncé lundi démissionner de l'importante présidence de la commission parlementaire de la Défense.

Le nom de Karim Keïta, le fils d'Ibrahim Boubacar Keïta, a été de ceux désignés à la vindicte dans les manifestations qui ont réuni des milliers de Maliens contre le pouvoir à plusieurs reprises depuis juin et qui ont dégénéré vendredi en situation quasiment insurrectionnelle dans la capitale Bamako.

Des manifestants y ont utilisé sous forme de posters des images le montrant lors de joyeuses fêtes à l'étranger avec des amis et en compagnie de jeunes femmes peu vêtues, pour le présenter comme un personnage aux moeurs légères pouvant se payer du bon temps alors que son pays souffre.

Karim Keïta avait assuré qu'il n'avait pas été chargé de la liste des invités et que ce déplacement privé n'avait rien coûté au contribuable.

Dans une déclaration publiée lundi, Karim Keïta dit que, dans le contexte de contestation actuelle, "certains ont fait de ma modeste personne un fonds de commerce politique, d'autres un déversoir de leurs ambitions inassouvies. Rien ne m'aura été épargné".

Karim Keïta, élu député en 2013, réélu en 2020, dénonce un "délit de patronyme" pour signifier qu'à travers lui, c'est son père qui est visé.

Il dit mettre "le Mali au-dessus de tout", mais ne veut "plus être un argument pour des personnes en mal de programme" et démissionne donc de la présidence de la commission de la Défense. Il reste parlementaire.

Les leaders de la contestation relâchés

Les leaders de la contestation relâchés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:19 0:00

La situation demeure volatile et la pression reste sur le président Keïta

La situation demeure volatile et la pression reste sur le président Keïta
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG